Leçon n°7. Où chercher ses ancêtres, dans quels dépôts d’archives ?

vignette
Faire des recherches généalogiques au XXIe siècle est devenu bien plus simple qu’avant la naissance de l’Internet, car on trouve désormais sur le web des milliers de registres paroissiaux numérisés, le cadastre napoléonien, mais aussi des listes de recensement, des tables de successions, des registres matricules et même, de plus en plus, des registres notariés. Des centaines d’associations qui effectuent depuis parfois 20 ou 30 ans des relevés de ces actes, les mettent également à disposition du public sur Internet, en accès gratuit ou payant (mais un relevé ne vaudra jamais un document original, il faut toujours vérifier !). Bref, quelqu’un qui débute sa généalogie aujourd’hui aurait bien peu de chance de ne rien trouver sur Internet. Toutefois, il est un élément essentiel à ne pas oublier : rien ne vaut la recherche sur le terrain.

Rechercher sur place dans un dépôt d’archives est important, non pas pour le plaisir de manipuler un vieux document, même si l’on peut le comprendre, mais pour bien connaître et prendre conscience de la valeur de ce patrimoine inestimable, pour pouvoir appréhender toutes les sources disponibles (ne rêvons pas, tout ne sera pas numérisé) et se renseigner auprès des archivistes qui connaissent bien les documents qu’ils conservent. Il existe plusieurs types de dépôts d’archives, tous ne renferment pas les mêmes documents.


1 – Les archives municipales

On pourrait croire qu’ayant des ancêtres dans une commune, il suffit de se rendre dans ladite commune pour y reconstituer votre généalogie. Cela est malheureusement peine perdue dans la majorité des cas. En effet, une loi de 1970 rend obligatoire pour les communes de moins de 2000 habitants le dépôt de leurs archives aux Archives départementales, celles de plus de 2000 habitants restant libre de les déposer ou non. Parmi celles-ci, seules 400 possèdent leur propre service d’archives, et ce sont évidemment les plus importantes.

Aujourd’hui, plus de 70% des communes de moins de 2000 habitants ont déposé leurs registres aux Archives départementales, à commencer par les registres paroissiaux et d’état civil. Elles ne conservent sur place que les plus récentes, XXe siècle ou fin du XIXe siècle. Il en est de même pour le cadastre, les registres de matricules militaires, les recensements, etc. Se déplacer en mairie vous permettra de seulement commencer vos recherches avant de devoir vous rendre aux archives départementales.


2 – Les archives départementales

Vous êtes dans le Saint des Saints ! C’est là que vous aurez tous les documents possibles et imaginables sous la main, et que vous allez effectuer 90% de vos recherches. Il faut en général payer une cotisation symbolique de quelques euros pour l’année afin d’obtenir une carte de lecteur, comme dans une bibliothèque. Il y a des heures d’ouverture au public, qui se presse nombreux (quoiqu’un peu moins dans les départements publiant leurs registres sur Internet), des vestiaires, des tables numérotées et une place qui vous est attitrée. Après vous être installé, vous remplissez des fiches de demandes de documents (au préalable vous aurez trouvé les cotes de ces documents dans les répertoires laissés en libre accès dans la salle), que vous confiez aux archivistes. Au bout d’un certain temps (il y a des heures de “levées” effectuées par le personnel, en général toutes les demi-heures), vous êtes appelé pour venir chercher le document demandé, il ne vous reste plus qu’à le consulter… avec précaution, patience, et méthode.

De très nombreux centres d’archives vous proposeront de consulter des microfilms sur des lecteurs spéciaux : avec un peu d’habitude, vous arriverez à manipuler les bobines, et certains lecteurs permettent de surcroit d’imprimer les pages consultées (photocopies payantes à des coûts variables selon les départements). Ces lecteurs de microfilms tendent néanmoins à disparaitre au profit d’ordinateurs permettant de consulter les images numériques.

Sachez que de nombreux départements pratiquent l’échange de microfilms, c’est-à-dire qu’en vous rendant au centre d’archives de votre département de résidence, vous pourrez consulter des microfilms venant d’un département éloigné, même si là encore cette pratique tend à disparaître avec la multiplication des diffusions sur Internet.

Enfin, n’hésitez pas à demander si la photographie est autorisée, et si oui sous quelles conditions. Avec un appareil numérique, on a vite fait de photographier des dizaines de pages de vieux registre pour pouvoir prendre ensuite le temps de l’explorer en détail chez soit… et de le publier (avec autorisation préalable !) sur Internet, pour en faire profiter tout le monde.

La liste des archives départementales ayant publié des registres sur Internet est disponible à l’adresse suivante :
http://fr.geneawiki.com/index.php/Archives_en_ligne


3 – Les archives nationales

Bon nombre de débutants pensent à tort qu’il faut se rendre aux Archives Nationales, à Paris, pour faire des recherches généalogiques. C’est faux. Dans la plupart des cas, cela ne vous sera utile que pour des renseignements extrêmement précis, et rarement en début de recherche.

De fait, ce sont essentiellement les parisiens qui s’y rendront, pour pouvoir consulter les archives des multiples études notariales de la Capitale, qui pallient le défaut de registres d’état-civil anciens, originaux et double ayant été brûlés en 1871 lors de la Commune de Paris.

Le généalogiste parisien se tournera donc vers la salle de lecture des Archives nationales, plus généralement nommée CARAN (Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales). Celui dont les ancêtres ont vécu dans les territoires anciennement sous souveraineté française (Algérie, Afrique occidentale française, etc.) sera accueilli à Aix-en-Provence aux Archives nationales d’outre-mer.

Certaines bases de données sont également disponibles sur Internet : légion d’honneur, dossiers de naturalisations, provisions d’office, etc. (http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/rech.htm)

Besoin d'aide?

Vous souhaitez obtenir de l'aide sur une fonction de Geneanet, vous ne savez pas où ou comment chercher ? Rendez-vous sur nos forums, utilisateurs aguerris, modérateurs et assistance Geneanet pourront sans doute vous apporter toute l'aide dont vous avez besoin !