Devoir de mémoire : le projet Oradour1944 est terminé et il présente des informations inédites

Le 8 juin 2020 par Frédéric Thébault

Lancé il y a tout juste un an à l’occasion de la commémoration des 75 ans du massacre d’Oradour-sur-Glane par les nazis le 10 juin 1944, le projet collaboratif de reconstitution des familles, avec toutes leurs généalogies, est maintenant terminé et accessible à chacun. Présentation.

Le projet Oradour1944, un travail unique et inédit

Le projet Oradour1944 aura mobilisé plus de 80 personnes durant toute une année, et l’on peut considérer aujourd’hui que l’arbre collaboratif de 30 000 personnes qui a été réalisé, ainsi que la reconstitution du parcours de vie de chaque habitant, victimes comme survivants, avec les endroits où ils se trouvaient ce jour fatidique du 10 juin 1944, sont terminés.

Rappelons ce qui s’est passé ce jour-là : le 10 juin 1944, les SS de la division Das Reich, remontant du sud de la France pour aller combattre en Normandie suite au récent débarquement, pénètrent dans Oradour-sur-Glane, petit village proche de Limoges, pour y mener de sanglantes représailles. Ils rassemblent toute la population après avoir sorti de force les habitants de chez eux ou de leur lieu de travail, faisant de même avec les enfants des écoles. Les hommes et les adolescents sont répartis dans plusieurs granges, les femmes et les enfants enfermés dans l’église. Ils sont mitraillés puis achevés un par un, puis les SS incendient les bâtiments avant de brûler, quelques heures plus tard, la totalité du village.

Ce travail colossal a donc mobilisé plus de 80 éditeurs. Ils sont partis de la liste officielle des victimes, qui comptait 642 noms, pour la mettre d’abord à jour (une 643e victime a été retrouvée !), avant de commencer le travail de reconstitution : photos, état civil, recensements, documents d’archives en tout genre ont été collectés et retranscrits.

C’est un travail INÉDIT qui a été réalisé pour la première fois depuis 76 ans, dans la mesure où jamais n’avait été publiée la composition complète de toutes ces familles (sur 5 générations en moyenne), qu’il s’agisse des victimes, des rescapés ou des absents, classés selon ces critères mais également répartis de la façon la plus précise possible dans chaque maison du bourg ou dans les hameaux adjacents.

Pour le visiteur des ruines du village, ce sera l’occasion, via son smartphone connecté sur Geneanet, de savoir instantanément qui habitait la maison dont il contemple la façade, puis de voir la photo de la personne, un texte le présentant et bien sûr la composition de toute sa famille, en se rendant sur l’arbre.

Le devoir de mémoire est une préoccupation importante parmi les généalogistes : il permet d’éviter l’oubli et il rend hommage à tous ceux dont le nom a marqué, souvent à leurs dépens, l’histoire de leur pays.

Nous souhaitons remercier pour leur implication Lise DUVERNEUIL, Lucile FOYART, Isabelle GROSGEORGE, Marie-Line LABERGERE, Brigitte PERRIGAULT, Dominique PERROT, Monique REGNIER, Ghislaine SHELLEY, Isabel VAL VIGA. Merci aussi à tous ceux qui ont répondu présent pour dépouiller les archives en ligne : Joëlle BEAUGET, Marie-Luce BLANCHARD, Bruno BOURRET, Hervé COSTILLE, Michelle FAURE, Valérie KOSKA, Marie Dominique NAVELET NOUALHIER, et tous ceux que nous ne pouvons nommer ici, qu’ils nous pardonnent !

Nous remercions également Romain LEGENDRE, sous-directeur des Archives Départementales de la Haute-Vienne, pour sa disponibilité, son écoute et toute l’aide qu’il a apportée à ce projet. Nous tenons également à honorer la mémoire de M. Albert VALADE, survivant du massacre et décédé fin 2019, ainsi qu’à remercier chaleureusement M. André DESOURTEAUX, ayant tous deux confiés des renseignements précieux à Mme DUVERNEUIL.

Le projet Oradour1944 a été intégré à notre rubrique “Grands moments de l’histoire”, accessible via le menu “Ressources” de Geneanet :

L’accès à ce service est bien évidemment libre et gratuit, n’hésitez pas à en parler autour de vous ! Nous restons à votre disposition pour tout complément que vous souhaiteriez apporter à cet arbre, qu’il s’agisse de compléter quelques branches ou de nous signaler un événement concernant un habitant, ce 10 juin, que nous ignorerions.


Le devoir de mémoire et les arbres collaboratifs

Ce travail a été rendu possible grâce à la possibilité, pour chaque propriétaire d’arbre en ligne, d’inviter des “éditeurs” qui peuvent saisir et compléter les données généalogiques, prendre des notes, ajouter des photos.

D’autres arbres collaboratifs ou thématiques existent sur Geneanet, mais nous ne les connaissons pas tous. Nous avons besoin de vous : si vous en connaissez ou si vous en avez déjà créé un et que vous souhaitez obtenir de l’aide, n’hésitez pas à nous les signaler via ce formulaire, nous en créerons une liste.

274 commentaires

Quel malheur,espérons que nous connaitrons plus jamais ces horreurs.J’avais11ans à l’époque.bravo pour ce beau travail .


fgallez1
30/06/2020

Nous sommes passés, l’an dernier…Quel travail de mémoire! A ne JAMAIS oublier!
toutes ces personnes tuées ,massacrées …au nom de quoi??
Merçi d’avoir si bien conserver, ce cauchemar, que tous devraient voir, et surtout, REFLECHIR !!!


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription