Notice historique sur Castelnaudary et le Lauragais

Réédition de l'oeuvre originale de 1880

16,00 €

+ -
Description du produit

La ville est désignée dans les chartes du Moyen Âge sous l'appellation Castellum novum Arri ou Arii, ou encore de Ario et Castel-nau-dari, c'est-à-dire château neuf des ariens.

 

Le château construit au XIe siècle était le plus important des forts édifiés pour protéger les Visigoths de Carcassonne contre les invasions des Francs.

 

La ville connut quatre enceintes successives, comprenant le château et le bourg, puis le quartier autour de l'église Saint-Michel, le grand faubourg et le quartier de la Place. En 1229, les remparts furent détruits puis remplacés dix ans plus tard.

 

La situation géographique de Castelnaudary, entre Toulouse et Carcassonne, lui donnait une importance stratégique et c'est là que Simon de Montfort, comte de Leicester, établit son quartier général et devint le chef de la croisade contre les cathares. Près de la forteresse, située sur une hauteur, des habitations s'étaient formées pour donner naissance à la paroisse Saint-Pierre.

 

Par un dénombrement établi en 1271, on compte 14 châteaux (places fortifiées ou bourgs défendus par une forteresse) et 6 ou 7 villas (villes ouvertes non fortifiées) dans tout le bailliage.

 

En 1333, les consuls de Castelnaudary firent rédiger la coutume de la ville. Peu de temps après, la guerre de Cent Ans éclata entre la France et l'Angleterre.

 

En 1356, le prince de Galles s'empare de la ville et la brûle presque complètement.

 

En 1364, Castelnaudary, relevée de ses ruines, plus belle qu'avant, était divisée en six quartiers.

 

Louis XI érige le Lauragais en comté et Catherine de Médicis, comtesse de Lauragais, fera de la ville le siège d'une sénéchaussée.

 

Vers la fin du règne de Louis XIII, Castelnaudary ne sera plus qu'une place de guerre de dernier ordre, ses murailles non entretenues tombant en ruines.

 

Le roi ordonnera même la démolition de l'ancien château. Sous Louis XIV, la construction du canal du Midi par Pierre-Paul Riquet lui donnera une nouvelle vie et une activité portuaire.

 

L'hospice, érigé en hôpital général en 1738, est à la fin du XIXe siècle l'un des plus beaux établissements de la ville qui compte alors 9 328 habitants.

 

La vigne occupe de grandes surfaces sur les coteaux où la culture des céréales est devenue peu satisfaisante. L'industrie locale dominante est alors celle de la céramique qui occupe plus de 350 ouvriers dans 16 usines. Sur le marché du lundi et lors des six foires annuelles, la vente des grains et de la volaille domine. © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Languedoc-Roussillon
  • Département : Aude
  • Numéro INSEE : 11076
  • Auteur : L. Clos
  • Format : 14 x 20 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 9782758610335
  • Nombre de pages : 124
  • Date d'édition : 2018

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client