Leçon n°2. Préparer ses recherches généalogiques

vignette
Vous êtes décidé, l’aventure vous tente ? Alors préparez d’abord le terrain. Avant toute démarche, il faut d’abord noter ce que vous savez déjà. Pour cela, commencez par quelques démarches évidentes : collectez tous les documents familiaux en votre possession : cartes d’identité, livrets de famille, actes d’état civil et papiers divers (correspondances, faire-part de naissance, mariage, décès, etc). Ils permettent de faire un premier point.

1 – Où trouver ces documents ?

a) Chez soi :

Greniers et caves évidemment seront les lieux où l’on se rendra d’abord, nous avons tous un vieux cartable, une vieille malle qui prend la poussière et que l’on n’a plus ouverte depuis des lustres. Parfois même il suffira de regarder dans le salon de ses parents, pour y trouver la succession notariée de la grand-mère décédée 10 ans plus tôt, dans laquelle on déniche des copies d’actes de naissance, mariage, décès dont on avait oublié l’existence !

b) Chez les cousins :

Dans les grandes familles, quelques questions aux proches révéleront l’existence d’un cousin issu de germain qui vit à l’autre bout de la France et que plus personne n’a vu depuis des décennies. Par ricochet, en s’adressant à ses oncles et tantes, cousins et cousines, on s’apercevra vite que certains membres de la famille continuent à entretenir des relations que l’on n’entretient pas soi-même.

C’est l’occasion de récolter toutes les adresses de ces personnes, et d’effectuer un mailing général. Certains auront peut-être dans leur grenier une généalogie déjà faite, une liasse de courriers tenue par les arrières-grands-parents communs, des souvenirs plus précis d’un membre de la famille que nous n’avions pas, bref des éléments à récolter, à glaner, qui pourront se révéler parfois très utiles. On aura même souvent la surprise de recevoir des copies de papiers que l’on croyait être le seul à posséder, preuve indéniable du lien familial maintenu à travers le temps.


2 – Préparez votre espace de travail

Organisez-vous dès le départ de façon efficace : vous amasserez rapidement de nombreux documents, il faudra les classer pour pouvoir les retrouver facilement. L’informatique offre aujourd’hui de grandes possibilités, mais ne peut remplacer la valeur d’un acte original : vous devrez d’un côté conserver les documents papier, de l’autre vous faire assister par votre ordinateur pour gérer vos recherches.
Autant commencer tout de suite : dès que vous récupérez un élément, notez sa source, classez-le avec l’individu ou la famille dont il dépend. Scannez-le. S’il s’agit d’un nouvel ancêtre, attribuez-lui un numéro SOSA (voir Numérotation de Sosa-Stradonitz), saisissez le tout sur votre logiciel de généalogie si vous en possédez un ; sinon, faites des copies papier.

Si vous utilisez un logiciel de généalogie, prenez la précaution d’effectuer systématiquement un export GEDCOM après chaque séance de travail ; au pire, cela ne prend que quelques minutes.
Sauvegardez régulièrement vos fichiers informatiques sur CD-ROM, DVD-ROM ou tout autre support indépendant de votre ordinateur et si possible dans un autre lieu (chez un parent, dans un coffre à la banque, par stockage numérique en ligne, etc.). Il est possible de perdre des années de recherches en quelques secondes : virus informatiques, catastrophes naturelles ou humaines (incendie, dégât des eaux) sont autant de dangers pour vos précieux documents.

Et évidemment, déposez vos fichiers sur Geneanet : vos fichiers Gedcom mais aussi vos photos de tombes ou photos anciennes, cartes postales, actes numérisés. Toutes vos données sont stockées sur des serveurs sécurisés, et nous faisons régulièrement des sauvegardes.

Besoin d'aide?

Vous souhaitez obtenir de l'aide sur une fonction de Geneanet, vous ne savez pas où ou comment chercher ? Rendez-vous sur nos forums, utilisateurs aguerris, modérateurs et assistance Geneanet pourront sans doute vous apporter toute l'aide dont vous avez besoin !