Les Dames du Chemin

Recueil de nouvelles préfacé par Jean-Pierre Verney, conseiller du Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux.

12,00 €

+ -
Description du produit

Dans un petit ouvrage illustré, Maryline Martin nous offre douze nouvelles sur la Grande Guerre, des portraits de soldats mais aussi de femmes (toutes les femmes) véritable soutien moral entre l’arrière et le front.

 

Des recherches sur son grand-oncle, tué au Chemin des Dames, ont amené Maryline Martin à écrire ce recueil de nouvelles sur la Grande Guerre.

 

Des textes documentés, reflets fidèles de la vie des Poilus.

 

Extraits :

"Les coups de canon ont crevé les nuages et tué les anges. Dieu, le rouge au front, s’est enfui. Non pas qu’il soit lâche : il a décidé de ne pas se mêler de la folie des hommes.

Partout, des paysages écartelés, des arbres arrachés et la terre mille fois retournée. Du rouge sur du blanc. Du sang – celui des soldats et des chevaux. La terre devenue cratère s’ouvre et se referme au gré des bombardements. Immensité de ces plaines devenues champs d’horreur. Des trous, des boyaux, des entonnoirs, des charniers. Des corps vrillés, déchiquetés, explosés, des vies réduites en lambeaux, une boucherie à ciel ouvert. Ballet incessant des rats sous la présence musicale du bourdonnement des mouches. Non, la neige ne fait plus rêver. De façon hypocrite, elle recouvre le corps des moribonds et les transforme en d’immondes statues rigidifiées. La pluie glacée et le vent nous ramènent les odeurs pestilentielles des feuillées et des corps en décomposition. La guerre a des relents de chloroforme, de cadavres, de chlorure de chaux et de merde. Le souvenir des miens m’obsède. Je suis comme ces arbres aux branches calcinées et squelettiques : un déraciné. J’ai les doigts gourds, mon corps amaigri me fait souffrir. Je ressemble à un vieillard et je n’ai que vingt ans ! Je caresse le bois de ma pipe prisonnière dans ma poche. Fumer nous est interdit, un simple point lumineux pourrait nous coûter la vie. Une balle a déjà traversé la bouche d’un malheureux. J’ai faim et soif aussi, je donnerais cher pour un véritable morceau de fromage et une moque de cidre. J’entends la respiration de mes camarades. Nos dernières illusions s’envolent dans le souffle de nos haleines fétides.

Les yeux ouverts, perdus sur une ligne imaginaire, moi, Abel Marchand, soldat de deuxième classe, je me souviens…"

[…]

"Ce 16 avril 1917, nous voici à nouveau dans les entrailles de l’enfer. Nous attendons le coup de sifflet pour monter à l’assaut. J’ai conjugué le verbe attendre à tous les temps. J’ai attendu sans angoisse la lettre de mobilisation. J’attendais avec impatience les lettres et les colis, ces traits d’union avec l’arrière. Aujourd’hui, j’attends la mort, cette faux qui m’a seulement effleuré durant deux ans. Camarde, camarade… "

 

L'auteur :

Maryline Martin est née en 1967 à Angoulême. Pour des raisons professionnelles, elle vit à Paris où elle travaille dans un service de Ressources Humaines. 

Durant trois années, elle a chroniqué ses lectures au micro d’une émission littéraire Le Lire et le Dire sur Fréquence Paris Plurielle.

LABEL CENTENAIRE 14-18 

Prix de la Nouvelle La Femme Renard 2014 

Prix des lecteurs de la Ville d’Aumale 2013 

 

Finaliste Prix Boccace 2014 

Finaliste Prix Ozoir'Elles 2013

Finaliste Prix Dubreuil SGDL 2013

  • Pays : France
  • Auteur : Maryline Martin
  • Format : 10 x 17,8 cm
  • Numéro ISBN ou EAN : 978-2-35815-099-6
  • Nombre de pages : 156
  • Date d'édition : 2013

Derniers commentaires client

Note 
Par Denise B
23/02/2015
les dames du chemin

c'est absolument splendide de la vraie littérature je me suis mise à le lire et je n'ai pas pu le lâcher tous les aspects de la grande guerre y sont abordés . On en ressort toute retournée