Vitry-en-Perthois. Recherches chronologiques et historiques sur l'ancienne ville Nouveau

16,00 €

+ -
Description du produit

La fondation de Vitry est d’origine romaine comme semble l’attester le plan de l’ancienne cité et ses monuments publics. Le castrum était fortifié suivant la manière des Romains, avec des murs suffisamment épais pour qu’il soit difficile d’y percer une brèche, et suffisamment hauts pour qu’il soit impossible de les escalader. Le premier événement remarquable qui fit connaître Victuriacum castrum est la révolte contre le roi Thierry d’un seigneur, nommé Munderic, qui prétendait avoir droit au royaume à titre de prince de sang royal et qui vint se réfugier dans le château. Un peu plus tard, Boson II, comte de Vitry, méchant, cruel, vindicatif et violent, marqua l’histoire de la cité. Il fit notamment trancher la tête de sa femme, accusée d’adultère et eut de fréquents démêlés avec Henri Ier, roi de Germanie.

 

Vitry fut l’enjeu de plusieurs traités de paix entre Boson et Héribert, comte de Vermandois et de Troyes, tous aussitôt rompus après leur signature. Le comté et la forteresse de Vitry rentrés dans le domaine du roi, après la mort de Boson II en 935, y restèrent jusqu’en 953, date à laquelle Héribert II, comte de Troyes, en devint propriétaire par l’abandon de Louis IV. Au XIIe siècle, le burgum se partageait en quatre : la ville proprement dite, le castrum, le quartier de la Gravière et le quartier du Rachapt. La bourgade comptait deux rues : l’une appelée rue des Juifs, où se trouvaient le capitole et une synagogue ; l’autre dite le Forum, lieu où se rendait la justice. Une église dédiée à Dieu sous l’invocation de sainte Geneviève fut bâtie au IXe siècle sur un monticule à l’ouest du castrum. Autour d’elle étaient groupées les cabanes des habitants les plus dévots et sur les deux rives du chemin qui y conduisait, étaient semées de nombreuses maisonnettes couvertes de chaume. Pour Charles-Maxime Detorcy, l’église paroissiale était assise hors du burgum, du castrum et des deux rues. L’existence d’une chapelle dans le bourg avant le sac ne lui paraît pas certaine ; le castrum devait enfermer soit une église soit un petit temple et le quartier de la Gravière comprenait une chapelle sous l’invocation de saint Jacques. Il présente cependant les extraits des chroniques relatant l’assaut du bourg en 1143 par les troupes de Louis VII qui mirent le feu au château et à l’église où périt la population qui s’y était réfugiée.

 

Réédition d'un ouvage de 1832

  • Pays : France
  • Région : Champagne-Ardenne
  • Département : Marne
  • Auteur : Charles-Maxime Detorcy
  • Format : 14 x 20 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 978-2-7586-1078-6
  • Nombre de pages : 120
  • Date d'édition : 2020

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client