Lettres à Joséphine

Histoires intimes de la Grande Guerre, 1914-16

19,50 €

+ -
Description du produit

« Je me porte bien... Mon tempérament sec me permettra de m’en tirer, et ma petite mignonne qui me gatte aussi. Je tiendrai bien jusqu’à la fin. Il faudra demander quelqu’un pour vous aider. Je ne sais pas la fin de la guerre, peut-être plus tôt que l’on ne pense... C’est la grande guerre qui fait ses invasions. Mais ne dis rien, ton Joseph reviendra à toi te faire mimi et le désarmement sera bien beau pour tous... Moi aussi je t’écris las de coucher seul... Je m’arrête, l’on m’appelle à la soupe. Ton petit aimé mari qui t’embrasse bien ». Joseph.

 

« Mon chéri, tu me dis que tu viendrais bien dormir avec moi, tu n’es pas seul à y penser. Que tu reposes tranquille pour te remettre de ta journée et rêver aussi à ta petite maman chérie qui rêve à toi souvent et qui t’envoie des milliers de baisers de tendresse et amour. Si tu pouvais venir à la fin du mois... » Joséphine.

 

Entre décembre 1914 (date de son incorporation à Bollène) et le 1er novembre 1916 (date de sa mort à Verdun), Joseph Janériat a entretenu une correspondance assidue avec sa femme Joséphine et leurs trois filles, restées au pays, à Sainte-Colombe (Rhône, près de Vienne).

 

Cet échange épistolaire ne fait guère mention des combats, il est surtout question d’amour, celui de la famille, celui de ce couple aux prénoms joliment liés : Joseph et Joséphine. Tour à tour pleines d’espoir, d’angoisses, d’humour et d’un amour constant qui a soudé cette famille paysanne face aux drames, ces lettres, retrouvées tout juste cent ans plus tard, sont pleines du franc-parler et des expressions pittoresques de l’époque. Ainsi, leur propos, à la fois teinté de cette époque et pourtant tellement familiers (au double sens du mot), sont si porteurs d’émotions que leur portée en devient universelle.

 

Ce recueil de correspondance est un remarquable instantané de la vie affective d’un couple de paysans séparé par la guerre. Ce faisant, il nous renseigne moins sur cette dernière que sur les mentalités de l’époque. Il constitue également une précieuse source d’information sur la vie rurale et ses pratiques sociales. Enfin (et surtout), il s’agit d’un texte touchant et riche en émotions, au point d’avoir été adapté pour le théâtre, la première représentation ayant lieu le 11 novembre 2017.

 

Ce témoignage est à rapprocher de certaines autres correspondances familiales publiées ces dernières années (notamment Le temps de nous aimer, La Martinière, 2012). Toutefois, l’origine des auteurs du courrier (des paysans avec une instruction limitée) et l’intensité des sentiments échangés font toute la différence avec ce qui existe déjà.

 

 

L'auteur, Karine Chavas est photographe et graphiste.

  • Pays : France
  • Auteur : K. Chavas
  • Format : 16 x 23 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 9782813811332
  • Nombre de pages : 192
  • Date d'édition : 2018

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client