Vanves des origines au début du XXe siècle

Au XIXe siècle et au début du XXe, des historiens, des érudits locaux et des amateurs éclairés se sont livrés, dans les services d'archives et sur le terrain, à des enquêtes longues et opiniâtres. Ce sont des rééditions de ces ouvrages sur l'histoire des villes et des villages que nous vous proposons aujourd'hui.

54,77 €

+ -
Description du produit

C'est un foisonnement d'informations sur Vanves que nous propose l'auteur. Il est vrai que, de par sa proximité de Paris, la ville a subi de fréquentes transformations au cours de son histoire. Selon son étymologie, elle aurait été aux premiers siècles de l'ère chrétienne un hameau de pêcheurs de Seine. Puis, ce fut un pays de carriers et de vignerons. Au XVIe siècle, elle était réputée pour ses fontaines, ses pâturages et son beurre. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, c'était un lieu de villégiature dont les jardins magnifiques étaient fréquentés par la société parisienne, juste avant de devenir un centre de l'industrie du blanchissage et connaître une évolution toujours plus rapide. Hippolyte Chailley nous plonge au cœur de toutes ces métamorphoses, reconstituant un puzzle que nul avant lui n'avait entrepris. Parmi les personnalités historiques qui ont apprécié Vanves et qui sont présentes dans cet ouvrage, citons le cardinal Duprat, François Clouet, peintre de François Ier, le poète Philippe Desportes. Rabelais choisit, lui aussi, les prés de Vanves pour y faire se divertir l'étudiant Gargantua en compagnie de son précepteur Ponocrates. La blanchisserie fait partie intégrante de l'histoire de Vanves. C'est l'occasion pour l'auteur de nous rappeler que la généralisation de l'usage du linge ne s'est produite qu'au cours du XVIIe siècle. Trois siècles plus tôt, les premières chemises de toile ont fait leur apparition en tant qu'objet précieux. Puis la mode aidant, on vit les dames se parer de collerettes de fine toile, les messieurs arborer des fraises « godronnées » et l'usage du mouchoir détrôner celui des doigts. Sous Louis XIII, apparaissent les jabots de dentelle, les canons ornant les bottes, les coiffes provinciales. L'usage du linge de corps et de maison atteint toutes les couches de la population. Le blanchissage devient une affaire de spécialiste. En 1784, le moulin de Javel est racheté pour installer une manufacture de produits chimiques. C'est dans cette usine que le savant Berthollet fabrique l'hypochlorite de potasse, appelé eau de Javel. Si le règne de Louis XVI amena la prospérité chez les blanchisseurs, la Révolution fut catastrophique. Nombre d'entre eux ne furent jamais payés, leurs clients ayant pris la fuite ou le chemin de l'échafaud. © Micberth


  • Pays : France
  • Région : Ile-de-France
  • Département : Hauts-de-Seine
  • Numéro INSEE : 92075
  • Auteur : H. Chailley
  • Numéro ISBN ou EAN : 978-2-7586-0131-9
  • Nombre de pages : 460
  • Date d'édition : 2007

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client