Confinement : comment s’occuper grâce à Geneanet

Le 2 nov. 2020 par Frédéric Thébault

En cette période difficile pour tout le monde, Geneanet reste à vos côtés pour vous permettre, si vous le souhaitez, de continuer à vous adonner à votre loisir préféré. Comme pour le premier épisode de confinement, Geneanet assure la continuité de ses activités et tous les collaborateurs de Geneanet travaillent à distance. Nous espérons ainsi vous apporter un service de qualité, aussi fiable qu’il l’est en temps normal ; la maintenance du site est continue, et la mise en place de nouvelles fonctions, les améliorations ou corrections prévues, sont toutes maintenues.

Faire de la généalogie n’est sans doute pas une activité primordiale en pleine pandémie, mais nous sommes heureux de pouvoir vous apporter, en ces temps de confinement où les journées peuvent sembler longues, une occasion de vivre pleinement votre passion. Alors, pourquoi ne pas en profiter pour faire maintenant ce que vous repoussiez toujours au lendemain ? Voici une petite liste de conseils sur les tâches à réaliser.

1. Mettre en ligne sa généalogie

Pour les nouveaux venus qui se lancent dans la généalogie, le moment est venu de débuter votre arbre généalogique ! Consultez notre rubrique Bien débuter pour obtenir des conseils sur les recherches généalogiques, et l’aide pour maîtriser toutes les fonctionnalités de Geneanet. Pour ceux qui ont déjà un arbre sur un logiciel, c’est le moment de déposer en ligne votre fichier GEDCOM ou de le mettre à jour. Vous pourrez ainsi pleinement profiter des nombreuses fonctionnalités de Geneanet pour approfondir votre généalogie et faire de nouvelles découvertes !

2. Sourcer sa généalogie

On ne prend pas toujours le temps de noter la source des informations que l’on enregistre dans son arbre généalogique, mais c’est pourtant une règle d’or en généalogie. Noter ses sources permet d’améliorer la fiabilité de son arbre généalogique, pour soi et pour les autres. Au fil des années, on oublie d’où viennent les informations collectées : d’un acte d’archives, d’un livre, d’un article, des souvenirs de sa grand-mère ou d’un autre arbre sur Geneanet. Noter ses sources permet d’y revenir, de vérifier l’exactitude des informations récoltées, et peut permettre aux généalogistes consultant votre arbre de gagner du temps et d’aller vérifier eux-mêmes la source et les informations qu’elle contient. Alors je source, tu sources, il/elle source, nous sourcons… !

3. Vérifier sa généalogie

Même avec la plus grande rigueur du monde, le généalogiste n’est pas à l’abri des erreurs de lecture, de transcription, ou de coquilles comme l’inversion de deux chiffres dans une date. Avec l’outil de vérification des anomalies, vérifiez les incohérences détectées dans votre arbre et corrigez-les. De même, prenez un peu de temps pour vous pencher sur la saisie des lieux dans votre arbre, et de faire un petit nettoyage si besoin !

4. Numériser ses vieilles photos

On repousse souvent au lendemain la numérisation des dizaines de vieilles photos conservées quelque part dans la maison de sa grand-mère. Pourtant, une fois que ce sera fait, vous en verrez tous les avantages : en plus de conserver une copie numérique de ces photos qui peuvent se dégrader (lumière, humidité), vous allez (re)découvrir les visages d’une partie de vos ancêtres, et pouvoir rendre un peu plus humaines les fiches de vos arbres. Notre module photos vous sera d’ailleurs utile pour trier et classer tous ces clichés.

5. Partager ses cartes postales anciennes

En même temps que la numérisation de vos vieilles photos de famille, n’oubliez pas de numériser les cartes postales anciennes que vous pourriez posséder. Vous pourrez ensuite les mettre en ligne sur Geneanet, où elles rejoindront les 440 000 autres cartes déjà présentes dans notre base. De quoi permettre à tous les généalogistes de découvrir les lieux de vie de leurs ancêtres !

Petite nouveauté : vous pouvez également corriger les cartes mal géolocalisées. Un petit lien “Proposer une correction” figure sous chaque carte, il suffit de cliquer dessus ! (lisez bien les instructions au préalable)

6. Contacter ses nouveaux cousins

Grâce aux différents outils de correspondances et de comparaison de Geneanet, vous allez rapidement découvrir de nouveaux cousins, plus ou moins éloignés. C’est le moment de leur faire signe grâce à la messagerie interne de Geneanet ! Prenez le temps de faire connaissance, d’échanger des informations sur votre arbre généalogique et de discuter de la pluie et du beau temps. Et, bien sûr, n’oubliez pas de prendre des nouvelles des cousins que vous connaissez déjà. En ces temps difficiles, maintenir le lien reste essentiel.

7. S’entraider sur le forum

Ouverts 24h/24 et 7j/7, les forums de Geneanet grouillent de vie et de généalogistes. Ici, pas de mesure de distance à respecter, juste des règles élémentaires de politesse pour que tout se passe bien ! Vous y trouverez de l’aide de la part de généalogistes expérimentés, ainsi que l’assistance technique de Geneanet si vous rencontrez des difficultés, et pourrez en retour aider d’autres généalogistes en quête de leurs ancêtres.

8. Participer à l’indexation collaborative

Vous le savez, Geneanet lance régulièrement des appels à participation à différents projets de numérisation ou d’indexation de documents d’archives. Grâce à votre implication dans ces projets, des milliers de documents deviennent accessibles en quelques clics aux généalogistes du monde entier. De chez vous, en toute sérénité et à votre rythme, vous pouvez participer au relevé des informations contenues dans les documents que nous proposons à l’indexation. Que vous soyez débutant ou habitué des archives du XVIe siècle, vous trouverez de quoi vous occuper, avec des documents des quatre coins de la France, mais aussi d’Espagne, du Luxembourg, du Canada, etc.

Dès la semaine prochaine, nous vous proposerons une semaine spéciale indexation… suivez l’actualité !

9. Contribuer à Mémoire des lieux

Mémoire des lieux est un service lancé par Geneanet il y a tout juste quelques semaines. Librement accessible à tous, il vous permet de découvrir l’histoire des lieux qui vous sont proches : histoire des rues, commerces, noms des résidents, événements marquants… Une véritable balade dans le temps et l’espace ! Chacun peut y contribuer en créant des points d’intérêt et en ajoutant des résidants, personnalités, événements, et des informations, images ou encore vidéos.

10. Commencer à écrire sa chronique familiale

Si aucune des activités précédentes ne vous inspire, ou si au contraire vous décidez de tout faire et qu’il vous reste encore un peu de temps libre, pourquoi ne pas commencer la rédaction de votre chronique familiale ? Sur votre arbre Geneanet, un espace pour est réservé pour que vous puissiez écrire l’histoire de votre famille et la mettre en forme à votre manière. Un utilisateur de Geneanet a d’ailleurs réalisé un tutoriel détaillé pour vous apprendre en utiliser au mieux cette fonctionnalité. Bonne rédaction !


Nous espérons que ces quelques pistes vous permettront d’aborder sereinement les prochains jours. L’équipe de Geneanet reste mobilisée et vous pouvez compter sur nous pour vous offrir le meilleur service possible. Prenez soin de vous, et bonnes recherches généalogiques à tous !

84 commentaires

J’ai depuis longtemps rédigé l’histoire de ma famille.
Ce que m’a été dit par mes parents et le peu qu’ils savaient de leurs ancêtres, ce qu’eux et moi même avons vécu ensembles.
Mais aussi ce que j’ai découvert ou deviné des ancêtres plus éloignés à travers le actes des AD et des documents de famille.
Je pense que c’est une démarche indispensable si on ne peut se contenter d’une simple énumération de noms et de date, si on veut se sentir plus proche de ceux dont nous sommes faits, réfléchir à leur vie, finalement les faire revivre et les aimer.
Un travail long qui en vaut le coup, bonne chance…


bravo séduisant !!! comment enregistrer le tutoriel pour l’utiliser facilement ?


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription