Répondre

Aide à l'indexation des inventaires de Me Jean Levasseur (1637 à 1651)

nchantelou
female
Messages : 93
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

De nouvelles liasses d'inventaires sont soumises à la lecture et à l'analyse sagace du forum "Paléographie" : Inventaires de Me Jean Levasseur (1637 à 1651)

Il s'agit de faire une analyse sommaire de liasses d'inventaires après décès de Paris, qui seront ensuite indexées sur Geneanet avec une copie aux Archives Nationales. Pour gagner du temps, le numéro de chaque première page est indiqué.

Toute personne intéressée par le projet ou simplement par cet exercice de paléographie est évidemment la bienvenue pour donner un coup de main !

Merci d'avance de votre collaboration !

nicole

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=17865
Inventaires de Jean Levasseur - AN ET-XLV-257 (1637-1641)

1 A
18 A

42 B
50 B

84 Ch
93 Ch

102 Ch
115 Ch

134 B
136 B
138 Ch
150 Ch
170 Ch

175 JD
177 JD
183 JD

188 Ch
222 Ch
226 JD
233 JD
238 JD

240 A
256 A
266 JD
269 JD
275
284
289
294
301
312
332
357
361
367
372
388
394
401
405
433
447

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=17866
Inventaires de Jean Levasseur - AN ET-XLV-258 (1642-1646)

1
6
10
21
24
47
65
80
99
107
123
130
136
140
143
147
154
163
192
198
202
209
213
220
234
244
251
253
258
271
275
279
282
284
290
323
329
337
386
394
400
423

http://www.geneanet.org/archives/regist ... tion=17867
Inventaires de Jean Levasseur - AN ET-XLV-259 (1647-1651)

1
5
12
18
23
47
51
53
58
68
72
75
84
92
111
115
125
137
144
150
156
160
168
192
200
216
225
229
248
255
263
276
285
305
321
331
335
338
346
391
402
410
413
423
437
446

alachaud
alachaud
Modérateur bénévole
Messages : 5226
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous,

J'ouvre le bal!

[257-1] 18 novembre 1641 – Inventaire dressé après le décès, survenu le 11 novembre 1641, de Jean LE NOIR, vivant marchand bourgeois de Paris, à la requête de Marie BENOIST, sa veuve, demeurant rue Saint-Denis en la maison où pend pour enseigne le Heaume, paroisse Saint-Eustache, tant en son nom à cause de la communauté de biens qui a été entre elle et le défunt que comme tutrice de Simon LE NOIR, âgé de 13 ans ou environ, Madeleine LE NOIR, âgée de 8 ans, Marie LE NOIR, âgée de 2 ans et demi et Elisabeth LE NOIR, âgée d’un an, et du posthume dont elle est à présent enceinte, tous les dits mineurs, frère et sœurs, et ledit posthume, enfants dudit défunt et de ladite veuve, habiles à se dire, porter et nommer héritiers dudit défunt, leur père, et en la présence de Crépin LE NOIR, aussi marchand bourgeois de Paris, y demeurant en ladite rue et paroisse, oncle paternel et subrogé tuteur desdits mineurs et dudit posthume
(vue 16) cote 3 – 31 octobre 1627 - contrat de mariage entre Jean LE NOIR et Marie BENOIST, fille de Simon BENOIST et de Marie PIJART (Jolly et Collé, notaires au Châtelet).
(vue 16) cote 4 – 11 mai 1638 - Simon BENOIST, frère de Marie BENOIST (voir page 17), changeur ordinaire du Roi, bourgeois de Paris, tuteur de Claude, Catherine, Madeleine et Geneviève BENOIST, enfants mineurs de Simon BENOIST et de Marie PIJART.
(vue 17) Marie BAUDOUYN, aïeule de Marie BENOIST.

[257-18] 24 octobre 1641 – Inventaire dressé après le décès de Jean CHAPELLAIN, vivant notaire garde-notes du Roi au Châtelet de Paris, à la requête de Geneviève MATHEAU, sa veuve, demeurant rue de l’Arbre-Sec, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, tant en son nom à cause de la communauté de biens qui a été entre elle et le défunt que comme tutrice de Andrée CHAPPELAIN, âgée de 18 ans, François CHAPPELAIN, âgé de 15 ans, Louis CHAPPELAIN, âgé de 13 ans et Claude CHAPPELAIN, âgé de 8 ans, enfants mineurs dudit défunt et d’elle, et aussi à la requête et présence de Me Jean CHAPPELAIN, aussi notaire au Châtelet de Paris, y demeurant en ladite rue et paroisse, aussi tant en son nom que comme subrogé tuteur desdits mineurs, ses frères et sœur, et de Me Nicolas HERBIN, huissier ordinaire du Roi en son conseil, en son nom, à cause de Geneviève CHAPPELAIN, sa femme, demeurant à Paris, susdits rue et paroisse, tous les dits CHAPELLAIN, frères et sœurs, habiles à se dire, porter et nommer héritiers dudit défunt, leur père.
(vue 29) cote 1 – 12 octobre 1614 - Contrat de mariage entre Jean CHAPELLAIN et Geneviève MATHEAU, fille de Simon MATHEAU (Contesse et Bontemps, notaires). Donation par Denis DANGEREUX et Andrée SAILLART, aïeux de Geneviève MATHEAU, de deux maisons sises au faubourg Saint-Denis.
(vue 30) cote 2 - 18 janvier 1619 - Transport de droits successifs à Jean CHAPELLAIN par Charles CHARPENTIER, marchand bourgeois de Paris et Noëlle JULLIEN, sa femme, leur appartenant de par la succession mobilière et immobilière de défunte Marguerite CHARPENTIER, leur fille, au jour de son décès femme en premières noces dudit Jean CHAPELLAIN (contrat de mariage Jean CHAPELLAIN x Marguerite CHARPENTIER du 17 avril 1611 par Muret et Le Jars, notaires).
(vue 36) cote 13 - Jean CHAPELLAIN l’Aîné, notaire, père dudit Jean CHAPPELAIN.
(vue 40) cote 22 - 27 août 1634 - Contrat de mariage entre Nicolas HERBIN et Geneviève CHAPPELAIN (Prieur et Laisné, notaires).

C'est très reposant comme écriture :D

Amicalement,

Anthony
Modérateur des forums Paléographie, Allemand, Latin et Autres Traductions

bertrandg
male
Messages : 81
Quand vous voulez, je suis prêt !
(je n'ose plus m'attribuer tout seul des IAD, j'attends les consignes d'en Haut :D )

Bertrand

bertrandg
male
Messages : 81
Je ne vois pas de début d'IAD en vue 42 :?:

Bertrand

alachaud
alachaud
Modérateur bénévole
Messages : 5226
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Modérateur des forums Paléographie, Allemand, Latin et Autres Traductions

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous, :)

Anthony, serait-il possible que tu m'accordes les danses 84 et 93 ?
Un grand merci

Christophe.

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Re bonjour à tous,

voici :

[257–84] Le vendredi 7 juin 1641 – Inventaire après le décès de Blanchet BROCHANT, sieur de la Chermoye, survenu le 1er mai 1641. A la requête de damoiselle Jacquette de CROISILLE, sa veuve, demeurant à Paris, dans le cloître et paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, tant en son nom comme créancière du défunt, que comme tutrice élue le 1 juin 1641, de François, âgé de 7 ans, Pierre, âgé de 5 ans et demi, Jean-Baptiste, âgé de 4 ans, et Anne BROCHANT, âgée de 2 ans, leurs enfants mineurs. Et en la présence de Alonse MARIAGE, écuyer demeurant à Paris, rue Troussevache, paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, subrogé tuteur desdits mineurs. Et aussi en la présence de maître Jean Couvé, procureur au Châtelet de Paris, y demeurant rue Saint-Jean de Beauvais, paroisse Saint-Etienne-du-Mont, et comme procureur de maître Mathurin BOURELIER, procureur du Roi en l’élection de Dreux (28100), à cause de Françoise BROCHANT sa femme, fille dudit défunt et de défunte Catherine ROTROU, sa femme en premières noces.
(vue 87) cote 1 : 1633 – Contrat de mariage Blanchet BROCHANT x Jacquette de CROISILLE.
(vue 87) cote 2 : 1641 – Séparation de biens.
(vue 89) cote 7 : 1616 – Tutelle donnée à Dreux, Blanchet BROCHANT élu tuteur de Françoise BROCHANT, sa fille mineure. Et inventaire au bailliage de Dreux, après le décès de Catherine ROTROU, du 16 juillet 1616 , à la requête de Jean ROTROU, bourgeois de Dreux, curateur de ladite Françoise BROCHANT.
(vue 90) cote 12 : 1628 – Obligation par ledit défunt (Blanchet BROCHANT) et Jeanne MOREL, sa femme, à jacques de Guillon.
(vue 91) cote 20 : Bref état de compte présenté par Blanchet BROCHANT au nom de tuteur de Françoise BROCHAND sa fille, à Germain et Jean ROTROU, oncles et curateurs de ladite Françoise BROCHAND, et en la présence de Anne LE PELLETIER, son aïeule maternelle.

[257–93] Le lundi 13 mai 1641 – Inventaire après le décès de Jean POUPART, maître maréchal à Paris. A la requête de honorable femme Marguerite DU VERGER, sa veuve, demeurant rue Neuve-Saint-Honoré, paroisse Saint-Roch, vis-à-vis l’hôtel de Vendôme, en son nom à cause de la communauté qui a été entre elle et le défunt. Et en la présence de Jean DEJOUY, premier valet de chambre de madame la duchesse de Vendôme, demeurant à Paris en ladite rue et paroisse, à cause de Marguerite POUPART, sa femme, fille et seule héritière du défunt.
(vue 96) cote 1 : 1612 – Contrat de mariage Jean POUPART x Marguerite DU VERGER.
(vue 96) cote 2 : 1639 – Testament et codicille de Jean POUPART.
(vue 99) cote 19 : 1633 – Michel de LINS (de LIVET ?), maître charron, Guillaume BISET, maître jardinier, Antoine DU VERGER et Robert DU VERGER, tous héritiers avec ladite Marguerite DU VERGER, de feue Jeanne COLLET leur mère, qui reconnaissent que ledit POUPART, leur à tenu un fidèle compte.
(vue 100) cote 20 : 1636 – Antoine DU VERGER reconnaît que le défunt (Jean POUPART) lui a rendu compte des loyers qu’il à reçu des locataires de la maison où soulait pendre pour enseigne le Fer de Moulin (rue Neuve-Saint-Honoré, cf. cote 4). 1638 – Nicole BAILLY, veuve dudit Antoine DU VERGER, comme tutrice des enfants dudit défunt et d’elle, reconnaît que ledit Jean POUPART lui à aussi rendu compte des loyers de ladite maison, dont en appartenait un cinquième auxdits mineurs (par représentation de leur père).

Et si je peux poursuivre la ronde avec les 102 et 115 STP.
Merci.

Christophe.

bertrandg
male
Messages : 81
Je ne sais pas ce que j'ai fabriqué, peut-être cliqué sur le lien de la liasse suivante... :oops: :?:

Enfin le voilà ce fameux 42 !

[257 - 42] 24 octobre 1641 - Inventaire après le décès de feu Jacque CHARLOT, maître palefrenier de la grande écurie du Roi, à la requête de Julienne DEPARIS, sa veuve, qui était auparavant veuve de feu Abraham CHANDELLIER, bottelier de foin sur les ports, demeurant à Paris dur la butte Saint-Honoré, paroisse Saint-Roch. Fait en la maison où elle demeure, rue d'Argenteuil où est pour enseigne La Médaille.
(vue 45) cote 1 : 1636 - contrat de mariage entre Jacques CHARLOT et Julienne DE PARIS, reçu Buon et Remond notaires.
(vue 46) cote 2 : 1641 - testament du défunt Jacques CHARLOT reçu Morel et Le Vasseur notaires.
cote 3 : 1641 - quittance entre Claude LURDIN dit BOURRé laboureur à Esteins en Bourgogne, mari de Jeanne CHARLOT, André CHARLOT, laboureur à Quincerot (21500) et Jean THUILOT, laboureur à Senailly (21500), mari d'Ursine CHARLOT, lesidts Jeanne, André et Ursine CHARLOT frère et soeurs, héritiers dudit défunt Jacques CHARLOT leur oncle, reçue Morel et Le Vasseur.

Et puis le suivant.

[257 - 50] 31 juillet 1641 - Inventaire après le décès de feu maître Louis HEURTEVIN, procureur au châtelet de Paris. A la requête de maître Louis HEURTEVIN, bourgeois de Paris, noble homme maître Jean HEURTEVIN, avocat en parlement et de dame Marie HEURTEVIN, femme de maître Nicolas DUMAYNE, procureur en parlement, tous enfants du défunt et de défunte Françoise HAVISE / HAINSE, sa femme, demeurant à Paris, rue de Bièvre, paroisse Saint-Etienne-du-Mont, en la maison où le défunt est décédé le 27 du présent mois.
(vue 57) cote 1 : 1638 - testament olographe du défunt, reconnu en 1641 devant Nourry et Chaalon notaires.
(vue 58) cote 2 : 1636 - transaction entre ledit défunt maître Louis HEURTEVIN, héritier de défunt maître Jean HEURTEVIN, son frère, procureur au châtelet et ledit Maître Jean HURTEVIN, avocat, son fils, donataire de défunte dame Marie VORSE, au jour de son décès veuve en dernières noces de feu maître Jacques CLEMENT, avocat et auparavant veuve dudit feu Maître Jean HEURTEVIN, d'une part, et Maître Jean VORSE, commis au greffe criminel du châtelet, ayant droit de Maître Farnçois VORSE et de Charles VORSE, écuyer, ses frères, Nicolas BORIN, maître apothicaire et Marie VORSE, sa femme, Claude TOCQUET, femme de Maître Guillaume TESTART, Marie, Pierre et Prosper TESTART leurs enfants, substitués par le testament de ladite feue VORSE à la portion héréditaire d'icelle Claude TOCQUET leur mère de la succession d'icelle défunte, Nicolas TOCQUET, bourgeois de Paris; et Opportune LE NATTIER, femme de Maître Etienne CHEVILLART. Lesdits François, Jean, Charles et Marie VORSE, Claude et Nicolas TOCQUET avec ladite Opportune LE NATTIER héritiers chacun pour 1/7 de ladite feue VORSE leur tante, reçu Nourry et Charles notaires.
(vue 60) cote 11 : 1630 - lettres de bénéfice pour ledit feu Louis HEURTEVIN pour prendre la succession de feu Maître Barthélémy HEURTEVIN, son frère.
(vue 72) article 7 trouvé en nature : 1549 - contrat passé en faveur de maître Jacques HEURTEVIN, père du défunt, reçu Hurtault et Bridou notaires à Fère-en-Tardenois (02130).
(vue 76) cote 31 en nature : 5 pièces concernant la paiement par le défunt des pensions de ladite Marie HEURTEVIN sa fille à défunt Maître Antoine VORSE son oncle.

Et voilà.

A suivre

Bertrand

pganier
pganier
Messages : 4940
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
On est rendu chez Le Vavasseur là? (j'ai pas suivi)

Je croyais qu'il me restait une analyse encore. Vous me confirmez?

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
pganier a écrit :
27 mai 2020, 18:20
On est rendu chez Le Vavasseur là? (j'ai pas suivi)

Je croyais qu'il me restait une analyse encore. Vous me confirmez?
Salut Pascal,
oui, je te le confirme, il te reste un petit dernier (le 114) Le Cat pour la route. On te garde un peu du gâteau Levasseur. ;)

@ Bertrand : pour info tu peux faire un e majuscule accent aigu, en faisant Alt + 144
Ce qui donne É.

Et voici une paire, avec encore un nom prédestiné : LE CŒUR, médecin.

[257–102] Le mercredi 20 mars 1641 – Inventaire après le décès de damoiselle Françoise BISART (BIZARD), survenu le 25 août 1640. A la requête de son mari, noble homme maître Alexandre LE CŒUR, docteur en médecine et médecin consultant de monseigneur le duc d’Orléans frère unique de Sa Majesté, demeurant à Paris, rue Aubry Le Boucher, paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles, tant en son nom que comme tuteur et curateur de Marie LE CŒUR, âgée de 13 mois ou environ, leur fille mineure. Et en la présence de Hilaire du TEIL, concierge de madame de Villennes, en son château de Villennes (Villennes-sur-Seine, 78670) près de Poissy, étant de présent à Paris, au nom et comme subrogé tuteur de ladite mineure, habile à se dire, porter et nommer seule héritière et pour le tout de la défunte sa mère. Les biens étant en une seconde chambre et autres lieux dépendant de la maison où pend pour enseigne la Croix blanche, en la rue Aubry le Boucher que ledit sieur LE CŒUR tient et occupe, et où elle est décédée.
(vue 111) cote 1 : 1635 par-devant Paullard greffier et tabellion à Poissy – Inventaire après le décès de Marguerite GERVAISE, à la requête de son mari, ledit (Alexandre) LE CŒUR, comme tuteur de Françoise LE CŒUR, leur fille mineure.
(vue 112) cote 2 : 1639 – Contrat de mariage Alexandre LE CŒUR x Françoise BISART, sa femme en secondes noces. Dame Marie FAYET, dame châtelaine de Villennes, promet 1 400 livres tournois, y compris 200 livres qui avaient été données à ladite BISART par défunt maître Antoine FAYET, chanoine de Paris, ainsi qu’une donation entre-vifs de 6 000 livres.
(vue 113) Sieur Louis de LA GARDE, archer des gardes du corps du Roi, beau-frère dudit LE CŒUR.

[257–115] Le vendredi 8 mars 1641 – Inventaire après le décès survenu le 5 mars 1641, de honorable homme Nicolas SERRES (SERRE), chirurgien de la feue Reine Marguerite, et maître chirurgien, bourgeois de Paris. A la requête de honorable femme Louise CAILLOT, sa veuve, demeurant rue Saint-Martin, paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, tant en son nom que comme exécutrice du testament du défunt, de maître Guy REMOND, notaire au Châtelet de Paris, y demeurant en ladite rue, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, exécuteur avec ladite CAILLOT, dudit testament. Et en la présence de honorable homme Charles SERRE, aussi maître chirurgien, bourgeois de Paris, y demeurant rue Saint-Honoré, paroisse Saint-Eustache, habile à se dire seul héritier du défunt son oncle ; de noble homme Nicolas de POIX, bourgeois de Paris et ancien échevin de cette ville, et l’un des maîtres gouverneur et administrateur de l’hôtel-Dieu de cette ville de Paris, de maître François HIEROSME, leur receveur général, et de honorable homme Claude SYMONNET, bourgeois de Paris et receveur général des pauvres de cette ville et faubourgs de Paris, Michel SEMELLE et Charles MARCADÉ, bourgeois de Paris, commissaires au grand bureau desdits pauvres, députés pour assister au présent inventaire. Lesdits sieurs gouverneur dudit Hôtel-Dieu et commissaires des pauvres, ès dites qualité, légataires dudit défunt sieur SERRE.
(vue 125) cote 1 : 1620 – Contrat de mariage Nicolas SERRE x Louise CAILLOT. 1620 – Inventaire avant mariage des biens dudit SERRE. 1620 – Inventaire des biens qui étaient communs entre ladite CAILLOT et à sa requête, et défunt Simon MAILLARD, son premier mari.

Dans cette valse de notables, je veux bien une autre paire. Merci Anthony ;)

Bonsoir à tous et à demain.
Christophe.

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Bonjour à tous, déchiffreur ou non, :)

voici ma contribution du moment, des deux que je dois qui sont en fait 3 inventaires. Le 170 est à ajouter à la liste :

[257–138] Le mercredi 5 septembre 1640 – Inventaire après le décès de Thomas du TOCQ, écuyer, sieur de Mimouche et capitaine au régiment de la Marine. A la requête de damoiselle Françoise du BOCQUET, sa veuve, demeurant à Paris, rue Neuve Saint-Honoré, paroisse Saint-Roch, en une maison proche et attenant la porte Neuve Saint-Honoré, tant en son nom comme créancière de la succession du défunt pour ses dot et conventions matrimoniales, que comme mère et tutrice créée le 31 août 1640, de Louise, âgée de 8 ans et demi, Henri, âgé de 6 ans et demi, Elisabeth, âgée de 4 ans, Françoise, âgée de 3 ans, et Angélique du TOCQ, âgée de 19 mois, leurs enfants mineurs. Et en la présence de Edmé CORNU, procureur en Parlement, demeurant à Paris, rue de la Parcheminerie, paroisse Saint-Séverin, subrogé tuteur desdits mineurs. Les biens étant en la maison de Paris, et en une maison sise à Chartrettes (77590) près de Melun.
(vue 145) cote 1 : 1628 – Contrat de mariage Thomas du TOCQ x Françoise du BOCQUET. Jean du BOCQUET, écuyer, sieur de Civry (Sivry) et damoiselle Antoinette de JORRUS, sa femme, nourrice du Roi, père et mère de la future, donnent 16 000 livres. Opportune OUDE, mère du futur, 1 000 livres de rente annuelle.
(vue 146) cote 3 : 1639 – Transport audit sieur du TOCQ et ladite du BOCQUET, d’un fief et manoir sis sur le terroir et paroisse de Civry (Sivry-Courtry, 77115), vulgairement appelé le fief du Petit-Mimouche.
(vue 147) cote 4 : 1639 – Aveu et dénombrement par ledit sieur du TOCQ audit sieur Jean du BOCQUET, sieur de Sivry et du Chesnoy (le Chesnoy-lès-Sens, Paron, 89100), de ladite terre du Petit-Mimouche, relevant dudit sieur du BOCQUET, à cause de sadite terre de Sivry.
(vue 149) Ladite veuve déclare qu’il est du à dame Louise du BOCQUET, sa sœur, veuve de maître Pierre de la MESCHAUSSÉE, chevalier, sieur de Merat les comérazes ( ?).

[257–150] Le jeudi 9 août 1640 – Inventaire après le décès de honorable femme Denise LENFANT (LENFFANT). A la requête de son mari, honorable homme Eustache CHEVREAU, marchand affineur et départeur d’or et d’argent, bourgeois Paris, y demeurant rue et paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, en la maison où est pour enseigne la Rose rouge, tant en son nom que comme tuteur élu le 18 juillet 1640, de Michel CHEVREAU, âgé de 14 à 15 ans, leur fils mineur. Et en la présence de honorable homme Louis LENFANT, juré mouleur de bois, bourgeois de Paris, demeurant au bout du pont au Change, paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, subrogé tuteur dudit mineur. Les biens étant en ladite maison de la Rose Rouge, et en une maison et lieux sis au lieudit la Follie-Regnault, près de Paris proche et hors la porte Saint-Antoine (cf. cote 2), montrés par ledit CHEVREAU, et par Louis HARASSE, beau-frère dudit CHEVREAU, Pierre LENFANT, neveu d’icelui CHEVREAU à cause de la défunte sa femme, aussi demeurant avec ledit CHEVREAU en ladite maison.
(vue 161) cote 1 : 1622 – Contrat de mariage Eustache CHEVREAU x Denise LENFFANT. Pierre LENFFANT, père de la future promet 1 400 livres.
(vue 164) cote 5 : 1627 – Partage entre Jacques de LALEU, maître tireur d’or et d’argent, et Marie LENFFANT sa femme, héritiers en partie de défunts Pierre LENFFANT et de Denise LEFEBVRE, jadis sa femme ses père et mère, Louis et Françoise LENFFANT, émancipés sous l’autorité de Georges DUPONT leur curateur, ledit Eustache CHEVREAU et Denise LENFFANT sa femme, ledit DUPONT en ladite qualité et encore comme tuteur des enfants mineurs de lui et de défunte Jeanne LENFFANT sa femme ; Antoine LE GENDRE, marchand bourgeois de Paris, comme tuteur de Pierre LENFFANT, fils mineur de défunt Bertrand LENFFANT et de Marguerite LE GENDRE ses père et mère. Tous lesdits mineurs, Louis et Françoise et Denise LENFFANT, héritiers avec Pierre LENFFANT, chacun pour un septième desdits défunts Pierre LENFFANT et Denise LEFEBVRE.
(vue 164) cote 6 : Ledit CHEVREAU à déclaré qu’il est propriétaire de la maison sise à Maule (78580), provenant de Jean CHEVREAU son père.
(vue 164) cote 7 : 1621 – Vente audit (Eustache) CHEVREAU, par Louis HARRASSE et Antoinette CHEVREAU, sa femme.

[257–170] Le lundi 30 juillet 1640 – Inventaire après le décès de Pierre de LESCHE, marchand de chevaux à Paris. A la requête de Marie PETIT, sa veuve demeurant rue Neuve Saint-Honoré, en la maison où est pour enseigne le Dauphin, paroisse Saint-Roch, tant en son nom que comme tutrice de Etiennette de LESCHE, âgée de 9 ans, leur fille mineure, par acte de tuition du 27 juillet 1640. Et aussi à la requête et présence de Claude de LESCHE, aussi marchand de chevaux à Paris, y demeurant avec ladite veuve sa mère, émancipé d’âge sous l’autorité de sa mère, et de Michel MOISSON, marchand plâtrier demeurant au faubourg et paroisse Saint-Laurent, à cause de Jeanne de LESCHE sa femme, et encore ledit MOISSON comme subrogé tuteur de ladite mineure. Et en l’absence de Pierre BIGOT, bourgeois de Paris, à cause de Elisabeth de LESCHE sa femme. Tous lesdits Claude, Elisabeth, Jeanne et Etiennette de LESCHE, frère et sœurs, habiles à se dire, porter et nommer héritiers du défunt leur père.
(173) cote 2 : Certificat du 18 juillet, de François MICHEL, prêtre vicaire perpétuel de Cambremer (14340) qui certifie avoir inhumé ledit défunt le mercredi 11 juillet (1640).

Je veux bien une paire supplémentaire (foxtrot ou paso doble). ;)
Christophe.

alachaud
alachaud
Modérateur bénévole
Messages : 5226
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
Salut Christophe,
cdemaz a écrit :
28 mai 2020, 13:47

(173) cote 2 : Certificat du 18 juillet, de François MICHEL, prêtre vicaire perpétuel de Cambrenier ( ?) qui certifie avoir inhumé ledit défunt le mercredi 11 juillet (1640).

Je veux bien une paire supplémentaire (foxtrot ou paso doble). ;)
Serait-ce Cambremer dans le Calvados?

Désolé monsieur, mais il ne nous reste qu'une carioca et une lambada.

Amicalement,

Anthony
Modérateur des forums Paléographie, Allemand, Latin et Autres Traductions

cdemaz
cdemaz
Messages : 2828
Saisie : Geneweb
Voir son arbre
alachaud a écrit :
28 mai 2020, 13:51
Salut Christophe,
cdemaz a écrit :
28 mai 2020, 13:47

(173) cote 2 : Certificat du 18 juillet, de François MICHEL, prêtre vicaire perpétuel de Cambrenier ( ?) qui certifie avoir inhumé ledit défunt le mercredi 11 juillet (1640).

Je veux bien une paire supplémentaire (foxtrot ou paso doble). ;)
Serait-ce Cambremer dans le Calvados?

Désolé monsieur, mais il ne nous reste qu'une carioca et une lambada.

Amicalement,

Anthony
Bonjour à tous,

Merci Anthony pour Cambremer, (en me relisant et entre temps, j'avais corrigé mon erreur)

Bon, alors je réserve la carioca N°188 et la lambada N°222 ;)

A bientôt
Christophe

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Messages : 6429
Reprenons un peu le fil :

[257 - 175] 27 juin 1640 – Inventaire de séparation de biens, dressé à la requête d’Antoinette BERTHIN, femme séparée quant aux biens de Louis NOLLEAU, charron demeurant à Brie-Comte-Robert, par sentence donnée au bailliage de Bourg-la-Reine, en la présence dudit Louis NOLLEAU. Les biens étant en la maison de noble homme Me Antoine THEVENIN, conseiller du Roi, contrôleur des rentes sur la ville, sise à Paris rue Geoffroy-Langevin.

[257 - 177] 12 mai 1640 – Inventaire dressé après le décès de défunte honorable femme Claude LE CONTE, veuve de feu Antoine HUDEBERT, maître tourneur sur bois à Paris, à la requête de noble homme Me Pierre HUDEBERT, prêtre, conseiller et aumônier du Roi, prieur au prieuré de Versailles et l’un des grands vicaires en l’église de Paris, y demeurant au cloître de ladite église, au nom et comme exécuteur du testament et ordonnance de dernière volonté de la défunte, et aussi à la requête de Marie HUDEBERT, veuve de feu Antoine DE SAINCT LÉGER, maître menuiser à Paris, y demeurant rue Saint-Martin, paroisse Saint-Laurent, Jeanne HUDEBERT, fille majeure usant et jouissant de ses biens et droits, et de Philippe HUDEBERT, aussi maître tourneur sur bois à Paris, y demeurant en ladite rue Saint-Martin, paroisse susdite, et en l’absence d’Antoine HUDEBERT, pareillement maître tourneur sur bois à Paris, y demeurant à la Villeneuve-sur-Gravois, et aussi en la présence de Me Georges Lefebvre, pour l’absence de Robert HUDEBERT, absent de Paris depuis plus de 20 ans, lesdits Marie, Antoine, Robert, Jeanne et Philippe HUDEBERT frères et sœurs habiles à se dire, porter et nommer héritiers de ladite défunte leur mère.
(vue 180) cote 1 : 1640 - testament de la défunte Claude LE CONTE.
(vue 180) cote 2 : 1633 – inventaire après le décès dudit feu Antoine HUDEBERT.
(vue 181) cote 8 : 1623 - contrat de mariage entre lesdits Marie HUDEBERT et Antoine DE SAINCT LÉGER.

[257 - 183] 24 avril 1640 – Inventaire dressé après le décès, survenu le 20 avril 1640 de défunte Anne LE DEVIN, veuve d’honorable personne Mathieu SIGURET, marchand orfèvre à Paris, à la requête d’honorable homme Jean SIGURET, marchand orfèvre à Paris, y demeurant proche la Vallée-de-Misère, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, Louis LENFFANT, juré mouleur de bois à Paris et Louise SIGURET sa femme, de lui autorisée, demeurant à Paris au bout du Pont-au-Change, paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, et François SIGURET, marchand bourgeois de Paris, y demeurant rue Saint-Denis, paroisse susdite, émancipé d’âge, usant et jouissant de ses biens et droits sous l’autorité de Me Guillaume Thomas, procureur au Châtelet de Paris, son curateur aux causes, pour ce présent, lesdits Jean, Louise et François SIGURET frères et sœurs, enfants et héritiers des défunts chacun pour un tiers.
Les biens étant en une maison sise rue Saint-Jacques-de-la-Boucherie, où est pour enseigne le Coq.

Bonne journée à tous.
JD

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Messages : 6429
Encore ces trois i :


[257 - 226] 31 mai 1639 – Inventaire dressé après le décès de feu honorable homme René LESCUYER, bourgeois de Paris, à la requête de sa veuve honorable femme Claude CHARTIER, demeurant rue du Coq, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, en son nom à cause de leur communauté de biens, et aussi à la requête et présence d’honorable femme Louise CARRIER, veuve de feu Henry LESCUYER, maître peintre à Paris, y demeurant rue Beaubourg, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, au nom et comme tutrice de Claude LESCUYER, fille mineure dudit défunt et d’elle, et de Renée LESCUYER, veuve de feu Me Henry PELET, procureur au Châtelet de Paris, demeurant en ladite rue du Coq, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, lesdites Claude et Renée LESCUYER habiles à se dire, porter et nommer héritières chacune par moitié dudit défunt Renée LESCUYER, père de ladite Renée et aïeul de ladite mineure.
(vue 230) cote 1 : 1598 - contrat de mariage entre lesdits René LESCUYER et Claude CHARTIER.

[257 - 233] 14 mars 1639 – Inventaire dressé après le décès de défunte Catherine VALLET, auparavant veuve de feu René ROY, écuyer de cuisine de Mademoiselle fille unique de Monsieur frère du Roi, à la requête de son veuf Denis DU RONDAY, juré mesureur de sel bourgeois de Paris, y demeurant rue Neuve-Saint-Honoré, paroisse Saint-Roch, en la maison où pend pour enseigne le Lion-d’Or, tant en son nom, à cause de leur communauté, que comme donataire entre vifs de tous les biens de ladite défunte.
(vue 236) cote 1 : 1638 - contrat de mariage entre lesdits Denis DU RONDAY et Catherine VALLET.

[257 - 238] 26 février 1639 – Inventaire dressé après le décès de défunte Françoise POUILLART, à la requête de son veuf Noël DESHOURS, patenôtrier en émail demeurant à Paris, rue du Temps-Perdu, en la maison où est pour enseigne la Corne-de-Cerf, paroisse Saint-Eustache, en son nom à cause de leur communauté de biens.

À bientôt.
JD

Répondre

Revenir à « Paléographie en français (lecture de textes anciens) »