Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 24 nov. 2023 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui au Canada, en Angleterre, aux États-Unis, aux Pays-Bas, en Suisse, au Brésil.

Canada – La Division des archives et de la gestion de l’information de l’Université de Montréal détient de nombreux documents notamment un fonds intitulé Louis-François-Georges-Baby. Ce corpus est composé de documents manuscrits relatifs aux populations autochtones du Québec. Problème : l’écriture manuscrite y est souvent illisible. Un défi pour les historiens alors que le fonds Louis-François-Georges-Baby est en mesure d’apporter des réponses à des questions historiques non résolues : quel sort était réservé aux personnes reconnues coupables de commerce illicite d’alcool en 1667 ? Quelle était l’étendue de la concession territoriale, dans les environs de Sillery, accordée en 1642 par les Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec aux Autochtones de Tadoussac ? Les équipes de l’Université de Montréal (UdeM) ont décidé de recourir à l’intelligence artificielle pour faire parler ces archives. En particulier le logiciel Transkribus dédié à la reconnaissance de texte, à l’analyse d’images et de reconnaissance de structure de documents historiques. (Source : en français)

Angleterre – Elles ont 265 ans et n’avaient jamais été ouvertes. Un historien français a découvert dans les archives nationales britanniques, des lettres adressées à des marins français de la guerre de Sept Ans, mais jamais arrivées à destination. Il relate ici son travail sur ce précieux matériau épistolaire. Elles dormaient dans les cartons des archives nationales britanniques depuis 265 ans… jamais ouvertes, passées inaperçues. Dans le cadre d’un projet sur l’histoire des prisonniers de guerre, c’est Renaud Morieux, professeur d’histoire européenne à l’Université de Cambridge, qui les a découvertes : des lettres adressées par des membres de leur famille proches à des marins français, partis combattre la Royal Navy pendant la Guerre de Sept ans (1756-1763)… mais qui ne leur sont jamais parvenues. (Source : en français)

États-Unis – Un partenariat entre le Museum of the American Revolution et Ancestry.com permet aux familles afro-américaines et amérindiennes d’obtenir plus facilement des réponses sur leurs ancêtres qui ont servi pendant la guerre d’Indépendance. La station de radio locale de Philadelphie KYW rapporte qu’Ancestry.com a numérisé une collection rare de documents militaires de la guerre que les descendants peuvent consulter gratuitement en ligne. Le musée a acquis ces documents en 2022 auprès des Patriots of Color Archive. Le fonds comprend près de 200 documents rares, dont des feuilles d’appel, des pièces justificatives de solde, des documents d’enrôlement et des formulaires de démobilisation. Pour les personnes de couleur, il est presque impossible de trouver ces documents gouvernementaux. “Beaucoup de gens ne se rendent pas compte du nombre de Noirs et d’Amérindiens qui ont servi dans la Révolution”, explique Amiee Newell, directrice des collections et des expositions du musée. “Il y en a eu des milliers, pas des dizaines ou des centaines.” (Source : en anglais)

Pays-Bas – Découvrez la riche histoire du Koninklijk Nederlandsch Aardrijkskundig Genootschap (KNAG) (Société royale néerlandaise de géographie) grâce à la numérisation de ses archives. Couvrant près d’un siècle d’exploration et de recherche scientifique, ces archives extraordinaires sont désormais entièrement accessibles en ligne. Des rapports d’expédition détaillés aux cartes et observations météorologiques, les archives du KNAG offrent un aperçu approfondi des développements scientifiques de l’époque. En cette année d’anniversaire du KNAG, un travail considérable a été accompli pour préserver et numériser les archives de la Société. Ces archives extraordinaires, d’une longueur de près de 13 mètres de planches, couvrent la période allant de sa fondation en 1873 à 1967. Elles contiennent notamment de nombreux documents sur les soixante expéditions organisées par le KNAG jusqu’en 1959, ainsi que de nombreux rapports de voyage, relevés, cartes et photographies. Cela lui confère une grande importance pour les chercheurs au-delà de nos frontières nationales, en particulier dans les anciens territoires coloniaux des Pays-Bas. (Source : en néerlandais)

Suisse – Avec l’aide de la ETH Bibliothek à Zurich, tous les Marchring-Hefte (“cahiers Marchring”) ont été numérisés au cours des douze derniers mois. A l’exception d’une poignée de numéros, tous sont désormais accessibles gratuitement et pour tous. Dix ans après sa fondation, la Société d’histoire culturelle de Marchring a publié pour la première fois un Marchring-Hefte en 1962. Depuis, 70 cahiers ont été publiés et contiennent des informations passionnantes sur les légendes, les récits, les histoires, les bâtiments, les sexes, les localités et bien plus encore. Mais depuis longtemps, tous les numéros ne sont plus disponibles. C’est pourquoi Marchring a décidé de faire numériser les cahiers et de les mettre à disposition dans la bibliothèque en ligne de l’ETH. “Il était important pour nous de rendre les cahiers accessibles à tous, en particulier les anciens numéros, dont certains sont épuisés, mais qui suscitent toujours un vif intérêt”, explique Adrian Oberlin, président de Marchring. (Source : en allemand)

Brésil – La Surintendance régionale des Archives nationales de Brasília a collecté un important ensemble de documents sur le thème de la parenté et de la citoyenneté. La collection, qui appartient au département des migrations du ministère de la justice, se compose de 112 (cent douze) livres de naturalisation, datant d’environ 1823 à 1996. Cette action est le résultat de la coopération établie entre les Archives nationales et le département des migrations du ministère de la Justice et vise à restaurer et à conserver les volumes, conformément à l’accord conclu entre les deux organismes. Le travail est prévu dans l’accord de collection entre les parties, qui prévoit l’utilisation de ressources humaines et matérielles pour mener à bien la tâche. Le matériel collecté contient des informations sur l’octroi de la nationalité brésilienne aux étrangers, qui sont très demandées pour la recherche. (Source : en portugais)

11 commentaires

J’aimerais des renseignements sur mes ancêtres bulgares nés et décédés en Bulgarie dans les années 1850 à 1950 ,Merci pour vos réponses . .Ou comment faire pour mes recherches jusqu’à maintenant restées sans réponses ….Ce serait un beau cadeau de Noël . Cordialement ….


Bonjour, comment retrouver les migrants français vers l’argentine ou vers l’Amérique du début du 20éme siècle


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription