Les environs d'Auxerre - Tome II

Au XIXe siècle et au début du XXe, des historiens, des érudits locaux et des amateurs éclairés se sont livrés, dans les services d'archives et sur le terrain, à des enquêtes longues et opiniâtres. Ce sont des rééditions de ces ouvrages sur l'histoire des villes et des villages que nous vous proposons aujourd'hui.

16,23 €

+ -
Description du produit

Les présentes notices nous offrent un passionnant panorama de la contrée, dont nous découvrons le prestigieux passé à travers les monuments et les sites pittoresques.
Victor Petit décrit les vestiges d'un pont gallo-romain trouvés dans le canton de Charny, en 1838, fabuleux témoignage des premières civilisations qui occupèrent la région. Il évoque le château fort de Malicorne, détruit par les troupes anglaises vers 1350, et note les transformations apportées en 1846 à l'église de Brion. Il cite les personnages qui ont joué un rôle important dans l'histoire du pays, tel saint Loup, illustre archevêque de Sens au Moyen Age, dont la statue fut érigée à Chassy au XIIe siècle, ou encore les puissants seigneurs de Courtenay, possesseurs du château de Chevillon jusqu'à la Révolution.
Tout en nous faisant parcourir les routes de l'Auxerrois par ses descriptions et ses gravures, l'auteur relate les événements qui marquèrent le passé de chaque village depuis son origine jusqu'au XIXe siècle, époque où la région connut un essor important, à l'image du bourg d'Aillant-sur-Tholon qui devint un carrefour commercial déterminant.
Par leur richesse descriptive et documentaire, les notices de Victor Petit constituent une oeuvre qui ne peut que passionner tous les amateurs d'histoire locale. © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Bourgogne
  • Département : Yonne
  • Numéro INSEE : 89024
  • Numéro ISBN ou EAN : 2-87760-247-8
  • Nombre de pages : 104
  • Date d'édition : 1989

Derniers commentaires client

Note 
Par Etienne V
04/12/2017
Les environs d'Auxerre - Tome II

Dommage que la présentation comporte une faute grossière : les Courtenay ont vendu Chevillon dès le XVII°s., après avoir hérité le château de Bléneau de la branche de ce nom sans descendance. ça jette un doute sur le reste du livre.