Geneanet vous propose de participer au 11e week-end Sauvons nos tombes. Découvrez comment faire.

Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 26 avr. 2021 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui en Belgique, au Maroc, au Canada, en Côte d’Ivoire, aux États-Unis, aux Pays-Bas.

En Belgique, un arrêté royal facilite l’accès aux registres d’état civil du XXe siècle. Ne vous ruez pas vers les Archives de l’Etat : la mise en oeuvre pratique demandera un certain temps. La loi remonte au 21 décembre 2018, mais il a fallu attendra le dernier jour du mois de mars 2021 pour voir publié son arrêté royal d’exécution : désormais, les chercheurs et férus de généalogie ne devront plus attendre un siècle pour avoir accès aux actes d’état civil. Les actes de mariage sont consultables après 75 ans, les actes de décès après 50 ans. Plus important encore : alors que l’original papier reste dans les mains des communes, la copie de sécurité de ces actes, jusqu’ici détenue par les tribunaux de première instance, va progressivement être transférée aux Archives de l’Etat pour stockage, numérisation et mise en consultation. (en français)

Drôle de surprise pour les services de la ville de Casablanca, au Maroc. Alors qu’ils procédaient à un inventaire, les archivistes marocains ont dû se rendre à l’évidence : une partie des archives municipales a été dévorée par une coalition hétéroclite de rats, de termites et d’insectes. Selon le quotidien arabophone Assabah, la destruction concerne notamment des cartes, des plans et de nombreux documents d’urbanisme. Il semble que ce patrimoine documentaire était entreposé dans des salles constamment fermées et ne bénéficiant d’aucune aération. Facteur aggravant : ces archives n’avaient fait l’objet d’aucun classement. Le quotidien Assabah souligne également que plusieurs membres des équipes municipales souffrent d’infections cutanées et respiratoires après avoir travaillé dans les salles d’archives. Depuis, la commune a procédé à la dératisation et à la désinsectisation des locaux. (en français)

Depuis le 1er avril, Taïk Bourhis est la directrice de la Division de la gestion de documents et des archives (DGDA) de l’Université de Montréal, au Canada. Avec cette nomination, l’UdeM reconnaît sa grande expérience dans le domaine de l’archivistique, notamment dans la gestion des documents administratifs et du numérique. Titulaire d’une maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information, elle a occupé des postes à Bibliothèque et Archives Canada, à Affaires mondiales Canada et à la Sûreté du Québec avant d’entrer à la DGDA. Depuis 2019, elle est codirectrice du Comité des affaires professionnelles de l’Association des archivistes du Québec. À ce titre, elle veille au développement et à la reconnaissance de la profession d’archiviste, et est appelée à formuler divers avis sur le domaine de l’archivistique, tels que la normalisation de la pratique professionnelle et le code de déontologie. (en français)

Réunis en séminaire du 29 au 31 mars à Yamoussoukro pour être sensibilisés sur le rôle prépondérant à jouer auprès des populations, les acteurs de l’état civil ne sont pas étrangers des maux dont souffre le système ivoirien. Faiblesse des capacités en matière d’enregistrement, insuffisance du cadre juridique, inadaptation de la coordination entre la multitude d’agents mêlés à l’enregistrement des faits d’état civil, mauvaise qualité des actes juridiques et des données… Comme si cela ne suffisait pas, les populations elles-mêmes ne se pressent pas pour déclarer les naissances. L’Union européenne avance qu’une naissance sur trois n’est jamais déclarée en Côte d’Ivoire. De 2014 à 2017, le taux d’enregistrement a chuté de 70% à 54%. Pour sortir de cette ornière, plusieurs lois ont été prises en 2018, y compris le décret portant création du Registre national des personnes physiques (RNPP) dans le cadre de la stratégie de modernisation de l’état civil. Doter le pays, d’ici 2025, d’une base de données fiables et sécurisées est la pierre angulaire de cette innovation. (en français)

Avec des millions de documents numérisés, les archives nationales des États-Unis représentent une mine d’or d’informations. Encore faut-il avoir emporté son tamis et sa pioche. Les utilisateurs reconnaissent en effet avoir du mal à trouver les éléments recherchés. Et le balisage par métadonnées, associé au système de recherche actuellement en vigueur ne fonctionne pas très bien. Des modèles de personnalisation des fonctions de recherche, mais également de catalogage, ou encore l’automatisation du marquage de métadonnées apporteraient des solutions plus immédiates. A ce jour, 120 millions de documents archivés, doublés de données de classification, sont présentés dans la base globale. Et l’intelligence artificielle interviendrait pour combler le vide entre les attentes des utilisateurs et les enregistrements. (en français)

Quand les historiens tentent d’étudier les agissements des citoyens néerlandais au cours de l’occupation des Pays-Bas par l’Allemagne nazie, ils n’ont aucune difficulté à accéder à un ensemble de documents qui, lorsqu’ils sont placés les uns sur les autres, dépassent en hauteur le National Mall à Washington, DC. Il y a vingt ans, ces documents issus des “Archives centrales de compétence spéciale” avaient été déposés aux Archives nationales néerlandaises, à la Haye. Soudainement, 300 000 dossiers consacrés à des Hollandais soupçonnés d’avoir collaboré avec les nazis avaient été mis à la disposition de tous. “Aujourd’hui, environ 4 000 personnes par an se rendent aux archives nationales pour voir ces documents”, explique Kortholt, qui est chercheur au musée du camp de transit de Westerbork. A l’intérieur des archives néerlandaises, les documents de cours spéciales d’après-guerre et des tribunaux ont été compilés parmi 150 archives locales, chacune avec son fichier propre. D’ici 2025, tous les documents auront été numérisés. (en français)

2 commentaires

mimidro
28/04/2021

En Belgique, beaucoup d’archives communales ne sont pas encore numérisées. Les demandes de renseignements par courriel adressé aux administrations (état civil) pat font généralement l’objet d’une réponse gratuite. Pae contre les copies d’actes sont généralement payantes.
Cordialement.


Très curieux de connaître la suite de vos travux !
Bon courage.
Cordialement


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription