Chronique de la ville de Langres en 1895

Au XIXe siècle et au début du XXe, des historiens, des érudits locaux et des amateurs éclairés se sont livrés, dans les services d'archives et sur le terrain, à des enquêtes longues et opiniâtres. Ce sont des rééditions de ces ouvrages sur l'histoire des villes et des villages que nous vous proposons aujourd'hui.

 

Réédition de l'oeuvre originale, parue en 1896.

33,00 €

+ -
Description du produit

Sur la place qui porte son nom, trônait depuis 1779 l'hôtel de ville, aux proportions et à la noblesse d'un palais. Mais dans la nuit glaciale du 5 au 6 décembre 1892, le bâtiment devint la proie des flammes et au matin il n'était plus qu'un tas de ruines devant lequel s'agglutinaient les habitants, profondément impressionnés, car « le vieil édifice municipal était un ami, un confident » comme l'écrivit Louis Berthier dans le Spectateur.

 

Deux ans et cinq mois plus tard, le 5 mai 1895, la ville pavoisée inaugurait son nouvel hôtel de ville en présence du ministre des Travaux publics, M. Dupuy-Dutemps, qui remonta en ville par le chemin de fer à crémaillère. Ce même train fut le théâtre, deux mois après, de l'accident mortel dont fut victime N. Skwortzoff, général d'infanterie et intendant en chef au ministère de la Guerre de Russie. Il devint alors évident que tout devait être mis en œuvre pour rendre à la dépouille de cet officier les honneurs et les devoirs qui lui étaient dus.

 

Le 28 septembre, le prince Lobanoff, ministre des Affaires étrangères de l'empire de Russie, ayant terminé sa cure à Contrexéville et se rendant à Paris pour conférer avec le baron de Morenheim, ambassadeur de son gouvernement, reçut les honneurs de la ville durant son escale de trois heures. Prévenue au dernier moment, une foule assez nombreuse se pressait toutefois sur le quai et sur la place de la Crémaillère à l'arrivée du train. En reconnaissance de cette attitude spontanée et amicale, par un ukase du 24 octobre, le tsar Nicolas II remit la croix de commandeur de l'ordre de Sainte-Anne au préfet de Haute-Marne, ainsi que la croix de commandeur de Saint-Stanislas au maire de Langres et au sous-préfet de l'arrondissement. L'effervescence était à son comble dans la ville, lorsque les habitants apprirent que le chef de l'État et le ministre de la Guerre, accompagné d'une partie de sa maison militaire, devaient s'installer à Langres du 8 au 10 septembre, au début des grandes manœuvres. « La manifestation qui a eu lieu ici en l'honneur du Président de la République a été vraiment grandiose. Tout en conservant un caractère essentiellement patriotique, elle a été, on ne peut le nier, une ovation personnelle, une démonstration de respect et de sympathie à l'endroit de M. Félix Faure lui-même ». Le conseil municipal mit à la disposition du maire un crédit illimité pour faire face aux dépenses entraînées par cette visite et une souscription populaire fut ouverte pour l'achat d'un service de coutellerie qui fut offert au nom des habitants.  © Micberth

  • Pays : France
  • Région : Champagne-Ardenne
  • Département : Haute-Marne
  • Numéro INSEE : 52269
  • Auteur : C. Couchené, A. Arluison
  • Format : 14 x 20 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 9782758608684
  • Date d'édition : 2015

Derniers commentaires client

Note 
Par Marc V
18/06/2015
Chronique de la ville de Langres en 1895

livre contenant de nombreuses anecdotes de cette époque;très intéressant!

Note 
Par Marc V
18/06/2015
Chronique de la ville de Langres en 1895

livre contenant de nombreuses anecdotes de cette époque;très intéressant!