La Gazette du vendredi 27 mai

Le 27 mai 2022 par Thierry Sabot
 

Chaque semaine, à travers une sélection d’articles, la Gazette du vendredi raconte la petite histoire de nos ancêtres. Pour vous abonner gratuitement à la nouvelle formule de La Gazette : Je m’abonne gratuitement à La Gazette Contexte Italie est disponible : dans la même veine que Contexte France, publié en 2007 et depuis plusieurs fois […]

Chaque semaine, à travers une sélection d’articles, la Gazette du vendredi raconte la petite histoire de nos ancêtres.

Pour vous abonner gratuitement à la nouvelle formule de La Gazette : Je m’abonne gratuitement à La Gazette

Contexte Italie est disponible : dans la même veine que Contexte France, publié en 2007 et depuis plusieurs fois réédité, voici Contexte Italie, la vie quotidienne de vos ancêtres italiens et de leurs migrations depuis 1573 à nos jours. Une chronologie thématique inédite pour situer, en un seul coup d’œil, un village, une famille, un personnage ou un événement dans son contexte historique et généalogique.
-> Voir le dossier de presse en ligne…

La vie ordinaire d’un habitant de Vienne-les-Blois au 19e siècle (1831-1902). (2e Partie)

En parcourant la branche blésoise de la généalogie ascendante de Roselyne LEGENDRE, épouse THORET, nous avons rencontré 5 générations de maçons-tailleurs de pierres de 1780 à 1965, les GUILLEGAULT. Nous nous attarderons sur Silvestre, Prosper (1831-1902). Nous allons lui laisser le soin de nous raconter sa vie.

1838 : premier éclairage de la Basse Seine

En 1829, G. P. Legrand, ancien chef du pilotage et capitaine du port de Rouen, propose l’éclairage de la Seine entre le Caudebecquet et la mer – l’estuaire – par des feux pour permettre à navigation à vapeur, alors à des débuts très prometteurs, de se continuer de nuit et à servir d’amers pendant le jour. Le projet est accepté en 1831 puis étudiés par les ingénieurs Fauqueux, Frissard, Robin et Martin.

Mortes sans sacrements suite à l’effondrement de leur maison

Françoise PERRACHON est décédée à 78 ans le 5 décembre 1756 à CHIROUBLES (BMS 4E762 – 1756, page 5/5) en même temps que sa fille Philippine, 50 ans, de façon dramatique, puisque mortes sans sacrements, écrasées et ensevelies sous les ruines et débris de leur maison. De fait, en parcourant les registres paroissiaux ou les minutes notariales, on ne peut être qu’étonné par l’état de délabrement de nombre de maisons paysannes, notamment celles des paysans humbles ou démunis.

– Pour lire La Gazette complète en ligne sur www.histoire-genealogie.com, partenaire de Geneanet : La Gazette du vendredi