Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 12 janv. 2024 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui à Monaco, aux Pays-Bas, en Italie, au Nigeria.

Monaco – La commission consultative des archives d’intérêt public (CCAIP), créée par ordonnance souveraine le 25 mars 2021, s’est réunie pour la troisième fois, le 11 décembre 2023, au ministère d’État. Le rapport d’activité de l’année 2023 de la mission de préfiguration des archives nationales (MPAN) et du service central des archives et de la documentation administrative (SCADA), a été présenté aux membres de cette commission. La politique de numérisation, avec la présentation de l’avant-projet de loi relative aux archives, élaboré entre autres avec l’aide du collège d’experts de la commission, a été le sujet principal à l’ordre du jour de cette séance. L’accent a aussi été mis sur les visites de services de l’exécutif, ainsi que des entités extérieures, leur accompagnement et les actions de coopération initiées. Mais aussi la politique de collecte, tant d’archives publiques que privées, avec une multiplication des entrées par 2,5 entre 2022 et 2023, et l’entrée de “fonds remarquables”. Diverses recommandations ont été adoptées par la commission, entre autres pour accentuer l’œuvre de modernisation des archives publiques et parapubliques. (Source : en français)

Pays-Bas – La consultation Internet sur le nouveau décret sur les archives et le règlement sur les archives a débuté. Toute personne souhaitant contribuer à l’amélioration du décret et du règlement peut y participer. Le ministère de l’éducation, de la culture et des sciences travaille à l’élaboration d’une nouvelle loi sur les archives. La modernisation de la loi sur les archives implique un nouveau décret et un nouveau règlement sur les archives. Une consultation sur Internet est une étape courante du processus législatif. Elle permet aux citoyens et aux organisations de réagir aux changements proposés. Le 8 décembre, le Conseil des ministres a décidé de lancer la consultation sur Internet pour le décret et le règlement sur les archives. La période de consultation s’étend du vendredi 15 décembre au vendredi 9 février. Il s’agit de quatre semaines de plus que d’habitude en raison de la période de Noël. Pour les archives physiques, la nouvelle loi et le nouveau règlement sur les archives créent de nouvelles opportunités. Par exemple, le nouveau règlement sur les archives prévoit des exigences climatiques pour les dépôts d’archives. Ces exigences visent toujours à assurer un climat optimal pour les documents physiques conservés de manière permanente, mais elles sont formulées différemment des exigences actuelles. (Source : en néerlandais)

Italie – Les archives historiques du journal Il Messaggero sont désormais accessibles à tous les internautes grâce au site web https://archivio.ilmessaggero.it/, qui donne accès à la réplique numérique de tous les numéros du journal de 1880 à nos jours. L’utilisation de l’intelligence artificielle permet également de contextualiser les recherches et de rendre la navigation plus riche et plus immersive. Pour effectuer une recherche, il suffit de taper un ou plusieurs mots dans le moteur de recherche de la page d’accueil et de lancer la recherche qui peut se faire par sujet ou parcours thématique, par personnage, par lieu et par date. La chronologie des résultats permet de naviguer et de sélectionner l’année la plus pertinente pour le sujet recherché. Quatre encadrés graphiques proposent également des sujets ou des parcours thématiques liés à l’événement choisi. Les abonnés à “Digital+”, c’est-à-dire ceux qui ont accès à l’édition numérique du journal, au site ilmessaggero.it et à d’autres services connexes, peuvent également consulter la page sélectionnée du journal à l’aide du pager ou accéder à l’article numérique disponible pour les éditions de 2000 à aujourd’hui. Il est également possible de sauvegarder les recherches effectuées et de stocker les pages trouvées. (Source : en italien)

Nigeria – Le journaliste nigérian Fouad Lawal trie soigneusement les vieux journaux qui reposent dans une haute tour couverte de poussière, dans son bureau de la vibrante capitale commerciale du Nigeria, l’État de Lagos, où il a lancé les premières archives numériques de journaux du pays. L’initiative, baptisée Archivi.ng, vise à “rendre l’histoire du Nigeria accessible à tous en numérisant les journaux” et en offrant, pour l’instant, un accès gratuit au contenu, explique son fondateur, qui rêve d’une société nigériane plus consciente de son propre passé. Le regard nostalgique, Lawal ouvre l’un des exemplaires de vieux journaux qui l’entourent, décolorés par le temps, et le passe à son coéquipier Boyega Adediran, qui déplie les pages, l’une après l’autre, sur un immense scanner. La taille modeste du bureau, niché dans les rues de la ville de Lekki, au sud-est de Lagos, contraste avec la mission qu’ils se sont fixée : scanner au moins un journal pour chacun des 18 627 jours écoulés entre 1960, année où le Nigeria a obtenu son indépendance du Royaume-Uni, et 2010. Depuis le lancement du projet en octobre dernier, Archivi.ng a déjà numérisé quelques 50 000 pages. (Source : en espagnol)

Italie – Dix mille journaux intimes, c’est beaucoup d’espace. La Fondazione Archivio Diaristico Nazionale, qui collecte et conserve depuis 1984 les écrits autobiographiques italiens à Pieve Santo Stefano, une petite ville de la province d’Arezzo comptant moins de trois mille habitants, les stocke dans deux appartements et un entrepôt. Mais comme elle en reçoit en moyenne 350 de plus chaque année, elle envisage depuis longtemps de déménager dans des locaux plus vastes. Le bâtiment du village où elles vont s’installer a été choisi, avec l’accord du ministère de la culture, mais il faut encore effectuer diverses démarches administratives et lancer un appel d’offres avant de pouvoir commencer les travaux, qui dureront probablement deux ans. En attendant, les archives continuent de recevoir, de cataloguer et de numériser les journaux intimes, les lettres et les mémoires, c’est-à-dire les textes autobiographiques écrits quelque temps après les événements racontés, de tous ceux qui choisissent de les leur confier. Elle a été la première institution en Europe à collecter des documents de ce type, écrits par des personnes ordinaires, et depuis son existence, de nombreux chercheurs l’ont consultée dans le cadre de recherches historiques et sociologiques. (Source : en italien)

2 commentaires

rcastellvi
20/01/2024

Et l’Espagne, c’est pour quand ?


J’espère que ces nouveautés ne vont pas entrainer une hausse de l’abonnement.
roland1942 –


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription