Fichiers de police de la Sûreté nationale : le projet “fonds de Moscou” est presque terminé

Le 5 nov. 2021 par Frédéric Thébault

La généalogie, ce n’est pas seulement retrouver des dates, des lieux et remonter des générations, c’est aussi et surtout reconstituer la vie de nos ancêtres, et même essayer de connaître leurs pensées. Les fonds de Moscou vous permettront peut-être de mener à bien cette tâche…

Disons-le tout net : retrouver son ancêtre dans les fonds de Moscou est susceptible de faire grincer quelques dents, car ce fonds n’est autre que le Fichier central de la Sûreté nationale ! Mais un bon historien (ce qu’est tout généalogiste, nous n’en doutons pas) saura appréhender l’information pour ce qu’elle est, et il ne portera pas de jugement sur les idées de cet aïeul, ni en mal, ni en bien, car nous savons qu’il faut toujours remettre dans leur contexte d’époque, en fonction des moeurs et des idées qui prévalaient alors, les opinions d’un individu.

Les fonds de Moscou consistent en centaines de milliers de fiches et en dizaines de milliers de dossiers individuels rédigés par la police et les agents de la Sûreté nationale. Ces documents, établis du dernier quart du XIXe siècle jusqu’aux années 40, ont été saisis par les Allemands lors de l’Occupation, avant d’être récupérés par les Soviétiques à la fin de la guerre mondiale.

Ce n’est qu’en 1994 qu’ils ont été rendus à la France, un deuxième versement ayant eu lieu en 2003. Ils tiennent leur nom, “fonds de Moscou”, tout naturellement de la capitale de la Russie.

Les Archives nationales ont, depuis, numérisé les tables alphabétiques qui répertorient d’une part les dossiers individuels, soit 650 000 personnes, et d’autre part la liste des noms des personnes possédant une fiche individuelle (celles-ci n’étant pas numérisées, soit 2,5 millions de personnes).

Nous tenons à remercier les Archives nationales pour avoir engagé ce partenariat avec Geneanet et nous avons hâte de voir ce projet réalisé !

Qui cela concerne-t-il ?

Toutes ces personnes ont été fichées à l’insu de leur plein-gré, comme le dit l’expression populaire. Vous pourrez donc y trouver des communistes, des anarchistes, des antimilitaristes et beaucoup d’étrangers : des interdits de séjour, des expulsés de leurs pays, des demandes de passeports de Français à l’étranger ou d’étrangers en France, des demandes de carte d’identité ou des demandes de naturalisation, etc.

Le projet consiste à relever les noms présents sur ces listes. A partir de ceux-ci, vous saurez si votre ancêtre possède un dossier dans les fonds de Moscou, et vous pourrez alors vous rendre aux archives ou faire appel à un réseau d’entraide pour obtenir une copie dudit dossier ou de la fiche. Les informations seront parfois très lacunaires (les fiches ne contiennent souvent qu’une seule mention), parfois très complètes avec un grand nombre de pages pour les dossiers individuels.

Dossier individuel : courrier relatant la surveillance d’un anarchiste en 1890
Fiche individuelle d’un communiste en 1924

 

NB : aucune donnée sensible n’est diffusée, vous ne trouverez sur Geneanet que des listes de noms sans indications particulières.


Le projet est quasiment terminé, il ne manque plus que cinq lettres à indexer ! Il s’agit des G, P, S, T (partiellement indexées) et R (pas commencé) : aidez-nous à terminer rapidement les lettres manquantes !
Nous recherchons également des bénévoles pouvant se rendre aux Archives nationales pour quelques dossiers réclamés.

37 commentaires

“Le projet consiste à relever les noms présents sur ces listes. A partir de ceux-ci, vous saurez si votre ancêtre possède un dossier dans les fonds de Moscou” => Dommage car sans date de naissance indexée, impossible de savoir s’il s’agit d’un ancêtre, sauf à se rendre à Paris, pas pratique pour les personnes habitant loin.


Interessant je vais essayer de trouver les documents cherches


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription