Histoire de Belle-Île-en-Mer

Réédtion de l'oeuvre originale de 1870

45,00 €

+ -
Description du produit

La première mention de Guidel pour désigner Belle-Île figure dans l'acte de donation qu'en fit le duc de Bretagne Geoffroy Ier à l'abbaye de Saint-Sauveur de Redon, en l'an 1006.

 

La renommée de l'abbé Catuallon attira de nombreux colons bretons. Une abbaye fut fondée selon la règle de saint Benoît mais lorsque le comte de Cornouaille fut remis en possession de l'île, il la transmit à l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé.

 

Une querelle s'ensuivit durant 143 ans entre les deux abbayes, qui se termina à l'avantage des religieux de Redon. En mars 1583, cette possession de plusieurs siècles s'acheva lorsque le roi Charles IX érigea Belle-Île en marquisat royal en faveur du maréchal de Gondy.

 

L'île fut divisée en quatre chefs-lieux de paroisses qui reçurent les désignations de Palais, Bangor, Sauzon et Locmaria. La réorganisation primitive coûta beaucoup à messire de Gondy, qui fut contraint de vendre son hôtel de Paris. Cette grande famille eut une affection particulière pour l'île. En 1647, elle y séjourna durant la saison des bains de mer et son influence y attira des hôtes illustres. La même année, Paul de Gondy tint plusieurs enfants du peuple sur les fonts baptismaux des différentes paroisses. Puis Paul de Gondy hérita de Belle-Île. Cet homme savant, qui avait renoncé aux honneurs et qui cherchait à payer ses dettes, exagéra les revenus du domaine que Nicolas Fouquet acquit le 14 août 1658.

 

Le nouveau propriétaire envoya deux ingénieurs chargés d'évaluer les besoins les plus ardents du peuple. Sur leur demande, on construisit deux moulins par paroisse. Quatre cents barques et quatre chasse-marée de dix à vingt tonneaux furent offerts aux marins. Quelques familles de tonneliers et de pêcheurs originaires de Provence apportèrent leur savoir-faire et introduisirent la pêche de l'anchois qu'ils trouvèrent dans la baie.

 

Grâce à la haute influence du surintendant, ces poissons salés furent exportés aux Antilles. Après la disgrâce et l'arrestation de Fouquet, Louis XIV s'empara de la souveraineté de Belle-Île, ne laissant à la famille du surintendant que la gestion du domaine particulier. Sa veuve vint habiter le château et, par sa générosité, devint « l'absolue providence des pauvres et de ses fermiers ».

 

Le développement de la grande navigation ayant fait de l'île le point de reconnaissance obligé des navires venant de l'Amérique, Vauban se hâta de la mettre à l'abri des attaques. Il fit agrandir le fort de manière à en faire une citadelle et la renforça de batteries de côte capables de répondre aux feux des vaisseaux ennemis. © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Bretagne
  • Département : Morbihan
  • Numéro INSEE : 56152
  • Auteur : S. Paris
  • Format : 14 x 20 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 9782758609360
  • Date d'édition : 2016

Derniers commentaires client

Aucun commentaire client