Notice sur la ville de Béthune

Au XIXe siècle et au début du XXe, des historiens, des érudits locaux et des amateurs éclairés se sont livrés, dans les services d'archives et sur le terrain, à des enquêtes longues et opiniâtres. Ce sont des rééditions de ces ouvrages sur l'histoire des villes et des villages que nous vous proposons aujourd'hui.

 

Réédition de l'oeuvre originale de 1838

26,00 €

+ -
Description du produit

Tout porte à croire que dès le IXe siècle, Béthune était peuplée et que dans les premières années du siècle suivant, la ville était constituée en état de communauté, sous un seigneur direct.

 

En effet, une charte relate en 999 la fondation d'un collège de chanoines et dès 970, le château fort mettait la ville en une importante considération.

 

L'église Saint-Vaast, située dans le faubourg de Catorive, fut fondée en 940 par Herman, alors seigneur de Béthune. Elle était entourée de murailles et de bastions pour la protéger contre les attaques alors fréquentes mais disparut en 1533, époque à laquelle Charles Quint la fit reconstruire à l'intérieur de la ville.

 

Ce fut Robert VII qui en 1230 entoura la ville de murailles et de fossés, avec sept grosses tours servant de bastions.

 

Le château fort, ancienne résidence des seigneurs fut construit dans les premiers temps de la fondation de la ville et existait encore en 1710, lorsque les Hollandais assiégèrent et prirent Béthune. Ils en déconstruisirent la partie faisant face à la ville. Les restes de l'édifice disparurent sous la Révolution.

 

La cité comptait trente et un établissements militaires. La plus belle partie des fortifications est due au maréchal Vauban dont le neveu fut longtemps gouverneur de la ville.

 

La halle échevinale est un des monuments les plus anciens. Reconstruit à plusieurs reprises et notamment après les incendies de 1137 et 1447, il abrite aujourd'hui l'hôtel de ville. Le beffroi fut édifié en 1346, en vertu d'une charte accordée par Eudes, duc de Bourgogne et Jeanne de France. Plus tard, les échevins, dans un moment de gêne, concédèrent des terrains autour du beffroi. On y établit d'abord des échoppes qui furent ensuite remplacées par des maisons qui envahirent aussi l'emplacement de la halle aux draps.

 

La légende raconte que jadis, au milieu des marais de Beuvry, existait un castel dont le seul accès était une étroite chaussée coupée de ponts mobiles et dans lequel des choses extraordinaires arrivaient dans la nuit précédant Noël. Une année, les phénomènes prirent une ampleur exceptionnelle. Le lendemain, l'édifice avait disparu à jamais, laissant seulement une effroyable fontaine aux eaux tourbillonnantes : la Fontaine hideuse.

 

La plus ancienne charte conservée date de 1210. Elle confirme les droits et privilèges des échevins qui étaient les administrateurs, les gouverneurs et les justiciers de la ville. Ils régissaient les biens de la communauté, veillaient à la sûreté et réglaient les différends entre les bourgeois. Les chartes émises au cours des siècles suivants modifièrent régulièrement le mode de renouvellement du corps échevinal. © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Nord-Pas-de-Calais
  • Département : Pas-de-Calais
  • Numéro INSEE : 62119
  • Auteur : F. Lequien
  • Format : 14 x 20 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 9782758610199
  • Nombre de pages : 192
  • Date d'édition : 2018

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client