Vichy et son histoire des origines à nos jours

Au XIXe siècle et au début du XXe, des historiens, des érudits locaux et des amateurs éclairés se sont livrés, dans les services d'archives et sur le terrain, à des enquêtes longues et opiniâtres. Ce sont des rééditions de ces ouvrages sur l'histoire des villes et des villages que nous vous proposons aujourd'hui.

32,45 €

+ -
Description du produit

La marquise de Sévigné fut la première à faire de la publicité pour Vichy. Suite à la lecture d'une relation sur la cure de M. de Basville, elle voulut prendre les eaux, en mai 1676, pour soigner ses rhumatismes. De la douche elle dira que c'était « une assez bonne répétition du purgatoire ». C'est ainsi que la station fut lancée. En 1678, on y rencontrait bon nombre de personnages de marque. L'intendant Chomel, nommé en 1716, fit de nombreux aménagements pour améliorer la situation des baigneurs. Les filles de Louis XV furent également à l'origine de diverses modernisations des lieux.
C'est grâce à Napoléon III que Vichy connut son véritable essor. Il y fit une première cure pour le foie en 1861 et amena avec lui de nombreuses personnalités. On passa alors très vite de 1 500 à 15 000 baigneurs. Des nouveaux parcs sont alors plantés, les premiers chalets sont construits, les routes améliorées, le casino est édifié. La gare date de cette époque également, de même que l'église Saint-Louis, consacrée en 1865 pour répondre à l'affluence des baigneurs.
Parmi les figures dominantes de la station thermale, il faut citer l'intendant Chomel au XVIIIe siècle, les docteurs Petit et Prunelle qui représentaient deux camps opposés : les goutteux et les bilieux. Le docteur Jardet, quant à lui, créa un établissement à l'avant-garde de l'hydrothérapie scientifique. Et le docteur Lejeune installa un établissement modèle de grand luxe ; il fit de la douche « une science et un art ». La Compagnie Fermière se l'attacha en qualité de directeur des services thermaux.
A la fin du XIXe siècle, de nombreux magasins de mode, boutiques de verreries et cristaux sont ouverts. L'industrie hôtelière connaît un développement considérable dont le maître d'oeuvre est Aletti, qui fera de l'hôtel du Parc un palace, construira le Majestic, fondera le Sporting-club, créera le terrain de golf... 63 000 étrangers viendront à Vichy en 1897.
La Première Guerre mondiale freinera l'essor de Vichy. Les hôtels serviront alors d'hôpitaux. L'entre-deux-guerres sera pour la Compagnie Fermière une période incessante de grands travaux et d'améliorations. En 1939, la clientèle habituelle quitte la ville pour être remplacée par des réfugiés venus d'Alsace, de Lorraine, de Paris. M. Constantin-Weyer évoque le black-out, la « drôle de guerre », l'occupation des Allemands en novembre 1942, jusqu'à leur départ en août 1944. Vichy retrouve enfin son identité après des années difficiles. En 1945, on compte 66 000 baigneurs ; il y en avait 140 000 en 1939.
Un ouvrage attachant où l'on côtoie les plus grands personnages du monde politique, littéraire et artistique, les princes et rois de toute l'Europe. © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Auvergne
  • Département : Allier
  • Numéro INSEE : 03310
  • Auteur : M-C. Weyer
  • Numéro ISBN ou EAN : 2-84178-129-1
  • Nombre de pages : 236
  • Date d'édition : 1997

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client