La Gazette du vendredi 4 mars

Le 5 avr. 2024 par Thierry Sabot

Chaque semaine, à travers une sélection d’articles, la Gazette du vendredi raconte la petite histoire de nos ancêtres.

Le Cercle Généralogique du Finistère (CGF),  association composée de 5 300 membres (la première de France), va fêter son 40e anniversaire les jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 avril à Morlaix (29), parc de Langolvas en présence de 40 associations généalogiques de France et de l’étranger, des expositions, un salon des auteurs, 18 conférences. En tout 70 participants. Et cerise sur le gâteau, Pierrick Chuto donnera une conférence le vendredi 19 à 16 heures : la croisade de monseigneur Duparc contre les danses kof ha kof (ventre à ventre)… Plus d’infos ici.

Le bébé de Jules est charmant

Une simple carte de vœux fait ressurgir toute une tranche de vie, entre la fin du XIXe siècle et les premières années du XXe siècle, dans un village rural des bords du Rhône.

Où est prise cette photo de groupe familial ?

C’est une photo retrouvée dans les albums familiaux. Toute la famille du côté paternel de mon père est réunie au début des années 30… Quand, à quelle occasion et où a eu lieu cette réunion familiale ? Elle ne comporte aucune indication au verso. Un indice pourtant : la peinture derrière le groupe pourrait me donner une piste…

Un portefeuille plein de douceur, de nostalgie et de mystère

Une archive insolite, un trésor… Décidément, le fonds d’archives que j’étudie révèle des surprises. Dans le billet précédent, j’étais touchée par la tendresse émanant des lettres de Pierre Antoine Barou adressées à son épouse Jeanne Marie Durand. Je suis retournée aux Archives du Rhône pour continuer d’explorer de nouveaux dossiers.

Entre la Provence, Paris et le Languedoc. Le milieu musical provençal à travers la correspondance de l’organiste Jean- Baptiste Vallière (1737-1789)

Le 20 décembre 1735, le sieur Jean-Baptiste Vallière devient l’organiste de l’église Saint-Trophime d’Arles à tout juste 20 ans. Natif d’Aix où il a été formé à la maîtrise cathédrale en qualité d’enfant de choeur, ce rejeton de secrétaire de conseiller au parlement de Provence entame une longue carrière de plus d’un demi-siècle aux claviers arlésiens, ininterrompue jusqu’à sa mort survenue en 1790. Entre ces deux dates, Vallière entretient une abondante correspondance, notamment avec des confrères musiciens d’Aix, de Carpentras, de Nîmes et même de Paris. Minutieusement recueillies par son fils notaire après son décès, une quarantaine de ses lettres se trouvent aujourd’hui conservées à la médiathèque d’Arles.

– Pour lire La Gazette complète en ligne sur www.histoire-genealogie.com, partenaire de Geneanet : La Gazette du vendredi