Geneanet recrute ! Participez au développement du 1er site de généalogie francophone. Voir nos offres de postes.

Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 9 sept. 2022 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui au Suriname, aux Pays-Bas, en Belgique, en Suisse, en Suède, au Brésil, aux États-Unis, en Irlande et au Canada.

Suriname/Pays-Bas – Les Archives nationales du Suriname et l’école d’histoire de l’Université Anton de Kom du Suriname (AdeKUS) ont reçu un Open Science Award lors de l’Open Science Festival à Amsterdam pour leur rôle dans le développement de la base de données historiques du Suriname. Le jury a salué la manière dont les archives et la formation, ainsi que les partenaires de Curaçao et des Pays-Bas et des centaines de bénévoles, travaillent pour rendre publiques les archives de la population du Suriname pour la recherche, les projets culturels et l’histoire familiale.La base de données historique du Suriname et de Curaçao (HDSC) est une coopération des Archives nationales du Suriname, l’Anton de Kom Université du Suriname, les Archives nationales de Curaçao et l’Université Radboud aux Pays-Bas. Université Radboud aux Pays-Bas. Avec environ un millier bénévoles, ils travaillent depuis 2017 sur une base de données ouverte en ligne avec des volontaires. des données démographiques de la population du Suriname et de Curaçao entre environ 1830 et 1950. Toutes ces informations seront librement accessibles en ligne pour la recherche scientifique et pour les personnes qui recherchent leur des ancêtres. (Source : en néerlandais)

Belgique – Quel chiffre : 93 433 pages ! C’est la taille du fonds “GvO-E”, qui regroupe les dossiers locaux des régions belges autour d’Eupen, Malmedy et St. Vith. Il contient la correspondance entre les paroisses et l’autorité archiépiscopale à Cologne, établie au cours d’une centaine d’années d’appartenance à l’archevêché de Cologne. Les 396 dossiers au total sont conservés dans les archives diocésaines du diocèse d’Aix-la-Chapelle. Après la reconstitution du diocèse, l’archevêché de Cologne les avait remis en 1941 à l’évêque d’Aix-la-Chapelle, qui y était administrateur apostolique après l’annexion du territoire. Avec le soutien financier du programme numérique “WissensWandel”, les archives diocésaines ont maintenant numérisé ces dossiers locaux des doyennés belges d’Eupen, Malmedy et St. Vith depuis 1920. Ces documents peuvent être consultés dès à présent de n’importe où dans le monde, à tout moment et gratuitement sur : www.archive.nrw.de. Jusqu’à présent, les personnes intéressées, surtout les scientifiques, devaient se rendre personnellement aux archives pour effectuer des recherches. Grâce à la numérisation, ce n’est désormais plus nécessaire. “Après avoir mis en ligne environ 80.000 pages numérisées de registres paroissiaux sur la plateforme Matricula – tendance à la hausse – nous nous réjouissons maintenant de la prochaine étape dans la numérisation de nos fonds”, souligne Dr. Beate Sophie Fleck, directrice des archives diocésaines d’Aix-la-Chapelle. (Source : en allemand)

Suisse – Le nouveau bâtiment du Musée d’histoire naturelle et des Archives nationales à Bâle coûtera plus de 200 millions de francs. Les travaux avancent dans le quartier bâlois de Saint-Jean, mais il faudra encore du temps pour les achever. La première pierre a maintenant été posée à une profondeur de 19 mètres en présence du président du gouvernement Beat Jans et de la conseillère d’Etat Esther Keller. C’est ce que communique le canton. Le nouveau bâtiment devrait être terminé en 2026. Les Archives de l’Etat ouvriront leurs portes en 2027 et le Musée d’histoire naturelle devrait ouvrir ses portes sur le nouveau site en 2028. Le projet de nouveau bâtiment, dont le volume d’investissement est estimé à 214 millions de francs, est issu d’un concours international d’architecture remporté en 2015 par le bureau zurichois EM2N Architekten. (Source : en allemand)

Suède – La cérémonie de pose de la première pierre des plus grandes archives d’Europe du Nord a eu lieu. Les Archives nationales et l’Agence suédoise des impôts auront leurs activités dans le bâtiment de 33 000 mètres carrés situé à Saltvikshöjden. Il y aura également une section publique pour accueillir les visiteurs. Compte tenu de l’intérêt croissant pour la technologie de l’ADN et la généalogie, les nouvelles archives pourraient devenir une destination moderne et prisée des visiteurs, avec un grand potentiel de développement”, déclare Andreas Sjölander, président du conseil municipal de Härnösand. Le bâtiment est en deux parties avec une section d’archives en béton avec un total de 25,8 miles de rayonnages. La partie avant est construite en bois et offrira des chambres et de l’espace pour le personnel et les visiteurs. Les Archives nationales déplaceront leurs activités actuelles à Härnösand vers les nouvelles archives. Pour l’Agence suédoise des impôts, cela créera des emplois entièrement nouveaux. Les Archives nationales sont situées dans onze endroits du pays, mais c’est ici, à Härnösand, que nous aurons notre entrepôt central et que nous nous développerons, déclare Karin Åström Iko, l’archiviste nationale. (Source : en suédois)

Brésil – Dans le cadre des célébrations du Bicentenaire de l’Indépendance, le Répertoire brésilien des archives (Dibrarq) fait peau neuve, et apporte un axe thématique spécial, rassemblant plusieurs entités de conservation ayant des collections sur le sujet, parmi celles enregistrées sur la plateforme. Coordonné par les Archives nationales brésiliennes, Dibrarq est un instrument destiné à faciliter la localisation des documents d’archives, ainsi que d’autres sources et matériaux connexes, en recueillant des informations sur les dépositaires publics ou privés et sur les collections dont ils ont la garde et qui sont librement accessibles. En offrant un accès à un public hétérogène, Dibrarq améliore la visibilité des collections d’entités dépositaires encore peu connues du grand public. Une autre nouveauté est le lancement du “Manuel de procédures pour les entités de conservation adhérentes”, préparé par l’équipe de normalisation et de qualité des systèmes informatisés des Archives nationales. (Source : en portugais)

États-Unis – Plus de 55 ans de photos de monuments historiques de la ville de New York City sont désormais disponibles dans des archives numériques accessibles au public. Le 18 août 2022, la Landmarks Preservation Commission a annoncé le lancement de sa Designation Photo Collection, une archive numérique consultable de photos des monuments et des quartiers historiques désignés de la ville. Pour la première fois, les membres du public peuvent rechercher des photos haute résolution de bâtiments et de sites désignés dans les cinq arrondissements. Les images, qui n’étaient auparavant disponibles que sur demande, peuvent être téléchargées gratuitement. Les reproductions de photos d’archives doivent mentionner la Commission de préservation des monuments historiques de la ville de New York City comme source. La collection actuelle ne représente qu’une partie des archives photographiques de l’agence ; le site web sera régulièrement mis à jour à mesure que d’autres photos seront numérisées et cataloguées. La Landmarks Preservation Commission étudie également la possibilité d’incorporer la collection dans une fonction de carte Web afin de fournir au public des options plus solides pour l’utilisation des archives. (Source : en anglais)

États-Unis – Un projet dirigé par l’université de Northumbria devrait permettre de raconter l’histoire des marins britanniques et d’autres immigrants pendant la guerre civile américaine d’une manière encore jamais vue. Le projet “Civil War Bluejackets” – ainsi nommé en raison de l’uniforme distinctif porté par les marins de la guerre civile américaine – est une collaboration entre des historiens de l’université de Northumbria, à Newcastle, et des informaticiens de l’université de Sheffield et de l’université de Coblence-Landau. Financé par le UK Arts and Humanities Research Council, le projet a été lancé le 6 septembre 2022 par un appel aux citoyens volontaires pour aider à transcrire des dizaines de milliers de “Muster Rolls” de la guerre de Sécession, des documents qui étaient transportés à bord des navires américains et qui contiennent les détails personnels des quelque 118 000 hommes qui ont combattu sur l’eau pour l’Union entre 1861 et 1865. L’équipe du projet utilise la plateforme en ligne Zooniverse pour partager des dizaines de milliers de ces Muster Rolls, et demande au public de l’aider à révéler leur contenu. (Source : en anglais)

Irlande/Canada – Un site web contenant les dossiers en ligne de près de 100 000 personnes et familles qui ont migré du sud-est de l’Irlande vers Terre-Neuve entre 1750 et 1850 vient d’être lancé. Appelé “The Mannion Collection”, il contient une version numérisée des nombreux documents détenus par John Mannion, professeur de géographie à la retraite de l’université Memorial de Terre-Neuve, né à Galway, et son épouse et partenaire de recherche, Maura. Les recherches des Mannion sont consignées sur des fiches manuscrites, qui ont été numérisées par l’Agence de la statistique de Terre-Neuve-et-Labrador à St. John’s. Dans sa biographie sur le site Web, le Dr Mannion écrit : “Les migrations irlandaises vers Terre-Neuve, et le commerce des provisions de sel qui y est associé, représentent le lien le plus ancien et le plus durable entre l’Irlande et le Canada.” La collection Mannion comprend des informations sur quelque 7 500 immigrants qui sont identifiés par ville, paroisse, townland ou comté d’origine en Irlande. Un nombre probablement cinq fois supérieur d’immigrants irlandais, non identifiés par leur lieu d’origine spécifique, est également répertorié. (Source : en anglais)

2 commentaires

j’aimerai connaitre le nom des dames ou compagnie ou gouvernante de la cour d’Angleterre en 1925.


Excellent. C’est difficile de tracer les origines irlandaises car il y a peu de documents.


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription