Répondre

Aide à l'indexation des inventaires de Me Philippe Le Cat (1632 à 1645)

fampar
male
Messages : 15
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

De nouvelles liasses d'inventaires sont soumises à la lecture et à l'analyse sagace du forum "Paléographie" : Inventaires Philippe Le Cat (1632 à 1645)

Il s'agit de faire une analyse sommaire de liasses d'inventaires après décès de Paris, qui seront ensuite indexées sur Geneanet avec une copie aux Archives Nationales. Pour gagner du temps, le numéro de chaque première page est indiqué.

Toute personne intéressée par le projet ou simplement par cet exercice de paléographie est évidemment la bienvenue pour donner un coup de main !

Merci d'avance de votre collaboration !

nicole

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=32071
Inventaires de Philippe Le Cat - AN ET-XVI-443 (1632-1633)

3
18
28
29
39
48
75
114
131
135
140
168
172
189
195
199
201
213
220
223
228
232
240

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=20816
Inventaires de Philippe Le Cat - AN ET-XVI-449 (1644-1645)

2
12
19
50
56
70
76
86
91
95
105
120
142
144
159
180
200
213
220
224
240
329
339
348
363
369

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

deux petites liasses, dont voici le Kit pour accéder à Le Cat :

https://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=32071
Inventaires de Philippe Le Cat - AN ET-XVI-443 (1632-1633)

3 Ch
18 Ch
28 B
29 B

39 JD
48 JD

75 P
114 P
131 B
135 B

140 Ch
168 Ch

172 JD
189 JD
195 B
199 B
201 Ch
213 Ch

220 Ch
223 Ch
228
232
240

Christophe
Dernière modification par cdemaz le 20 mai 2020, 09:28, modifié 3 fois.

bertrandg
male
Messages : 81
Bonjour à tous,

j'ouvre le bal en ce début de semaine,

[443 - 28] 6 novembre 1632 - Inventaire après le décès de feu Maître Marc LEVESQUE, secrétaire de Monsieur le maréchal de Châtillon, à la requête de noble homme Paul GALLAND, conseiller du Roi, receveur général du taillon de Tours, trésorier payeur de la gendarmerie de France, demeurant au faubourg Saint-Germain-des Prés les Paris, rue de Seine, paroisse Saint-Sulpice, en la maison duquel le défunt est décédé.

Une relecture en particulier de l'activité et éventuelle origine du défunt serait la bienvenue. En rouge les compléments de Christophe, sa lecture me va bien.

[443 - 29] 20 octobre 1632 - Inventaire après le décès de feu Jacques LE SAGE, marchand orfèvre bourgeois de Paris, à la requête de Denise DUPONT, sa veuve, demeurant aux galeries du Louvre, tutrice d'Anne LESAGE, leur fille mineure. En la présence de Maître Israël FARCY, suivant les finances, demeurant à Paris, rue des Deux Ecus, paroisse Saint-Sulpice, subrogé tuteur de la mineure, sa cousine. Fait en la maison de la veuve, où le défunt est décédé le 8 octobre 1632.
(vue 36) cote 1 - 25 juillet 1632 contrat de mariage entre Jacques LESAGE et Denise DUPONT, fille de Pierre DUPONT, entrepreneur de la fabrique de tapis de Turquie, reçu CRESSU et POITEVIN notaires.
(vue 38) cote 2 - 11 février 1626, acte entre le défunt et Marie LESAGE, sa sœur, demeurant à Albusson en Normandie (Aubusson 61011).

Bonne journée.

Bertrand
Dernière modification par bertrandg le 18 mai 2020, 14:55, modifié 1 fois.

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour Bertrand,

Pas commode notre nouveau notaire :roll:
voici ce que je lis :

Exécuteur du testament de défunt maître Marc LEVESQUE, vivant secrétaire de Monsieur le maréchal de Châtillon, passé par-devant Benoit ( ?) et Le Camus, l’un des notaires soussigné, le 5e jour d’août dernier.
Demeurant au faubourg Saint-Germain-des-Prés lès Paris, rue de Seine.

(avec de Seine modernisé ;) )

Et voici les miens avec des doutes :

[443–3] Le vendredi 31 décembre 1632 – Inventaire après le décès de damoiselle Françoise PETAU, veuve de noble homme Jacques BIGOT, conseiller du Roi et son procureur général au grand conseil. A la requête de noble homme maître Nicolas RAMBOUILLET, conseiller secrétaire du Roi en sa maison et couronne de Navarre, demeurant en cette ville de Paris, rue Coqueron, paroisse Saint-Eustache, en son nom à cause de damoiselle Catherine BIGOT, sa femme, habile à se dire, porter et nommer héritière de la défunte sa mère. En la présence de noble homme Georges Lefebvre, substitut du procureur du Roi, pour l’absence de Jacques BIGOT, secrétaire ordinaire de la chambre du Roi, fils et aussi habile à être héritier de la défunte sa mère … en la présence de noble homme Hélie BIGOT, avocat au grand conseil, au nom et comme exécuteur du testament de la défunte par elle fait conjointement avec ledit défunt sieur BIGOT son mari, passé par-devant les notaires soussignés le 24 mai 1629. Les biens étant en la maison où demeure Suzanne Martin, sise rue Bourg-Tibourg.
(vue 11) Et en la maison dudit sieur de RAMBOUILLET, les meubles faisant partie et restant de ceux que ledit défunt sieur BIGOT et icelle demoiselle Françoise PETAU sa femme, auraient ci-devant baillé en garde audit sieur de RAMBOUILLET, selon qu’il est déclaré en l’inventaire fait après le décès de dudit défunt sieur BIGOT.
(vue 13) cote 1 : 1629 – Testament desdits défunts sieur et damoiselle BIGOT.
(vue 13) cote 2 : 1629 – Inventaire après le décès de , à la requête de Françoise PETAU, de Hélie BIGOT, et en la présence de Nicolas BIGOT, écuyer, sieur des Roches, fils aîné du défunt et de feue damoiselle Catherine BONGARS sa première femme ; de André HURAULT de l’HOSPITAL, écuyer, sieur baron d’Aulneux, en son nom à cause damoiselle Marie HILAIRE, sa femme, fille de feu Jean HILAIRE, vivant écuyer sieur de la Médonnière et de défunte Marie BIGOT, qui était fille desdits défunts sieur BIGOT et Catherine BONGARS. Et aussi en la présence dudit sieur de RAMBOUILLET, dudit Jacques BIGOT et de noble homme Antoine PETAU, bourgeois de Paris, procureur ayant charge de Jean PETAU, expéditionnaire en cour de Rome, son frère.
Etc. autres enseignements sur la famille PETAU.

Cet acte montre une erreur du dictionnaire de la noblesse :
Françoise PETAU, était mère de Catherine BIGOT, et non comme l'indique faussement le dictionnaire de la noblesse, qui donne Françoise PETEAU, grand mère maternelle de Catherine BIGOT.

[443–18] Le mardi 23 novembre 1632 – Inventaire après le décès de noble homme maître Charles PARFAICT, conseiller du Roi, receveur général des décimes en la généralité de Paris, survenu le 26 septembre 1632. A la requête de dame Anne POULLET, sa veuve, demeurant rue des Prouvaires, paroisse Saint-Eustache, tant en son nom que comme tutrice de Nicolas, Marie, Pierre, Charles et Anne PARFAICT, leurs enfants mineurs, et du posthume dont elle est enceinte. Et en la présence de noble homme maître Guillaume PARFAICT, conseiller du Roi et auditeur en sa chambre des comptes à Paris, subrogé tuteur desdits mineurs et posthume, ses neveux et nièces. Les biens étant ès lieux que ledit défunt et sa veuve occupaient et qu’elle occupe encore en la maison de maître Nicolas POULLET son père, procureur, sis en ladite rue des Prouvaires où le défunt serait décédé.
(vue 23) cote 1 : 1622 – Contrat de mariage Charles PARFAICT x Anne POULLET. Ledit sieur POULLET et dame Catherine PETIT sa femme ; père et mère de la future, promettent 20 000 livres. Noble homme Claude PARFAICT, bourgeois de Paris et dame Marguerite PERROCHEL, sa femme, père et mère du futur promettent également 20 000 livres.
(vue 24) cote 3 : 1624 – Partage entre Marguerite PERROCHEL, veuve de Claude PARFAICT et ledit Charles PARFAICT.
(Vue 26) cote 9 : 1629 – Catherine POULLET, veuve du sieur GUILLEBERT, sœur de ladite veuve.

Il semble qu'on change de milieu social avec des dots de 20 000 livres, ce n'est pas la même clientèle que chez Thévenin.

Merci Bertrand. ;)

A plus tard
Christophe.
Dernière modification par cdemaz le 19 mai 2020, 08:32, modifié 1 fois.

bertrandg
male
Messages : 81
Merci Christophe, j'adopte !

Pour le tiens (le 3), compléments pour " Georges LEFEBVRE, avocat en la Cour de parlement, premier substitut de Monsieur le procureur du Roi au châtelet de Paris…"
Je lis la même chose que toi où tu as mis des (?).
Il faut se faire à ses abréviations assez radicales à celui-là (cf "secrétaire" :shock: , qu'on retrouve dans le 3 et dans le 28)

Bertrand

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
bertrandg a écrit :
18 mai 2020, 15:04
Pour le tiens (le 3), compléments pour " Georges LEFEBVRE, avocat en la Cour de parlement, premier substitut de Monsieur le procureur du Roi au châtelet de Paris…"

Il faut se faire à ses abréviations assez radicales à celui-là (cf "secrétaire" :shock: , qu'on retrouve dans le 3 et dans le 28)
Bertrand,
Georges Lefebvre est connu comme le loup blanc (tout comme Germain Soufflot), il apparaissent dans de très nombreux inventaires après décès de cette époque (lorsque les héritiers sont absents), c'est pourquoi nous ne les mettons pas en majuscules afin qu'ils ne soient pas indexés inutilement.
Nous connaissons tellement bien Jojo, que je me permets de raccourcir ses titres et emplois. :)

Et oui, pour les abréviations de notre clerc, il va falloir qu'on s'y habitue ;)
Christophe.

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Messages : 6428
Bonjour à tous,

Ceux de la matinée :

[443 - 39] 8 octobre 1632 – Inventaire dressé après le décès de feu Louis SOLLERE, archer de la connétablie et maréchaussée de France, à la requête de sa veuve Anne CHAMPAULT, marchande toilière lingère à Paris, demeurant rue de la Calandre, paroisse Saint-Germain-le-Vieil, tant en son nom, à cause de leur communauté, que comme tutrice de leurs enfants mineurs Louis SOLLERE, Pierre SOLLERE, Anne SOLLERE et Toinette SOLLERE, habiles à être héritiers dudit défunt leur père, et en la présence de Marcellin DEBERT, bourgeois de Paris, y demeurant au Collège d’Autun, près l’église Saint-André-des-Arts, cousin paternel et subrogé tuteur desdits mineurs.
Les biens étant en la maison où demeure ladite veuve, et en la boutique qu’elle occupe, rue de la Barillerie, tenant les murs du Palais.

[443 – 48] 6 octobre 1632 – Inventaire dressé, survenu le 22 septembre 1632, après le décès de feu honorable homme François MACAIRE, coffretier malletier des chambre et garde-robe du Roi et Me sellier lormier carrossier bourgeois de Paris, à la requête de sa veuve Marie HECQUET, tant en son nom, pour moitié à cause de leur communauté que comme ayant la jouissance en usufruit sa vie durant, pour la moitié de l’autre moitié, suivant le contrat de mariage de Me Louis POURCEL et sa femme ci-après nommés, et aussi comme exécutrice du testament et ordonnance de dernière volonté d’icelui défunt ; et en la présence de Jacques MACAIRE, marchand drapier à Paris, émancipé usant et jouissant de ses biens et droits, assisté d’honorable homme Antoine MACAIRE, marchand boulanger à Paris son curateur pour ce présent ; et aussi en la présence dudit Me Louis POURCEL, notaire et garde-note du Roi au Châtelet de Paris, y demeurant rue aux Ours, paroisse Saint-Gilles, héritier pour moitié dudit défunt à cause de Marie MACAIRE sa femme qu’il a autorisée pour des présentes, et aussi en la présence de ladite Marie MACAIRE, autorisée par justice à la poursuite de ses droits et actions, lesdits Jacques et Marie MACAIRE, frère et sœur, habiles à se nommer héritiers dudit défunt leur père.
Les biens étant, tant en la maison desdits défunt et veuve, assise rue Saint-Honoré, où est pour enseigne le Petit-Soleil-d’Or, qu’en un chantier que ledit défunt tenait à loyer, assis hors et près la porte de Montmartre, montrés par ladite veuve et par Jacqueline MACAIRE, nièce du défunt.
(vue 59) cote 1 : 1595 - contrat de mariage entre lesdits François MACAIRE et Marie HECQUET.
(vue 60) cote 3 : 1622 - contrat : Madeleine MACAIRE, fille desdits François MACAIRE et Marie HECQUET, nonne à l’abbaye de Montmartre.
(vue 60) Pierre MACAIRE, fils desdits François MACAIRE et Marie HECQUET, religieux profès au couvent des minimes de Nigeon (Paris).

Dans le second, une sorte de record : le défunt avait 5 professions (ça devait être tuant :oops: )

À bientôt.
JD

bertrandg
male
Messages : 81
Et deux nouveaux :

[443 - 131] 23 juillet 1632 - Inventaire après le décès de feu Guillaume DUFRESNE boulanger de la Reine, à la requête de Jeanne MARTIN, sa veuve demeurant à Paris, au faubourg Saint-Honoré, proche de couvent des Feuillants paroisse Saint-Roch, avec Claude DUFRESNE, leur fille. En présence de Jean NICHO, bourgeois de Paris, curateur à la succession vacante du défunt. Fait en ladite maison de Claude DUFRESNE, où le défunt est décédé au mois de juin dernier.

[443 - 135] 21 juillet 1632 - Inventaire après le décès de demoiselle Louise LAMBERT dit DESMOULINS, demoiselle suivant de Madame de BROUILLY, à la requête de demoiselle Suzanne LAMBERT dit DESMOULINS, sa sœur, demoiselle suivant de Dame Geneviève de VERTON, femme de Jacob de GIRARD, écuyer, conseiller du Roi maison et couronne de France et de ses finances, demeurant à Paris, rue Saint-Thomas du Louvre, paroisse Saint-Germain-l'Auxerois. En la présence de Nicolas DAVENNES, écuyer, demeurant à Berneuil en Beauvaisis (Berneuil-en-Bray 60390), de présent logé à Paris en la maison de ladite Dame de BROUILLY vers les Galeries du Louvre, héritier de la défunte, sa sœur utérine.

A vérifier "sallens du Louvre" (Galleries en fait, merci Anthony et JD), peut-être simplement Sales du Louvre ? et le lieu Derneul en Beauvaisis = Berneuil (identifié par Christophe) Merci aux connaisseurs.

Bertrand
Dernière modification par bertrandg le 20 mai 2020, 10:06, modifié 3 fois.

alachaud
alachaud
Modérateur bénévole
Messages : 5226
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Salut Bertrand,

N'est-ce pas plutôt les galeries du Louvre?

Amicalement,

Anthony
Modérateur des forums Paléographie, Allemand, Latin et Autres Traductions

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Messages : 6428
alachaud a écrit :
19 mai 2020, 14:27
N'est-ce pas plutôt les galeries du Louvre?
Bonjour à tous,

Je lis aussi "Galleries" du Louvre.
JD

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonsoir à tous,

voici une paire :

[443–140] Le 20 juillet 1632 – Inventaire après le décès de dame Alix GORRAN, survenu le 8 juillet 1632. A la requête de son mari, maître Gilles LE SEMELIER, sieur de Faverolles, ci-devant notaire garde note du Roi notre sire en son Châtelet de Paris, demeurant rue Saint-Denis, devant les Filles Pénitentes, paroisse Saint-Eustache, en son nom. Et en la présence de noble homme Jean BOUDET, premier barbier et chirurgien du Roi, demeurant à Paris, rue du Séjour, paroisse Saint-Eustache, habile à se dire et porter héritier de la défunte à cause de dame Catherine TAUTON (JANTON ?) sa femme, fille d’icelle défunte, et encore comme exécuteur du testament de la défunte. Les biens étant en la maison où ledit LE SEMELIER est demeurant, et où la défunte est décédée.
(Vue 150) Une partie des meubles sont ceux qui se sont trouvés en l’inventaire fait après le décès de Madeleine SAUVAGE, jadis seconde femme dudit LE SEMELIER, signé Pourcel et Demas du 3 août 1628.
(vue 153) cote 1 : 1629 – Contrat de mariage Gilles LE SEMELIER x Alix GORRAN. Une maison par indivis, sise rue Saint-Denis, où est pour enseigne le Heaume appartenant pour un tiers à ladite GORRAN. Les 4 enfants dudit LE SEMELIER et de défunte Madeleine SAUVAGE seront logés nourris et entretenus aux dépens de la communauté jusqu’à ce qu’ils soient pourvus.
(vue 159) cote 11 : 1632 – Obligation de noble homme Philippe LE SEMELIER, conseiller du Roi, lieutenant en l’élection de Beaugency, qui vend à Gilles LE SEMELIER, son frère, 62 livres de rente.
(vue 159) cote 12 : 1631 – Vente audit LE SEMELIER de l’office de receveur particulier alternatif héréditaire au grenier à sel de Melun.
(vue 160) cote 13 : 1630 – Vente par Gilles LE SEMELIER à François LE SEMELIER, sieur de la Chappelière, bourgeois de la ville de Blois, son frère, de 105 livres de rente, provenant de la succession de feu Noël LE SEMELIER son père, sieur de Faverolles.
(vue 162) cote 16 : 1629 – Echange entre Gilles LE SEMELIER en son nom et comme tuteur et curateur de Charles, Marie, Madeleine et Anne LE SEMELIER, enfants mineurs de lui et de défunte Madeleine SAUVAGE jadis sa femme, et Claude Boucot, notaire au Châtelet.

Où l’on découvre une nouvelle femme à ce notaire, non répertoriée par la SIV, (il avait pris sa retraite en 1625) :
https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/producteur/consultationProducteur.action?formCallerNP=NOTAIRE&formCallerIR=¬ProdId=FRAN_NP_011575

A noter pour le fun, que la formule « bon, fidèle et loyal » se rapportant à l’inventaire, a été biffée dans le texte. Cet inventaire et description ne serait-il pas bon ni fidèle ?

[443–168] Le samedi 5 juin 1632 – Inventaire après le décès de Sébastien TRIBOULLEAU, porteur des violons du Roi. A la requête de Anne BELIN, sa veuve demeurant rue de la Tannerie, en la maison où est pour enseigne l’Ecu de Bretagne, paroisse Saint-Gervais, tant en son nom que comme tutrice de Pierre et Julien TRIBOULLEAU, leurs enfants mineurs. Et en la présence de Claude BELIN, maître d’hôtel de monsieur le comte de Rouville, subrogé tuteur desdits mineurs.

Bien joli métier que celui du défunt… O tempora, o mores !

A plus tard
Christophe.

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bertrand,
pour le 135, il s’agit de Berneuil en Beauvaisis (Berneuil-en-Bray, 60390)
Du coup je pense qu’il s’agit de Madame de Brouilly.
Et tu peux ajouter :
Nicolas DAVENNES, écuyer, [...] héritier de la défunte, sa sœur utérine.

Christophe.
Dernière modification par cdemaz le 20 mai 2020, 09:37, modifié 1 fois.

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous, :)

voici mes lectures :

[443–201] Le lundi 31 octobre 1633 – Inventaire après le décès de dame Radegonde CONSTANT. A la requête de son mari, maître Thomas POULLET, procureur au Châtelet de Paris, y demeurant rue des Prouvaires, paroisse Saint-Eustache, tant en son nom que comme tuteur de Thomas et Radegonde POULLET, leurs enfants mineurs. Et en la présence de maître Etienne CONSTANT, commissaire et examinateur au Châtelet de Paris, oncle maternel et subrogé tuteur desdits mineurs. Les biens étant ès lieux que ledit sieur POULLET et la défunte occupaient, et qu’il occupe encore, en la maison de la veuve CONSTANT, mère de la défunte, sise en ladite rue des Prouvaires.
(vue 205) cote 1 : 1617 – Contrat de mariage Thomas POULLET x Radegonde CONSTANT, fille de feu maître Etienne CONSTANT, premier huissier en l’Amirauté de France et Guyenne au siège de la table de marbre du Palais à Paris, et de dame Denise LE GRAND alors sa femme.
(vue 206) cote 3 : Jean GARNIER, procureur en parlement, beau-frère dudit POULLET.

Un brouillon non daté, non signé, avec le nom de l’acheteur en blanc :
[443–211] Sans date – Transport par maître Etienne GODART, ayant charge et se faisant fort de dame Anne d'ARGOUGES, veuve de maître Henri de MASPARAULT, chevalier seigneur de Chenevières sur Marne, demeurant à Paris, rue des Fauconniers, paroisse Saint-Paul, tant en son nom que comme tutrice et ayant la garde noble de leurs enfants.

Pour le suivant, en plus de la difficulté de l’écriture, un piège supplémentaire est venu s’ajouter à l’image : la bande à gauche ne correspond pas à l’acte …, masquant ainsi le début de chacune des lignes :roll:
J’ai essayé de décaler les images et de les mettre en regard l’une avec l’autre sans succès, cela ne correspond pas.
Bug informatique ? une première page dont le papier est coupé ?
J'ai quand même l'essentiel :

[443–213] Le lundi 17 octobre 1633 – Inventaire après le décès de Marguerite FAVIER (FAVIERE ?), survenu le 2 ( ?) octobre 1633. A la requête de son mari, honorable homme Claude DUBOIS, marchand bourgeois de Paris y demeurant rue et devant le couvent des Cordeliers, paroisse Saint-Côme, tant en son nom que comme donataire entre-vifs des biens de la défunte par leur contrat de mariage passé par-devant Perlin et Legay du 16 mai 1627. En la présence de Antoine FAVIER, marchand de vin à Paris, demeurant faubourg Saint-Germain, rue des Cannettes, paroisse Saint-Sulpice, habile à se dire héritier de la défunte sa sœur, et aussi en la présence de … ASSELIN, bourgeois de Paris, demeurant audit faubourg Saint-Germain, rue du Vieux-Colombier, propriétaire de la maison où demeure ledit DUBOIS, et opposant au scellé.
(vue 218) cote 1 : 1627 – Contrat de mariage Claude DUBOIS x Marguerite FAVIER.

A plus tard
Merci Anthony ;)
Christophe.
Dernière modification par cdemaz le 20 mai 2020, 13:17, modifié 2 fois.

alachaud
alachaud
Modérateur bénévole
Messages : 5226
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour les amis,

Etienne CONSTANT, premier huissier en l’Amirauté de France et Guyenne au siège de la table de marbre du Palais à Paris.

(fol. 279 V°Claude Doulcet, veuve d'Etienne du Fresne, maître maçon à Paris, demeurant rue de Beauvais, paroisse Saint-Germain l'Auxerrois : donation à Etienne Constant, premier huissier en l'amirauté de France et Guienne au siège de la table de marbre du Palais à Paris, demeurant rue des Prouvaires, paroisse Saint-Eustache de tous les biens meubles à elle appartenant actuellement et des biens meubles, acquêts et conquêts immeubles qui lui appartiendront lors de son décès.Notice n° 5739 Date de l'acte : 19 septembre 1611)

Amicalement,

Anthony
Modérateur des forums Paléographie, Allemand, Latin et Autres Traductions

pganier
pganier
Messages : 4940
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour,

Aujourd'hui, je vous propose ceci:

[443–75] 5 octobre 1632 - Inventaire après le décès de défunts noble homme maître Charles HARDY, survenu le 22 septembre 1631, vivant conseiller, notaire et secrétaire du Roi, maison et couronne de France, et de demoiselle Anne PIGRAY, survenu le 20 septembre 1632, jadis sa femme, à la requête de noble homme Claude HARDY, conseiller, secrétaire du Roi, naguère contrôleur de ... en la petite chancellerie du Palais à Paris, de noble homme Jean HARDY, conseiller du Roi, trésorier provincial de l'extraordinaire des guerres en Touraine, et d'Antoine HARDY, écuyer, homme d'armes de la compagnie du Roi, majeurs de 25 ans et plus, habiles à se dire, porter et nommer héritiers ou légataires universel desdits défunts leur père et mère, et encore ledit maître Claude HARDY comme se disant exécuteur du testament et ordonnance de dernières volontés dudit défunt son père qui était exécuteur du testament et ordonnance de dernières volontés de ladite défunte sa femme.
En une maison sise à Paris, rue des Prouvaires, où les défunts sont décédés.

(Vue 89) cote 2 : 1632 - Article de testament faisant mention de rente ou pension viagère donné à frère Pierre HARDY, religieux à Saint-Victor, son fils.
(Vue 90) cote 4 : 1587 - Contrat de mariage desdits défunts par lequel appert noble homme Pierre PIGRAY, chirurgien ordinaire du Roi, et dame Marie PEZOU sa femme, ont cédé et transporté des rentes qui avaient été constituées à maître Daniel LEGRAS par messieurs les prévôts des marchands de Paris.
(Vue 90) cote 5 : 1616 - Cession et transport Françoise HARDY pour une huitième partie des succession de défunts maître Étienne HARDY et Jeanne CHASSIGNAT leur père et mère. 1615 - Transport fait par maître Pierre HARDY, procureur au Châtelet, audit défunt sieur maître Charles HARDY, du droit qui appartenait audit maître Pierre HARDY des successions desdits défunts maître Étienne HARDY et Jeanne CHASSIGNAT leur père et mère.
(Vue 91) cote 10 : 1616 - Vente Pierre DAVID, marchand à Angerville, audit défunt de 8 livres de rente qui lui étaient dues par Louis MOUAULT (ou MOUOT) et Perrine COLLAS sa femme. 1629 - Obligation faite par Michel GEOFFOY, comme tuteur des enfants mineurs desdits Louis MOUAULT et sa femme, audit défunt sieur HARDY.
(Vue 92) cote 13 : 1600 - Vente Balthazar de GOUYN, écuyer sieur de la Cour de Senlisse, et demoiselle Nicole de BEZANÇON sa femme, audit défunt maître Charles HARDY. Guillaume et Charles de BEZANÇON.
(Vue 92) cote 14 : 1604 - Vente Jean MARTIN et Geneviève MOUTON sa femme, audit défunt.
(Vue 92) cote 15 : 1608 - Vente Toussaint MARTIN et Germaine HARDOUIN sa femme, audit défunt.
(Vue 93) cote 18 : 1630 - Vente Nicolas GOUET et Gillette HESLANT sa femme, audit défunt.
(Vue 94) cote 26 : 1627 - Vente Michel BREAU le jeune et Jeanne GOURLIER sa femme, audit défunt.
(Vue 94) cote 29 : 1605 - Vente Nicolas CORET l'aîné et Gillette HUBERT sa femme, audit défunt.
(Vue 95) cote 35 : 1622 - Obligation de David CHARPENTIER, boucher, demeurant au Rueil, et Constance BOURLIER ??? sa femme, audit défunt.
(Vue 95/97) cote 36 : 1622 - Contrat entre Jacques BINET, marchand bourgeois de Paris, et Agnès POYRET (= POIRET) sa femme, et Claude TOULOUPPE.
(Vue 98) cote 37 : 1618 - Contrat entre dame Marie PIGRAY, veuve de noble homme maître Daniel LEGRAS, et ledit défunt HARDY.
(Vue 98) cote 38 : 1631 - Contrat entre Nicolas BREBANT, marchand à Paris, et Marie FOUCAULT sa femme, honorable homme Guillaume MONTVALLET, juré contrôleur de vins à Paris, Pierre DAYMAIT ??? marchand mercier, François REMY, maître tailleur d'habits, et ledit défunt HARDY.
(Vue 98) cote 39 : 1631 - Claude ROSSIGNOL, vigneron, demeurant Rueil.
Il manque une vue entre la 98 et 99. Je zappe la cote 42 pour l'instant...
(Vue 99) cote 43 : 1594 - Adjudication, maître Étienne PALLU, procureur de maître Gaspard de SCHOMBERG (Caspar von Schönberg) de Nanteuil et dame Jeanne CHASTAIGNIER (de La ROCHEPOSAY) sa femme, à maître Gilbert ROUSSEAU. Maître Innocent PALLU.
(Vue 100) cote 46 : 1609 - Vente entre maître Jérôme GARRAULT, procureur de maître Antoine DUPRE, et ledit défunt HARDY.
(Vue 100) cote 48 : 1609 - Vente entre maître Nicolas d'ANGENNES, sieur de Rambouillet, et dame Julienne d'ARQUENAY sa femme, audit défunt HARDY.
(Vue 101) cote 49 : 1621 - Vente demoiselle Marie PETIT, femme séparée de biens d'avec Guillaume de BEZANÇON, audit défunt HARDY.
(Vue 102) cote 53 - Mention des Château d'Angers et ville et château de Saumur. Cardinal de La Valette.
(Vue 111) - Claude HARDY, conseiller, notaire et secrétaire du Roi, Jean HARDY, conseiller du Roi et trésorier provincial de l'extraordinaire des guerres en pays de Touraine, Anjou et le Maine, et Antoine HARDY, écuyer, homme d'arme de la compagnie du Roi, enfants de défunts noble homme Charles HARDY, vivant conseiller, secrétaire du Roi, maison et couronne de France, et de demoiselle Anne PIGRAY.

Répondre

Revenir à « Paléographie en français (lecture de textes anciens) »