Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 7 juin 2024 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui en Belgique, aux États-Unis, aux Pays-Bas, en Angleterre, au Pays de Galles, au Canada (Québec), en Belgique, au Maroc, en Écosse, au Suriname, en Inde, à Oman.

Belgique – La Bibliothèque royale de Belgique (KBR) poursuit son entreprise de numérisation de journaux anciens sur l’interface BelgicaPress. D’ici 2027, quatre millions de pages imprimées durant la seconde moitié du XXe siècle viendront doubler la collection accessible en ligne, a annoncé l’institution. Il y a tout juste neuf ans, l’établissement fédéral lançait le service BelgicaPress, une interface avancée permettant de farfouiller depuis son fauteuil dans les anciennes éditions de 139 titres belges de la presse quotidienne. Le premier volet de ce vaste travail s’était concentré sur l’éventail compris entre la fin des périodes française (1814-1815) et hollandaise (1815-1830) et le 31 décembre 1950. La KBR s’attèle à présent aux années 1951 à 1989. L’ambition est claire: “doubler l’offre accessible sur les trois années à venir et faciliter la recherche sur la seconde moitié du XXe siècle, qui est une période très demandée par le public”, précise l’institution. (Source : en français)

États-Unis/Pays-Bas – La New York Genealogical & Biographical Society a annoncé le lancement de New Netherland Settlers, un projet pluriannuel novateur visant à élaborer le “portrait” de toutes les personnes résidant en Nouvelle-Néerlande avant 1664. Cette initiative, la première du genre, combine de nouvelles recherches et des travaux d’érudition existants afin de fournir une source complète, réputée et érudite pour de nombreuses générations de familles des Nouveaux Pays-Bas. La NYG&B est reconnaissante envers la Society of Daughters of Holland Dames, sponsor fondateur du projet, pour sa généreuse contribution au lancement de New Netherland Settlers. Colonie vaste et dynamique, la Nouvelle-Néerlande englobaient des parties des États actuels du Connecticut, du Delaware, du New Jersey et de New York. Les principaux établissements comprenaient la Nouvelle-Amsterdam (l’actuelle ville de New York), Fort Orange (près de l’actuelle Albany) et Pavonia (l’actuelle ville de Jersey), ainsi que de nombreux forts et avant-postes. (Source : en anglais)

Angleterre/Pays de Galles – Le General Register Office (GRO), qui détient les actes civils de naissances, de mariages et de décès pour l’Angleterre et le Pays de Galles, a augmenté le prix des actes. Le GRO conserve les registres depuis 1837, date à laquelle l’enregistrement civil a été introduit. Ils constituent une ressource importante pour les généalogistes. Le prix passe de 2.50 £ à 3 £ pour une image numérique (téléchargeable instantanément pour les naissances de 1837 à 1922 et les décès de 1837 à 1957); de 7 £ à 8 £ pour un fichier PDF (disponible pour les naissances de 1837 à 1934 et de 1984 à 2021 et les décès de 1837 à 1957 et de 1984 à 2021, avec un délai d’expédition pouvant aller jusqu’à quatre jours ouvrables); de 11 £ à 12.50 £ pour un certificat imprimé avec une référence d’index (comprend tous les actes de mariage); et de 14 £ à 16 £ pour un certificat imprimé sans référence d’index. (Source : en anglais)

Canada (Québec) – À partir du 8 juin 2024, en vertu d’un changement législatif, toute personne adulte qui a été adoptée au Québec pourra connaître les noms de ses parents biologiques, que ces derniers le veuillent ou non. Les personnes adoptées auront ainsi accès au nom de leur mère, mais aussi de leur père (qu’il ait ou non été reconnu officiellement) ou de leurs grands-parents s’ils sont inscrits dans le dossier. Des frères et sœurs pourront aussi être retrouvés, dans certains cas. Au ministère de la Santé et des Services sociaux, “on estime qu’entre 30 000 et 70 000 personnes adoptées pourraient présenter une demande”, indique Marie-Claude Lacasse, coordonnatrice aux relations avec les médias. Elle ne cache pas que, même si « les équipes se préparent à répondre à ce volume accru de demandes », des retards sont très prévisibles. Parce que beaucoup de gens en même temps seront à la recherche de leurs origines, mais aussi parce que réunir toutes les informations (souvent très anciennes) sera compliqué dans plusieurs cas. Depuis sept ans, les personnes adoptées avaient accès à leur dossier, mais seulement si leurs parents biologiques n’avaient pas inscrit de veto. (Source : en français)

Belgique – La désignation de Xavier Jacques-Jourion au poste de directeur général des Archives Générales du Royaume (AGR) a provoqué mercredi la démission du président du conseil scientifique de l’institution, Bruno Dumoulin. “Comme scientifique, je ne puis souscrire à cette désignation qui met gravement en péril l’avenir des Archives générales du Royaume”, a-t-il déclaré dans un communiqué. L’historien, chargé de cours émérite à l’Université de Liège, ne remet pas en cause la personnalité de M. Jacques-Jourion mais son profil de gestionnaire et non d’historien ou d’archiviste. Celui-ci est titulaire d’un master en Business Administration de l’école de commerce Solvay mais a néanmoins été responsable de la gestion de l’information et des archives à la RTBF. Dans le communiqué annonçant mardi cette désignation, le secrétaire d’Etat à la Politique scientifique, Thomas Dermine, a mis en avant le défi de la numérisation des archives. “Le plus grand défi pour l’AGR réside dans l’évolution de sa capacité de stockage en fonction des volumes d’archives prévus à long terme et de la transition vers l’archivage numérique”, souligne un communiqué. (Source : en français)

Pays-Bas – Les Archives nationales ont acquis un joyau pour tous ceux qui recherchent des ancêtres militaires aux 19e et 20e siècles. Il s’agit de la collection du Bureau d’enregistrement et d’information sur le personnel libéré (Bureau Registratie en Informatie Ontslagen Personeel, BRIOP) du Ministère de la Défense. La collection est extrêmement variée. Elle contient non seulement des cartes de personnel et des registres de service militaire, mais aussi des cartes de prisonniers de guerre de soldats néerlandais de la Seconde Guerre mondiale et des données sur les volontaires de guerre et les résistants. Vous y trouverez également des documents du début du XIXe siècle (sur les soldats de la Révolte belge, entre autres), ainsi que des documents de la Première Guerre mondiale et de la période de décolonisation. (Source : en néerlandais)

Maroc/Royaume-Uni – Les Archives du Maroc et les Archives nationales britanniques ont signé un mémorandum d’entente (MoU) à Londres pour renforcer leur coopération. Cet accord, paraphé par Jamaâ Baida, directeur des Archives du Maroc, et Jeff James, directeur général des Archives nationales britanniques, vise à promouvoir l’échange de documents, le partage d’expériences et d’expertises entre les deux institutions. Jamaâ Baida a souligné que cet accord consolide une relation historique entre le Royaume-Uni et le Maroc, datant du 13e siècle, et qu’il facilitera l’accès à des archives numérisées pour les chercheurs et universitaires. L’ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, Hakim Hajoui, a déclaré que ce partenariat reflète la profondeur des relations bilatérales et permettra de mieux comprendre leur histoire commune, ouvrant ainsi la voie à un avenir encore meilleur. À l’occasion de la signature de cet accord, des documents historiques, incluant un traité de paix et de commerce de plus de trois siècles et des échanges de lettres entre les souverains des deux pays datant du 16e siècle, ont été exposés au siège des Archives nationales britanniques. (Source : en français)

Grande-Bretagne/Commonwealth – Nous sommes nombreux à avoir des histoires et des objets liés à la Seconde Guerre mondiale qui nous ont été transmis par nos parents, nos grands-parents et d’autres membres de notre famille. Their Finest Hour, un projet de l’Université d’Oxford lancé en juillet 2022 et financé par le National Lottery Heritage Fund, visait à donner aux communautés locales les moyens de préserver ces histoires et ces objets avant qu’ils ne soient perdus. L’Université d’Oxford a formé et travaillé avec des centaines de bénévoles pour organiser 73 événements gratuits en 2023 et début 2024. Plus de 2 000 personnes ont participé à ces événements, appelés “journées de collecte numérique”, pour partager leurs histoires et souvenirs liés à la guerre et les faire enregistrer et numériser (c’est-à-dire photographier) par des bénévoles. Les personnes qui n’ont pas pu assister personnellement à une journée de collecte numérique ont pu soumettre leurs récits et leurs photos via le site web du projet. Plus de 2 000 histoires et 25 000 éléments numérisés sont désormais conservés dans les archives en ligne appelées “Their Finest Hour” qui seront accessibles gratuitement à partir du 6 juin 2024. Les photographies, lettres, journaux intimes, médailles et autres objets symbolisent l’expérience de la génération de la guerre, et il est vital – pour les individus, les familles et les communautés de Grande-Bretagne et du Commonwealth – de préserver et de valoriser ce patrimoine avant qu’il ne soit perdu pour la postérité. (Source : en anglais)

Pays-Bas/Suriname – La carte du Suriname, dessinée en 1830 et acquise par les bibliothèques de l’université de Leyde (Universiteitsbibliotheek Leiden, UBL) en 2023, est désormais disponible en ligne via UBL Digital Collections en accès libre. La carte peut être visualisée et téléchargée en haute résolution. La carte du Suriname a été dessinée par le géomètre Helmuth Hendrik Hiemcke (1807/1808-1858) pour le compte du gouvernement colonial du Suriname. Le document mesure près de 2,5 mètres de long et montre le pays dans ses moindres détails. Le Suriname est représenté à une époque où les plantations avaient atteint leur apogée économique. Comme la carte n’a jamais été imprimée, elle est restée pratiquement inconnue. La carte est une source précieuse pour l’histoire du Suriname au cours des dernières décennies de l’esclavage. La carte peut être consultée dans son ensemble ou en huit images détaillées dans les collections numériques de l’UBL. (Source : en anglais)

Inde/Oman – Les Archives nationales de l’Inde (National Archives of India, NAI) ont achevé leur premier projet à l’étranger en numérisant et en archivant les documents de la diaspora indienne à Oman, dont la présence dans ce pays d’Asie occidentale remonte à près de 250 ans. La “Oman Collection” est un projet spécial de numérisation et d’histoire orale mené à l’ambassade indienne de Mascate du 19 au 27 mai et auquel ont participé 32 familles indiennes éminentes originaires du Gujarat. Plus de 7 000 documents en anglais, arabe, gujarati et hindi provenant de collections privées de familles de marchands indiens ont été scannés et numérisés. Le document le plus ancien date de 1838, et une grande majorité d’entre eux datent de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle. Les documents comprennent des journaux personnels, des livres de comptes, des registres, des télégrammes, des factures commerciales, des passeports, des citations, des lettres et de la correspondance, ainsi que des photographies qui mettent en lumière la vie et les contributions de la communauté indienne. (Source : en anglais)

États-Unis – La National Native American Boarding School Healing Coalition (NABS) a lancé des archives numériques qui, elle l’espère, permettront d’informer le public sur les pensionnats indiens aux États-Unis. “Il s’agit d’un chapitre assez sombre de l’histoire de notre pays et les effets de ces écoles se font encore sentir aujourd’hui”, a déclaré Fallon Carey, responsable intérimaire des archives numériques. “La base de données tente d’éclairer ce qui était autrefois caché.” Le système fédéral américain d’internats indiens a fonctionné de 1819 à 1969 et comprenait 408 écoles fédérales. Certains autochtones de l’Alaska fréquentaient des écoles situées dans l’État, tandis que d’autres étaient envoyés dans des écoles situées plus au sud, dans le Lower 48. D’autres documents seront ajoutés au fur et à mesure que la numérisation se poursuivra et que l’organisation aura accès à d’autres archives. (Source : en anglais)

Pays-Bas – C’était un travail considérable : il fallait numériser quelque 256 000 pages et 40 mètres de papier. Mais le moment est venu : les archives de neuf familles zélandaises sont accessibles à tous sur le site web du Zeeuws Archief. Il s’agit de neuf grandes familles zélandaises, chacune ayant joué un rôle important dans l’histoire. Par exemple, des membres de la famille ont été impliqués dans la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oostindische Compagnie, VOC), la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (West-Indische Compagnie, WIC) ou la Middelburgsche Commercie Compagnie (MCC). Les membres de ces familles étaient également impliqués dans la politique provinciale et nationale. Mais il n’y a pas que la vie professionnelle de ces Zélandais qui se trouve dans les archives. Il y a également beaucoup à découvrir sur leur vie privée. Les informations couvrent la période allant de 1462 à 1983. Les neuf familles concernées sont : De Huybert, Schorer, Mathias Pous-Tak van Poortvliet, Van Doorn, Sprenger, Entreprise familiale Spoors et Sprenger, A.A. Brown, Mauritz, et Clijver. (Source : en néerlandais)

5 commentaires

Pologne, deux sites poznan projection et basia famula. Relevés avec sources, je crois qu’il faut payer pour avoir des actes. Ces sites concernent la grande Pologne ( région de Poznan).
Belgique, j’ai eu des copies payantes, gratuit si on se déplace.
Allemagne, actes payants, mais quels sites avec Relevés collaboratifs, pour mon cas, les sources ne sont pas cités, il faut faire confiance.
France, nous avons de la chance, archives en ligne gratuites.
Bonne recherches à tous, merci à la communauté geneanet.


crocheville  

Cet utilisateur est membre Premium et bénéficie donc de nombreuses fonctionnalités avancées pour progresser : critères de recherche plus précis, accès illimité à tous les documents, alertes automatiques...

Découvrir l'abonnement premium

10/06/2024

J’attends l’Espagne, pays d(origine de mon gendre, à moins que ce ne soit déhà possible.


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription