Entretien avec Marie-Odile Mergnac, auteure de “Généalogie”, la nouvelle bible du généalogiste !

Le 9 nov. 2020 par Frédéric Thébault

La sortie d’un nouvel ouvrage consacré à la généalogie est un événement suffisamment rare pour que l’on s’y attarde. “Généalogie – remonter son arbre par Internet et en archives”, avec ses 400 pages et ses nombreuses illustrations est un modèle du genre, moderne et accessible à tous : le livre devrait emporter tous les suffrages ! Nous avons posé quelques questions à son auteure, Marie-Odile Mergnac,

Pourquoi un nouveau guide sur la généalogie ?

Il n’existait plus de manuel général (sauf de très anciens) car, ces dernières années, c’étaient plutôt les guides thématiques, répondant de façon détaillée à une question précise, à un sujet pointu de recherche, qui se multipliaient.

Avec plus de 400 pages et de nombreuses illustrations, présenté à rebours en partant du XXe siècle jusqu’aux périodes anciennes, c’est un ouvrage novateur et moderne que vous présentez. Cela a dû représenter un énorme travail ?

Je voulais effectivement proposer du neuf car on ne fait plus de la généalogie comme il y a dix ans. La démarche de recherche a changé avec l’utilisation d’Internet, mais l’approche qu’on fait de ce loisir s’est transformée ; l’aspect ludique est beaucoup plus présent, on raconte plus facilement ses trouvailles à des tiers, et on s’attarde davantage (ou on revient) sur les deux derniers siècles, porteurs d’histoires orales, même si l’on a déjà atteint le XVe siècle.

Combien de temps cela vous a-t-il pris ?

Difficile d’évoquer une durée de rédaction… Je n’ai mis le livre en chantier que cette année, mais certaines trouvailles, certaines anecdotes personnelles remontent aux recherches que je faisais quand j’étais lycéenne.

Il y a de nombreux témoignages d’acteurs du monde de la généalogie ou de simples passionnés, comment les avez-vous sélectionnés ?

Il ne faut pas parler de sélection. C’était des choix « coups de cœur », en fonction d’une rencontre, d’un article de blog, d’une spécialité…
Je tenais absolument à ce qu’un lecteur extérieur au monde de la généalogie comprenne, à travers tous ces témoignages, qui sont tous de beaux récits, combien la généalogie était vivante, combien les personnes et les approches pouvaient être différentes.
Une difficulté : impossible de multiplier les témoignages sur un même sujet, même si j’en grillais parfois d’envie.
Et des regrets : autour de récits émouvants que les personnes n’ont finalement pas souhaité publier, ou d’anecdotes extraordinaires qu’on m’avait racontées il y a quelques années mais pour lesquels je n’ai pas retrouvé les témoins à temps.

Vous parlez beaucoup des ressources d’Internet, des sites comme Geneanet ou autres, mais Internet évolue très vite, n’avez-vous pas peur que votre ouvrage soit rapidement obsolète ?

J’ai surtout peur qu’il soit épuisé trop vite ! Et aucune réimpression ne se fera sans mise à jour bien sûr. J’en profiterai pour y ajouter les témoignages manquants.

Cet ouvrage est-il plutôt destiné aux débutants, aux généalogistes avertis ou à tout le monde ?

Ce n’est pas un manuel pour débutants même si j’évoque au dos du livre tous les lecteurs possibles : celui qui veut commencer, celui qui est déjà remonté sous l’Ancien Régime mais qui patine, celui qui a tellement étoffé son arbre qu’il veut lancer une cousinade géante – après le confinement bien sûr :)

Le livre s’adresse à tous parce qu’il donne, en fonction des périodes, des activités généalogiques possibles autres que la recherche brute : celui qui a complété son arbre jusqu’à François 1er peut donc le lire depuis la première page, il y trouvera beaucoup de pistes auxquelles il n’avait pas pensé.

Votre livre pourrait presque servir de livre de classe si la généalogie était enseignée au même titre que l’histoire, cela vous fait-il rêver ? Quelle serait la plus belle récompense à vos yeux concernant “Généalogie” ?

La généalogie est bien trop ludique pour se transformer en obligation scolaire !
Ma plus belle récompense pour ce livre ? Qu’il soit le « roman de chevet » de tout amateur de généalogie, car il raconte des histoires autant qu’il donne à apprendre !


Marie-Odile Mergnac dirige les éditions Archives & Culture dont vous pouvez vous procurer les nombreux guides thématiques via la Boutique Geneanet. “Généalogie – remonter son arbre par Internet et en archives” y est évidemment également disponible, avec le sommaire complet.

29 commentaires

si les ancêtres de Mme DENON ont fait un contrat de mariage, le nom du notaire qui l’a reçu figure obligatoirement sur l’acte de mariage. Pour les testaments c’est plus compliqué puisque ils peuvent çtre authentiques ,olographes ou mystiques.


mdenonbirot
21/11/2020

Lorsque nous avons des ancêtres qui ont vécu dans de petits villages de campagne comment savoir à quels notaires ils s’adressaient pour les contrats de mariage, les testaments, etc.? Je vous remercie de votre réponse..


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription