Histoire du Raincy

Au XIXe siècle et au début du XXe, des historiens, des érudits locaux et des amateurs éclairés se sont livrés, dans les services d'archives et sur le terrain, à des enquêtes longues et opiniâtres. Ce sont des rééditions de ces ouvrages sur l'histoire des villes et des villages que nous vous proposons aujourd'hui.

38,54 €

+ -
Description du produit

Certains lieux bénéficient d'une grâce toute particulière qui leur confère le privilège d'exister aux yeux des plus grands de l'histoire nationale.

Ouvrard, l'un des seigneurs du Raincy, ne doutait pas que sa possession en fasse partie : « Si les albums eussent été en usage, il serait curieux aujourd'hui de rechercher la nomenclature de toutes les personnes que j'ai reçues au Raincy.

On y verrait des rois, des princes, des lords, tout ce que la noblesse, les lettres et les arts offraient de plus « éminent », notait-il dans ses mémoires, en 1806. Le bougre ne savait peut-être pas qu'avant d'être la terre du grand monde, l'endroit était la propriété de moines débauchés. Une colonie de l'abbaye de Tyron, qui deviendra l'une des plus riches du pays, y fonde un prieuré. Le faste des prélats devient vite légendaire. Mais Le Raincy émerge bientôt des plaisirs orgiaques.

Convoité, le lieu l'est essentiellement pour son magnifique château. Construit en 1658 d'après les plans de Louis Levau, 1er architecte du roi, il sera peaufiné par de grandes signatures : Le Nôtre réalise le parc, Perrier et Dufrénoy décorent les plafonds. Le tout forme l'une des plus belles résidences jusqu'au XIXe siècle.
Anne de Gonzague, délaissant son rôle historique, achète le domaine pour passer une retraite paisible.
En 1733, Louis Sanguin ajoute un pavillon de cuisines rapidement envié par toute l'Europe.

Le Raincy est encore aux premières loges lorsque Adolphe Tiers vient proposer la couronne à Louis-Philippe, alors propriétaire du parc.

Ce petit aperçu d'un Raincy aux anges, ne doit pas faire oublier la déchéance finale. En 1819, la plus grande partie des bâtiments du château sont détruits tant ils sont délabrés. La propriété est vendue par fractions afin qu'un centre de population se constitue. La gloire n'était déjà qu'un vieux souvenir. © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Ile-de-France
  • Numéro INSEE : 93062
  • Auteur : M. Chavard et Stemler
  • Numéro ISBN ou EAN : 2-87760-322-9
  • Nombre de pages : 288
  • Date d'édition : 1990

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client