L’état civil du Finistère

Le 22 avr. 2024 par Frédéric Thébault

L’état civil du Finistère était attendu depuis longtemps, faisant partie des derniers départements numérisés en France. Il est désormais accessible sur Geneanet.

Histoire du Finistère depuis le XVIe siècle

La région correspondant au Finistère actuel fit d’abord partie du duché de Bretagne jusqu’à son rattachement définitif au royaume de France en 1532. La population était dispersée dans de nombreux petits villages côtiers et intérieurs, avec des habitants vivant principalement de l’agriculture, de la pêche et de l’artisanat local. L’identité culturelle bretonne y a toujours été très forte, et c’est toujours le cas aujourd’hui, avec une langue qui fut jusqu’au XXe siècle largement parlée dans les zones rurales.
Les guerres de religion et la révolte des Bonnets Rouges, au XVIIe siècle, ont également marqué l’histoire mouvementée de la région avant sa création en tant que département lors de la Révolution française en 1790.

Carte postale du Finistère
Carte postale, début du XXe siècle

Celui-ci fut formé sur une zone englobant des parties de plusieurs provinces d’Ancien régime : à l’ouest la Cornouaille, l’intégralité du Léon, le tiers ouest du Trégor et une partie du Vannetais. À sa création, le département comptait environ 600 000 habitants, majoritairement des ruraux vivant de l’agriculture et de la pêche. La population a connu une croissance relativement lente au cours du XIXe siècle, avec seulement 100 000 habitants de plus dénombrés à la veille de la Grande Guerre.

Les principaux centres urbains tels que Brest, Quimper et Morlaix ont connu un développement modéré, tandis que les zones rurales ont conservé leur caractère traditionnel. L’émigration, notamment vers les Amériques, a été une réalité pour de nombreux Finistériens à la recherche de meilleures opportunités. La vie économique était largement dominée par l’agriculture, la pêche et les activités liées à la mer, bien que des industries émergentes telles que la construction navale à Brest aient peu à peu pris beaucoup d’importance.


La généalogie dans le Finistère

L’état civil du Finistère ne présente pas de difficultés particulières : des registres paroissiaux rédigés en latin ou en français, avec les inévitables lacunes selon les communes, et des registres bien tenus au XIXe siècle. Un point notable toutefois : en raison de l’importance de l’émigration vers les Amériques et d’autres régions, il n’est pas rare de trouver des actes de naissance, de mariage ou de décès enregistrés pour des personnes qui ont émigré ou dont les familles ont des liens avec l’étranger. Les noms de famille les plus répandus dans le Finistère sont Le Gall, Le Roux et Le Goff.

Ces actes sont indexés dans nos moteurs de recherche, ce qui facilite vos recherches en vous permettant de découvrir immédiatement la source de l’information. Les risques d’erreur sont ainsi limités et votre généalogie fiabilisée !


Détail des actes disponibles pour réaliser votre arbre généalogique :

Finistère (29)

 

Etat civil du XVIe siècle (vers 1520) au XXe siècle (1936) :

  • 2 971 434 naissances
  • 908 824 mariages
  • 2 611 442 décès

Soit 23 millions d’individus

NB : les registres de la ville de Quimper et Brest n’étant pas sur le site des Archives Départementales mais uniquement sur les sites de leurs mairies respectives, ils ne figurent pas ici.

 

L’état civil du Finistère


Toutes les images sont reliables sur votre arbre !

Astuces :
– Pensez à utiliser les variantes orthographiques si vous ne trouvez pas immédiatement ce que vous cherchez !
– Cherchez partout sur Geneanet, et notamment dans les arbres généalogiques des membres
, la plus grande richesse de Geneanet ! (mais vérifiez bien ce qui est indiqué – c’est essentiel pour ne pas recopier une erreur – s’il n’y a pas de source de l’information)

Les collections Ancestry sont réservées aux membres Premium. Vous n’êtes pas encore abonnés ?
Découvrez les multiples possibilités offertes par l’abonnement Premium !

30 commentaires

12363
30/04/2024

Le cgf est incontestablement le meilleur centre généalogique. Je conseille à tous ceux qui ont des ancêtres finistériens de cotiser aussk au cgf qui a une indexation familiale incontournable.


C’est super. Merci.


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription