Histoire de la ville de Bray-sur-Somme

Réédition de l'ouvrage de 1882

50,71 €

+ -
Description du produit

L'histoire de Bray-sur-Somme est jalonnée de conflits. Les registres de l'échevinage rapportent de nombreuses luttes intestines, preuves des difficultés qu'avaient les bourgeois à défendre leurs franchises municipales. Mais c'est surtout pour l'existence même de la ville que les habitants durent combattre face à un ennemi trop souvent victorieux. Comme les Anglais avant eux, les Espagnols cherchèrent à Bray un passage pour envahir la France à une époque où la Picardie formait la frontière septentrionale du royaume et que la Somme servait de protection naturelle. Sa position du côté de la frontière et ses trois gués en firent l'objectif de toutes les armées d'invasion. L'attaque fomentée par Charles le Téméraire transforma en un monceau de ruines la ville qui avait reçu Louis XI quelque temps auparavant. En 1522, l'armée d'Henri VIII d'Angleterre commandée par le duc de Suffolk, rejointe par un contingent de Charles Quint, écrasa la vaillante défense de la garnison menée par Antoine de Créquy, qui dut se retrancher dans les maisons et plia au terme d'un combat acharné dont le souvenir se perpétue d'âge en âge, sous le nom des rues des Massacres et des Corps. Des ravages auxquels la ville fut tant de fois soumise résulta la pauvreté de la plupart des maisons particulières. Les habitants désireux de soustraire à ces désastres réitérés leurs objets les plus précieux ménagèrent de nombreuses retraites souterraines, dont les principales s'étendaient sous la place et sous les rues voisines de l'église ; certaines de ces muches servirent encore lors de l'invasion allemande en 1870 et 1871. Attachée à des seigneurs qui n'avaient prodigué que des bienfaits depuis trois quarts de siècle et plus encore à des convictions religieuses profondément enracinées, la population accueillit fort mal les innovations révolutionnaires ; à tel point que, le 31 juillet 1790, elle se choisit pour maire le curé qu'on voulait alors dépouiller de sa juridiction spirituelle. Son hôtel-Dieu dut pendant un temps renoncer aux bons soins des religieuses, qui furent expulsées au profit de trois civiles tout aussi incompétentes que malhonnêtes. À l'instigation de la soeur Deleau, « la plus célèbre des enfants de Bray, ou, du moins, celle dont le souvenir est entouré de l'auréole la plus pure », les anciennes religieuses revinrent bientôt reprendre leurs fonctions sous l'habit laïque.
© Micberth

  • Pays : France
  • Région : Picardie
  • Département : Somme
  • Numéro INSEE : 80136
  • Auteur : H. Josse
  • Numéro ISBN ou EAN : 978-2-7586-0373-3
  • Nombre de pages : 414
  • Date d'édition : 2010

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client