Répondre

Aide à l'indexation des inventaires de Me Jean Demas (1651-1656)

nchantelou
female
Messages : 52
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

De nouvelles liasses d'inventaires sont soumises à la lecture et à l'analyse sagace du forum "Paléographie" : Inventaires de Jean Demas (1651-1656)

Il s'agit de faire une analyse sommaire de liasses d'inventaires après décès de Paris, qui seront ensuite indexées sur Geneanet avec une copie aux Archives Nationales. Pour gagner du temps, le numéro de chaque première page est indiqué.

Toute personne intéressée par le projet ou simplement par cet exercice de paléographie est évidemment la bienvenue pour donner un coup de main !

Merci d'avance de votre collaboration !

Nicole


ps: le fil précédent est :
http://www.geneanet.org/forum/?topic=537376 (Simon I Charlet)

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=29080
Inventaires de Jean Demas - AN ET-XXI-210 (1651-1652)

1
19
36
67
75
90
116
213
245
261
266
294
305
313
323
397
419
474
536 
 
http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=29081
inventaires de Jean Demas - AN ET-XXI-211 (1653-1654)

1
10
77
102
116
154
176
184
210
216
226
237
249
262
292
310
374
418
466
526
542
570

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=28421
inventaires de Jean Demas - AN ET-XXI-212 (1654-1656)

1
14
19
43
47
61
89
102
174
198
225
232
269
289
304
310
378
404
412
460
480
491

Le suivant :
Jean des Quatrevaux
http://www.geneanet.org/forum/?topic=540755.0


Les suivants :
Noel Le Semelier:
http://www.geneanet.org/forum/?topic=534066

pganier
pganier
Messages : 3986
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour,

On s'y met?

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=29080
Inventaires de Jean Demas - AN ET-XXI-210 (1651-1652)

1 Pascal
19 Pascal

36 JD
67 JD

75 Pascal
90 Pascal revu Pascal 9/5
116 JD -> 117
213 JD -> 223

245 Christophe
261 Christophe

266 JD
294 JD
305 Pascal
313 Pascal
323 Christophe
397 Christophe

419 Christophe
474 JD
536 Pascal
Cordialement,
Pascal

jdp1
jdp1
Modérateur
Messages : 4134
C'est parti, Pascal, mets-m'en 2.

Stp...  ;)
JD

pganier
pganier
Messages : 3986
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Je sens que JD est impatient, alors voilà ces deux là, mais je dois voir les papiers encore.

On verra comment ça se présente...

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 080&page=1
[210-1] 26 octobre 1651 - Coté 400 - Inventaire après le décès de demoiselle Valentine de VAUCORBEL, veuve de noble homme Jacques ISNARD, conseiller et historiographe du Roi, demeurant aux dépendances d'une maison sise au cloître et paroisse Saint-Benoît-le-Bétourné, où ladite veuve serait décédée le 6 octobre 1651, à la requête de messire Michel de MARILLAC, conseiller du Roi en ses conseils et maître des requêtes ordinaires de son hôtel, demeurant rue Chapon, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, au nom et comme exécuteur du testament et ordonnance de dernière volonté de ladite défunte, et de Jean de VAUCORBEL, écuyer sieur de Forfry et de la Crosse, conseiller du Roi et lieutenant particulier des eaux et forêts au département de Paris et Brie, au nom et comme tuteur de demoiselle Marie ISNARD, âgée de 9 ans, fille mineure desdits défunts, habile à se dire, porter et nommer héritière desdits défunts ses père et mère, et encore en la présence de monsieur maître Jean BOULLANGER (qui signe BOULENGER), conseiller du Roi en sa cour des monnaies, cousin et subrogé tuteur de ladite mineure, élu par acte en forme d’avis de parents homologué au Châtelet de Paris le 23 octobre 1651, et à la conservation des droits de ladite mineure et de tous autres qu'il appartiendra.
(Page 10) Jacques de VAUCORBEL, avocat en parlement (inventorié 5),
(Page 11)  Marie de VAUCORBEL, veuve de feu noble homme Jacques BLONDEL (inventorié 5); Robert de VAUCORBEL, bourgeois de Paris, père de la défunte (inventorié 5 et 6)
(Page 12) Pierre PETIT, écuyer sieur de Chevreuse, tuteur de Louise PETIT, fille de lui et de défunte Geneviève de VAUCORBEL, et procureur de Nicolas LESGUISE, écuyer sieur d'Egremont (Aigremont), époux de Suzanne PETIT; Jean de VAUCORBEL; André DUCHESNE, époux de Valentine de VAUCORBEL, enfants de Robert de VAUCORBEL et Jacqueline JOLY; Jean BOULLANGER et Marie de VAUCORBEL.
EDIT Pascal, 08/05, 1 ligne:
(Page 17) Obligation Pierre COLLOT et Louise BOULLANGER, sa femme.

Edit Anthony: Vu et corrigé. En rouge (revu par JF ;) ) les questions en suspens. Tu nous fais du télégraphique pour les papiers dis donc :)

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 80&page=19
[210-19] 4 novembre 1651 - Coté 401 - Inventaire après le décès de Françoise MOREAU, à la requête du sieur Jean LORION, son mari, juré mesureur et contrôleur de charbon à Paris, y demeurant rue Saint-Martin, paroisse Saint-Médéric, qui est sur le derrière de la maison de l'Image Notre-Dame-de-Liesse, où ladite défunte serait décédée le 30 octobre 1651, en son nom à cause de la communauté qu'il a eue avec ladite défunte Françoise MOREAU, sa femme en dernières noces, et aussi à la requête et présence de sieur Pierre ALBAN, bourgeois de Paris, et de Jeanne MOREAU, sa femme de lui autorisée en cette partie, demeurant rue de la Verrerie, paroisse Saint-Jean-en-Grève, ladite femme seule habile à se dire, porter et nommer héritière de ladite défunte François MOREAU, sa sœur, et à la conservation dudit LORION et desdits ALBAN et femme, et de tous autres qu'il appartiendra.
(Page 29) Contrat de mariage entre LORION x MOREAU, le 29 septembre 1641, devant Bergeon et Demas, notaires.
(Page 32) Contrat de mariage entre Charles THUILLART (alias THUILLARD) x Françoise LE VOYER, fille de François LE VOYER et de Denise GUILLON, le 29 septembre 1647, devant Ménard et Demas, notaires.

ALBAN ou ALBAY?

Edit Anthony: ALBAN. C'est plus clair dans la signature
Cordialement,
Pascal

jdp1
jdp1
Modérateur
Messages : 4134
Je piaffe, tu veux dire...   ;D

Les miens à présent :
http://www.geneanet.org/archives/regist ... 80&page=37
[210 – 37] 23 décembre 1651 - Inventaire dressé après le décès, advenu le 26 novembre 1650, de défunte Anne MERCIER, à la requête de son veuf le sieur Honoré BONEAU (alias BONNEAU), marchand, bourgeois de Paris, demeurant rue Grenier-Saint-Lazare, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, tant en son nom, à cause de la communauté qu'il a eue avec la défunte jadis sa femme, que comme tuteur de leurs enfants mineurs Catherine BONEAU âgée de douze ans et demi, de Marguerite BONEAU âgée de huit ans et d'Abraham BONEAU âgé de trois ans et demi, et en la présence du sieur Jacques BRISEVAL, aussi marchand bourgeois de Paris, y demeurant au cul de sac de la rue des Bourdonnais, oncle maternel et subrogé tuteur desdits mineurs quant à leurs actions, partage, divisions et confection du présent inventaire, élu par acte en forme d'avis des parents desdits mineurs, homologué au Châtelet de Paris le 15 décembre 1650, et à la conservation dudit BONEAU, desdits mineurs et de tous autres qu'il appartiendra.
La défunte avait obtenu une sentence de séparation de biens à l'encontre dudit sieur BOREAU son mari, donnée au Châtelet de Paris le 31 mai 1645, sans que lui ni ladite défunte n'aient jamais entendu se servir de ladite séparation.
Vue 65 : expédition d'une demande de Jean Jacques de la Rochefoucault, créancier de feu Honoré BONNEAU, d'une expédition dudit inventaire, le 23 janvier 1652.

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 80&page=67
[210 – 67] 3 juin 1651 - Inventaire dressé après le décès de feu Jean PETIT, à la requête de sa veuve Jacqueline BURÉ, en son nom à cause de la communauté qu'elle a eue avec ledit défunt son mari, vivant cocher d'Euverte ANGRAN, écuyer, sieur de Fontpertuis et de Lailly, conseiller secrétaire du Roi maison et couronne de France et de ses finances, demeurant à Paris, rue de Beaubourg, paroisse Saint-Merry, et en la présence de noble homme Maître (blanc) SOUFFLOT, avocat en Parlement, conseiller et substitut de monsieur le procureur du Roi au Châtelet de Paris, appelé pour l'absence des présomptifs héritiers dudit défunt PETIT, et à la conservation des droits d'icelle veuve, desdits présomptifs héritiers et de tous autres qu'il appartiendra.
Les biens étant en une chambre des dépendances de la maison de Monsieur de Villarceaux, sise sur le devant de ladite rue Beaubourg.
(vue 72 : contrat de mariage d'entre ledit défunt Jean PETIT et Jacqueline BURÉ, passé par devant de Saint-Jean et Maheut le 9 mai 1643)

Notes : le prénom écrit est Euvertre, mais la littérature donne Euverte ;  mais peut-être ce prénom vous est-il familier...
J'ai essayé de remodeler les textes, sur l'exemple de Christophe et Anthony, pour rendre plus évidents les couples.

@ Pascal : pour ma part, tu peux continuer sur le même rythme que chez Charlet  ;)

Bonne soirée à tous
JD

cdemaz
cdemaz
Messages : 1634
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

je m'y mets également avec les 245 et 261.
Je me pose la question de savoir si cela ne vaut pas le coup de rappeler le N° de la cote du notaire ?

Christophe.

pganier
pganier
Messages : 3986
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

En voilà déjà un:

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 80&page=75
[210-75] 23 décembre 1651 - Coté 403 - Inventaire après le décès de Jacques GOISLARD, vivant écuyer conseiller serviteur du Roi du collège ancien des six vingt, qui demeurait dans une maison sise à Paris, rue du Mûrier, paroisse Saint-Etienne-du-Mont, où demeurait le défunt, décédé à Juilly proche de Mirebeau en Anjou, à la requête de dame Marie SEVIN, habile à être héritière mobilière du défunt son fils, femme et épouse autorisée par son contrat de mariage pour la poursuite de ses droits ainsi qu'elle a dit de messire Charles de MACHAULT, chevalier seigneur d'Arnouville, conseiller du Roi en ordinaire en ses conseils, demeurant à Paris, rue du Grand-Chantier, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, et aussi à la requête d'André GOISLARD, écuyer sieur de la Gravelle, conseiller du Roi, correcteur en sa chambre des comptes, demeurant à Paris, rue Saint-Martin, paroisse susdite, habile à être héritier immobilier du défunt son frère, et à la conservation desdites parties et de tous autres qu'il appartiendra.

EDIT Pascal, 08/05, 1 ligne:
Pas de papier d'"intérêt"
Cordialement,
Pascal

jdp1
jdp1
Modérateur
Messages : 4134
Bonsoir chers amis;

Voici mes deux actes, incluant chacun un grand nombres de "papiers" :

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 0&page=117
[210 – 117] 16 janvier 1652 - Inventaire dressé après le décès, advenu le 29 octobre 1650, de feu honorable homme François GOUBERT, à la requête de sa veuve honorable femme Anne AUFROY (alias OFFROY, signe AUFFROY), tant en son nom à cause de la communauté qu'elle a eue avec ledit défunt, vivant marchand de draps de soie, bourgeois de Paris demeurant sur le Petit Pont en la maison où est pour enseigne le Bras (Broc ?) d'Or, paroisse Saint-Séverin, que comme tutrice de leurs enfants mineurs, François GOUBERT, âgé de dix-neuf à vingt ans, Aimée GOUBERT, âgée de seize ans, Catherine GOUBERT, âgée de quinze ans, et Jacques GOUBERT, âgé de treize ans, et aussi en la présence du sieur Charles MAIGROT, aussi marchand de draps de soie, bourgeois de Paris, demeurant sur ledit pont, paroisse Saint-Germain-le-Vieil, tant en son nom, à cause de Marguerite GOUBERT sa femme, que comme subrogé tuteur desdits mineurs quant à à leurs actions, partage, divisions et confection du présent inventaire, ladite Marguerite GOUBERT et lesdits mineurs habiles à se dire, porter et nommer héritiers dudit défunt GOUBERT leur père, et à la conservation de ladite veuve, desdits présomptifs héritiers et de tous autres qu'il appartiendra.
(vue 129) Inventaire des biens se trouvant en la maison appartenant à la succession dudit défunt assise au village de Montrouge près Paris.
(vue 204 : traité de mariage d'entre ledit défunt sieur GOUBERT et ladite Anne OFFROY par devant Mes Jacques Parque et Jean Charlet le 27 avril 1631 ; Mathurin OFFROY et Claude LE JUGE)
(vue 205 : traité de mariage d'entre ledit sieur Charles MAIGROT et ladite Marguerite GOUBERT par devant Demas et Belin le 24 février 1647)
(vue 209 : traité entre ledit défunt GOUBERT avec la révérende mère abbesse des Récollets de Saint-Germain-des-Prés pour l'entrée profession de sœur Claude GOUBERT fille dudit défunt, nommée en religion sœur Françoise de Stimattes, par devant Jean Charlet le 17 octobre 1650)

Nota : Les mentions marginales de la vue 116 ne semblent pas correspondre à cet acte.

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 0&page=223
[210 – 223] 6 février 1652  - Inventaire dressé après le décès, advenu le 24 septembre 1651, de feu Jacques LE ROY dit de Burguenolles, à la requête de sa veuve Anne LE ROY, tant en son nom à cause de la communauté qu'elle a eue avec ledit défunt LE ROY son mari, vivant maître sculpteur et peintre, bourgeois de Paris, meurant sur l'aile du Pont Marie, paroisse Saint-Louis, que comme tutrice de leur fille mineure Marguerite LE ROY de Burguenolles, âgée de trois ans trois mois, et encore à la requête et présence de Marguerite SALOMON, veuve de défunt Nicolas LE ROY de Burguenolles (vue 236 : sieur de la Fontaine), vivant bourgeois de Paris, demeurant rue des Rosiers, paroisse Saint-Gervais, (vue 228 : en la maison à l'enseigne de la Fontaine Royale) créancier de la succession dudit défunt Jacques LE ROY de Burquenolles son fils, et de Nicolas LE ROY de Burguenolles, bourgeois de Paris demeurant en ladite rue des Rosiers, oncle paternel et subrogé tuteur de ladite mineure quant à à ses actions, partage, divisions et confection du présent inventaire, ladite mineure habile à se dire, porter et nommer héritière, seule et pour le tout, dudit défunt son père, et à la conservation desdites parties esdits noms et de tous autres qu'il appartiendra.
(vue 226 : contrat de mariage d'entre ledit défunt Jacques LE ROY dit de Burguenolles et ladite Anne LE ROY, par devant Guyon et Demas le 16 novembre 1647)
(vues 227-228 : Marguerite SALOMON, mère dudit défunt Jacques LE ROY dit de Burguenolles, dudit Nicolas LE ROY dit de Burguenolles et de défunt Mathurin LE ROY dit de Burguenolles leur frère)
(vue 238 : Partage entre Jacques, Nicolas et Mathurin LE ROY de Burguenolles de biens de la succession de leur père sis es bourgs de Thorigni-sur-Vire (50160), paroisses de Placy-Montaigu(50160), Dampierre (14350) et Saint-Ouen-des-Besaces (14350))

Nota : Convient-il, pour ce dernier, d'écrire "de Burquenolles" en majuscules ? C'est un surnom, mais il fait partie de l'identité des personnes.

Bonne soirée.
JD

pganier
pganier
Messages : 3986
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
J'en ai pas mal aussi! Mais est-ce que c'est plus clair? (Mince ces actes m'ont pris le temps d'un film  :D )

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 80&page=91

[210-90] (Page 94) 27 septembre 1651 - Coté 403 double brevet - Inventaire après le décès de feu maître Antoine COUSTURET, vivant procureur en parlement, à la requête d'honorable femme Madeleine GARANGER, sa veuve, demeurant à Paris, rue des Ménétriers, où le défunt serait décédé, paroisse Saint-Josse, tant en son nom à cause de la communauté qu'elle a eue avec ledit défunt que comme tutrice de Madeleine âgée de 16 ans, Anne âgée de 13 ans, Claude âgé de 11 ans, Jeanne âgée de 6 ans, Antoine âgé de 4 ans, et Louis (ou Denis vue 113) COUSTURET âgé de 2 ans ou environ, enfants mineurs d'ans dudit défunt et d'elle, élue par acte homologué au Châtelet de Paris le 14 juillet 1651, et en la présence de maître Edme CORNU, procureur en parlement, demeurant à Paris, rue Poupée, paroisse Saint-Séverin, oncle et subrogé tuteur desdits mineurs quant à leurs actions, partage, division et confection du présent inventaire, élu par ledit acte, et à la conservation de ladite veuve, desdits mineurs et de tous autres qu'il appartiendra.

(Page 90) Furent présent en leurs personnes maître Edme CORNU, procureur en la cour de parlement, et Claude GARANGER sa femme, ci-devant autorisée par justice à son effet et pour l'effet des présentes, dudit CORNU autorisée, demeurant rue Poupée, paroisse Saint-Séverin, d'une part, et Madeleine GARANGER, veuve de feu maître Antoine COUSTURET, vivant procureur en ladite cour de parlement, tant en son nom que comme mère et tutrice des enfants mineurs dudit défunt et d'elle, demeurant rue des Ménétriers, paroisse Saint-Josse, d'autre part, lesquelles parties pour éviter le procès qui pourrait se former entre elles pour raison des rentes leur appartenant et qui leur sont échues tant par la succession de défunte Marguerite VAULQUIER, veuve de feu Gilles de BRÉZÉ, que de feue Marguerite VAULQUIER, mère desdits Madeleine et Claude GARANGER, mentionnés au compte de tutelle ... COUSTURET à cause de ladite Madeleine GARANGER jadis sa femme, et CORNU à cause de ladite Claude GARANGER à présent sa femme, par défunt noble homme maître Etienne GARANGER, avocat en la cour, père desdits Madeleine et Claude, et donc les débats ont été jugés par sentence arbitrale du 26 avril 1640 homologué par jugement contradictoire donné par nos seigneur ... du palais du 7 septembre 1640 entre lesdites parties, et dame Geneviève PUCELLE, veuve dudit défunt sieur GARANGER, tant en son nom que comme créancière de la succession dudit défunt, ont été conseillés pour la division desdites rentes de faire trois lots d'icelles, attendu que ledit défunt COUSTURET et ladite GARANGER jadis sa femme ont ci-devant acquis la part et portion par indivis de feu Etienne GARANGER, frère des parties, par contrat sous seing privé reconnu par devant [blanc], notaire au Châtelet de Paris, le 26 août 1643, au premier desquels ont été mises deux rentes, l'une de 75 livres sur le sel entré constituée au profit de défunt Denis VAULQUIER le 4 décembre 1595, et l'autre de 16 livres 6 sols aussi sur le sel le 14 août 1587, au second lot ont été mises les rentes sur le clergé étant quatre parties, à savoir 33 livres 15 sols faisant moitié de 67 livres 10 sols constituée le 11 mars 1562, 11 livres 5 sols 10 deniers constituée le 7 juin 1563 à feu Roger de VAUDETAR, 27 livres 8 sols 4 deniers faisant partie de plus grande somme constituée le 30 mai 1564 à défunt monsieur le président Nicolas, et 48 livres 19 sols 4 deniers faisant partie de 105 livres constituée au profit de défunt Jean POIRIER le 23 janvier 1568, lesdites quatre parties faisant 121 livres 8 sols 6 deniers, et au troisième lot ont été employées trois rentes, à savoir 62 livres 10 sols d'une part et 25 livres d'autre part constituée sur les aides, ladite rente de 62 livres 10 sols constituée le 7 décembre 1570 à demoiselle Charlotte DELORME, et celle de 25 livres constituée le 7 juin 1572, et 76 livres 13 sols 4 deniers constituée le 13 septembre 1575 à prendre sur les recette générales, et d'autant que lesdits premier et deuxième lots sont plus faibles que le troisième a été convenu et accordé que le troisième lot fera surcout audit premier et deuxième lot savoir audit premier lot de la somme de 34 livres 6 sols 8 deniers et audit second lot de 4 livres 4 sols 2 deniers, et ayant été fait trois billets où il a été écrit premier, deuxième et troisième lots et iceux billets pliés et mis dans le chapeau de [blanc] après les avoir par lui mêlés en son dit chapeau en présence des parties et des notaires soussignés en a été baillé un audit CORNU et sa femme, et deux autres à ladite Madeleine GARANGER audit nom, et par le ... et fort desdits lots il s'est trouvé que le premier lot est échu audit CORNU et sa femme, et les second et troisième à ladite Madeleine GARANGER audit nom, pour jouir desdites rentes au bureau qui ... à l'hôtel de cette ville de Paris pour payer, savoir sur le sel le 4 janvier 1643, sur le clergé celui d'octobre 1637, sur les aides celui d'octobre 1631, et sur la recette générale celui de janvier 1619.
(Page 107) Extrait du partage fait entre maître Edme CORNU, procureur en la cour parlement, et Claude GARANGER, sa femme, d'une part, et Madeleine GARANGER, veuve de défunt maître Antoine COURTURIET, vivant procureur en ladite cour.
(Page 109) Idem.
(Page 111) Idem.
(Page 113) 14 juillet 1651 - Nomination de tuteur et subrogé tuteur. Sont comparus les parents et amis de Madeleine âgée de 16 ans ou environ, Anne âgée de 13 ans, Claude âgé de 11 ans, Jeanne âgée de 6 ans, Antoine âgé de 4 ans ou environ et Denis COUSTURET âgé de 2 ans ou environ, enfants mineurs de feu maître Antoine COUSTURET, vivant procureur en parlement, et de Madeleine GARANGER, jadis sa femme, à présent sa veuve, à savoir ladite veuve mère, François COUSTURET, bourgeois de Paris, cousin germain paternel, maître Jonas GUILLARD, procureur en parlement, maître Pierre GUILLARD, commissaire de ... et Jean CH... sieur de Beaumont à cause de feue Gabrielle GUILLARD sa femme, tous cousin paternels, maître Edme CORNU, procureur en ladite cour à cause de sa femme, maître Gervais GARANGER l'aîné, avocat, et messire Denis VAULTIER, bourgeois de Paris, leurs oncles maternels, maître René GARANGER, avocat en parlement, maître Jacques GARANGER, procureur en ladite cour et Jacques AUGER, marchand teinturier, tous cousins maternels, maître Pierre PELLETIER, avocat en parlement, et Jean MOLLÉ, bourgeois de Paris, amis.
Cordialement,
Pascal

jeanpaumelinon
jeanpaumelinon
Messages : 4528
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonsoir,

Dans le [210 – 117] est-ce que ce ne pourrait être Anne AUFRAY / AUFFRAY / OFFRAY
J'ai cette famille dans ma généalogie avec ces trois orthographes.

Bonne soirée à tous
Cordialement
Jean Paul

cdemaz
cdemaz
Messages : 1634
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour les amis,  :D

ouf ! je suis venu à bout de celui-ci :

[210-245] Le 1 juillet 1652 – Cote 407 – Inventaire après le décès de Martin LEMAIRE, vivant cocher du sieur requérant. A la requête de monsieur Me Nicolas MELIAND, conseiller du Roi, maître … en sa cour de parlement (conseiller du Roi en la grande chambre de son parlement, cf vues 259-260) demeurant à Paris rue Saint-Martin, paroisse Saint-Josse, au nom et comme exécuteur du testament et ordonnance de dernière volonté du défunt. Et aussi à la requête et présence de Jean DUPUYS (alias DUPUIS), vigneron demeurant à La Rochette(77000) près Melun, Catherine DUPUYS sa sœur, veuve de feu Jean OUDART, vivant vigneron demeurant audit lieu, tant en leurs noms que comme procureurs de leur frère Philippe DUPUYS, aussi vigneron demeurant audit lieu. Lesdits Philippe, Jean et Catherine DUPUYS enfants de défunts Denis( ?) DUPUYS et de Clémence LE MAIRE jadis sa femme, leur père et mère, laquelle Clémence LE MAIRE était sœur du défunt; de Jacques PASTOR, marchand de chevaux à Paris, y demeurant rue Darnetal (aujourd’hui Greneta), de Anne BERRUYET(alias BERRUYER) sa femme, de Jean BERRUYER, marchand demeurant à la Grange-le-Roi (commune de Grisy-Suisnes, 77166) proche Brie-Comte-Robert, de Martine BERRUYET femme se disant séparée quant aux biens de Julien DUMON, aussi marchand de chevaux demeurant en ladite rue Darnétal. Lesdits Jean, Anne et Martine BERRUYER, frère et sœurs, enfants de défunts Claude BERRUYET et de Florence LE MAIRE, jadis sa femme, leur père et mère, ladite Florence aussi sœur du défunt. De Jacqueline LE MAIRE, fille majeure, demeurant à Paris, rue de la Verrerie, paroisse Saint-Jean-en-Grève, sœur du défunt; de Nicolas COSTAREL( qui signe COSTARELLE), maître chandelier en suif à Paris, y demeurant rue des Gravilliers, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, au nom et comme tuteur, et se faisant fort de Nicolas et Isabelle COSTAREL, enfants mineurs de lui et de défunte Marie LE MAIRE, aussi sœur du défunt; de Marguerite LE MAIRE, veuve de feu Jean LE TARTRE, vivant laboureur demeurant à Emery (aujourd'hui commune d'Emerainville 77184), près l'abbaye de Malenoue , aussi sœur du défunt; tant pour eux que se disant ...avoir charge de Michel TITOU, charron demeurant audit lieu d'Emery, fils de défunts Dominique TITOU et de Nicole LE MAIRE, jadis sa femme, encore pareillement sœur du défunt. Tous héritiers du défunt, frère desdits Jacqueline et Marguerite LE MAIRE, et oncle desdits DUPUYS, BERRUYET, COSTAREL et TITOU. Les biens étant dans la chambre que le défunt occupait, des dépendances de la maison dudit sieur MELIAND, dans laquelle il serait décédé dès le samedi 8 juin 1652.
(vue 252 : Florence, Nicole, Jacqueline LEMAIRE, Jean LETARTRE et Marguerite LEMAIRE, vente d'une rente provenant de défunt Michel LEMAIRE leur père, à Martin LEMAIRE, Nicolas COSTAREL et Marie LEMAIRE sa femme, contrat devant Mouflet et Pourcel du 20 avril 1634, inventorié 9)
(vue 253 : testament du défunt du 23 février 1648, reçu par Louis ABELLY prêtre curé de l'église Saint-Josse, inventorié 14, voir ce testament vues 259-260)

Edit ultérieure
: Merci Pascal.

Quelle famille !  :D

[210-261] Le 20 août 1652 - Cote 409 - Inventaire après le décès survenu le 19 août 1652, de noble homme Jacques ANGUSSE, vivant conseiller secrétaire du Roi en son ambassade de Levant(?). A la requête de Louis ANGUSSE , écuyer, et de damoiselle Isabelle ANGUSSE (ils signent ANGUS) sa sœur majeure, habiles à se dire, porter et nommer héritiers chacun pour moitié du défunt leur père. Et encore ledit sieur ANGUSSE se disant créancier du défunt son père. Les biens étant ès lieux que le défunt occupait, où demeurent lesdits présomptifs héritiers, des dépendances d'une maison sise à la pointe du quai regardant le cloître Notre-Dame, paroisse Saint-Louis, où le défunt serait décédé.

Et je prends les 323 et 397.

Amicalement
Christophe

pganier
pganier
Messages : 3986
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour Christophe "se disant avoir charge"?

Tu mets les cotes, alors je les rajoute... Est-ce que tu lis celle du 90: "Cotté IIIIc III double ...?"
Cordialement,
Pascal

cdemaz
cdemaz
Messages : 1634
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
pganier a écrit :
16 avril 2016, 11:57
Bonjour Christophe "se disant avoir charge"?

Tu mets les cotes, alors je les rajoute... Est-ce que tu lis celle du 90: "Cotté IIIIc III double ...?"
Bonjour Pascal, oui , je lis bien 403. Derrière, je pense qu'il s'agit de "double brevet"
Christophe

cdemaz
cdemaz
Messages : 1634
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonsoir les amis,  :D

voici mes analyses :

[210-323] Le 5 décembre 1652 - Coté 416 - Inventaire après le décès de noble homme Claude BAUDOUYN, conseiller du Roi et président au grenier à sel de Joigny, survenu le 6 novembre 1652. A la requête de sa veuve, damoiselle Marie de LAUNAY, demeurant à Paris rue de Venise, paroisse Saint-Médéric (Saint-Merry), tant en son nom que comme tutrice de Denis, âgé de 5 ans, de Marie, âgée de 4 ans, d'Anne, âgée de 8 mois, et de Marie Anne BAUDOUYN, âgée de 7 semaines, leurs enfants mineurs, habiles à se dire, porter et nommer héritiers du défunt. Et en la présence de noble homme Nicolas TRESNARD (qui signe TRENARD), commissaire ordinaire de la marine, et commissaire à la ... du régiment de ... de Marolles, demeurant rue Tisseranderie, paroisse Saint-Jean-en-Grève, au nom et comme subrogé tuteur des mineurs (élu par acte du Châtelet du 26 novembre 1652). Et encore en la présence de Daniel Ameline, procureur au Châtelet de Paris, y demeurant rue Trousse-Vache paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, au nom et comme procureur de noble homme Bonaventure QUENTIN, sieur de Richebourg, conseiller du Roi, maison et couronne de France et de ses finances, créancier du défunt. Les biens étant en la maison où le défunt était demeurant, sise en ladite rue de Venise, où il serait décédé. La mère de la veuve, Marie THIERIOT, qui habite avec sa fille(vue 331), signe (vue 396).
(vues 342-344 : Contrat de mariage BAUDOUYN-de LAUNAY, passé par-devant Le Roux et Moufle, le 18 juillet 1644. Ladite Marie de LAUNAY, fille de Marie THIERRIOT, et de défunt Jean de LAUNAY, vivant avocat en parlement. Ledit Claude BAUDOUYN, fils de Martin BAUDOUYN et de Barbe DANIEL)

[219-397] Le 26 février 1652 - Coté 406 - Inventaire après le décès de noble homme Me Jean PREVOST, docteur en médecine demeurant à Paris, rue Saint-Martin paroisse Saint-Merry. A la requête de sa veuve, Anne FREMIN, tant en son nom que comme exécutrice du testament et ordonnance de dernière volonté du défunt (reçu par Anceau et Demas l'un des notaires soussigné, le 29 janvier 1652). En la présence de Me Jacques GILLET, procureur au châtelet de Paris, y demeurant rue de la Cossonnerie, paroisse Saint-Eustache, au nom et comme procureur de Me Jean BRIDAULT, conseiller et secrétaire du Roi maison et couronne de France et de ses finances; de Louise PREVOST, veuve de feu Nicolas FREMIN, vivant laboureur demeurant à Saint-Mard (77230); de Françoise HEBARDE(qui signe HEBART) veuve de feu Pierre PREVOST, vivant laboureur demeurant à Neufmontiers (77124); de Claude BOISLEAU (qui signe BOILLEAU), laboureur à Tremblay (93290), au nom et comme tuteur des enfants mineurs de défunt Claude PREVOST, vivant aussi laboureur; et de Jacques de LA JOUR, chirurgien demeurant à Mitry(77290), à cause de Madeleine GUERIN sa femme. Et lesdits sieurs nommés fondé de procuration, savoir dudit sieur BRIDAULT sous sein privé daté du 12 février 1652, étant au dos de la procuration de Laurent BAUCHERON, laboureur demeurant audit Saint-Mard (77230) sous Dammartin, comme se faisant fort de ladite Louise PREVOST, sa belle-mère, veuve de Nicolas FREMIN, vivant aussi laboureur à Saint-Mard; et dudit BOILLEAU, passée par-devant Chaussière l'un des notaires soussignés [...]. Les sus nommés habiles à se dire et porter héritiers du défunt. Les biens étant ès lieux que le défunt occupait des dépendances d'une maison, dont est principal locataire le sieur Datis maître chirurgien à Paris, sise en ladite rue Saint-Martin.
(vue 403 : Contrat de mariage Jean PREVOST-Anne FREMIN alors veuve de Gervais GALLERAN, passé par-devant Lestoré et Charlet le 2 septembre 1646)
(vue 405 : Inventaire après le décès de Gervais GALLERAND, à la requête de Anne FREMIN alors sa veuve, par-devant Gaultier et Charlet, le 9 septembre 1645. Apparait Jean GALLERAND, leur fils mineur)
(vues 405-406 : partage de la succession de Simon PREVOST, vivant laboureur à La Villette, et Perrette DURAND, père et mère du défunt Jean PREVOST, passé par-devant Etienne Baillet tabellion en la prévôté du Bois-le-Vicomte, la Villette et Mitry (77290), daté du 30 octobre 1643)
(vue 415 : Laurent BAUCHERON, laboureur à Saint-Mard (77230) sous Dammartin, au nom et comme se faisant fort de Louise PREVOST sa belle-mère, veuve de Nicolas FREMIN, vivant aussi laboureur à Saint-Maur; et Claude BOISLEAU, aussi laboureur demeurant à Tremblay, tant en son nom que comme tuteur des enfants mineurs de défunt Claude PREVOST, vivant aussi laboureur, et comme se faisant fort de [blanc] HEBARDE, veuve de défunt Pierre PREVOST, vivant pareillement laboureur demeurant à Neufmontiers, et encore au nom et comme se portant fort ledit Claude BOISLEAU de Jacques de LA JOUR, chirurgien demeurant à Mitry à cause de Madeleine GUERIN sa femme.

Maître Demas est bien long à déchiffrer  :(

Nous sommes trois, et il reste trois inventaires, je prends le 419.

Bonne fin de dimanche ;)
Christophe.

pganier
pganier
Messages : 3986
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonsoir ;)

Voilà les miennes:

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 0&page=305
[210-305] 21 novembre 1652 - Cote 415 - Inventaire après le décès de feu François BRUNET, vivant maître miroitier  à Paris, à la requête de Marguerite LE JEUNE, sa veuve, demeurant rue de la Petite Corroierie, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, où le défunt serait décédé le 19 novembre 1652, en son nom à cause de la communauté qu'elle a eue avec ledit défunt, et en la présence de Jean BRUNET, son frère, aussi maître miroitier à Paris, demeurant rue des Lavandières, paroisse Saint-Germain-de-l'Auxerrois, tant pour lui que pour Martin JOLY, laboureur, demeurant en la paroisse de Saint-Martin-des-Besaces (14350) en Normandie, et de Michelle BRUNET, sa femme, à cause d'elle, frère et sœur dudit défunt, ses présomptifs héritiers, et à la conservation desdites parties et de tous autres qu'il appartiendra.
(Page 310) Contrat de mariage entre BRUNET x LE JEUNE, le 18 avril 1643, devant Gerbault et Lestoré, notaires.

http://www.geneanet.org/archives/regist ... 0&page=313
[210-313] 18 novembre 1652 - Cote 414 - Inventaire des biens de la succession de défunt maître Jacques RUSTEL, vivant fermier des aides de l'élection de Joigny (89300), à la requête de maître Pierre PATIN, procureur au Châtelet de Paris, demeurant rue des Ménétriers, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, au nom et comme procureur de monsieur Pierre CARTAULT, en devant commis à la réception générale des droits, créancier de la succession dudit défunt, de Raymonde BARTHELEMY, veuve de défunt Jean RUSTEL, vivant marchand bourgeois de Paris, demeurant rue des Deux-Portes, paroisse Saint-Sauveur, héritière par bénéfice d'inventaire dudit défunt son fils, et en la présence des créanciers nommés au procès verbal de maître Etienne GALLIOT, commissaire examinateur au Châtelet de Paris, qui a mis et apposé le scellé sur un cabinet qui est en l'une des chambres dépendant de la maison de ladite veuve à la requête de Philippe DANIEL au nom et comme ayant charge dudit CARTAULT, et à la conservation des droits de qui il appartiendra.
Cordialement,
Pascal

Répondre

Revenir à « Paléographie »