Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 12 oct. 2020 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui au Canada, aux Etats-Unis, en Norvège, au Sénégal.

Grâce à un financement de Bibliothèque et Archives Canada, dans le cadre du Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire, l’ambitieux projet “Les écrits de notre mémoire : numérisation des journaux La Parole et The Spokesman (1926-1976)” pourra voir le jour. Il consiste en la numérisation, la conservation et la mise en valeur de ces deux publications ayant joué un rôle majeur dans la région de Drummondville. Le projet est divisé en deux étapes : une première dédiée à la numérisation se terminant en mars 2021 et une deuxième permettant le développement d’outils de recherche et l’emploi de la technologie de reconnaissance optique de caractères dont l’échéance se situe en 2022. À terme, 4 108 numéros de journaux et environ 62 500 pages des journaux La Parole (1926-1976) et The Spokesman (1928-1957) seront numérisés. La SHD est aujourd’hui la seule propriétaire de ces journaux qui ont été respectivement publiés entre 1926 et 2006 et 1928 et 1957. (en français)

À l’occasion du centenaire du 19e amendement de la Constitution des États-Unis, qui donne le droit de vote aux femmes, la Bibliothèque du Congrès a pu avoir accès aux archives d’un des mouvements les plus actifs dans ce combat : le National Woman’s Party. Les documents donnés dernièrement comprennent environ 100 albums, qui documentent des événements tels que les manifestations du parti et ses autres opérations. Quelque 2400 livres et 750 périodiques ont été offerts par la bibliothèque Florence Bayard Hilles, considérée comme la plus ancienne bibliothèque féministe des États-Unis. Parallèlement à ces dons, la Library of Congress a acheté 157 caricatures politiques originales de Nina Allender, la principale illustratrice du NWP. (en français)

Une société norvégienne s’est donné pour objectif de sauvegarder le patrimoine mondial de la culture en numérique. Il s’agira de protéger ces nombreuses données contre les catastrophes humaines ou naturelles durant au moins 500 ans. L’île de Spitzberg (Norvège) abrite déjà la célèbre Réserve mondiale de semences du Svalbard. En cas d’apocalypse, cette réserve pourrait permettre aux humains de planter jusqu’à un million de variétés de graines. L’île norvégienne abrite également l’Arctic World Archive, compilant les matériaux numériques du monde. (en français)

On les appelle les “enfants fantômes”. En Afrique subsaharienne, 95 millions d’enfants n’ont aucun acte de naissance. Or, quand on n’a pas d’existence légale, on ne peut pas s’inscrire aux examens scolaires et aux concours administratifs. Pour plusieurs raisons. Premièrement, il y a l’inconscience des pères de famille dans les zones rurales africaines qui pensent qu’il n’est pas toujours nécessaire d’enregistrer les enfants. Il y a l’éloignement des centres d’état civil. Il y a le coût parce que cela coûte cher de se déplacer et d’aller payer l’enregistrement de son enfant. Pour lutter contre cette immense injustice, le Sénégalais Amadou Moustapha Ndiaye et le Camerounais Abdoulaye Harissou viennent de créer le Fonds urgence identité Afrique, qui fait appel aux donateurs. (en français)

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription