Avec Geneanet ADN, vous avez désormais la possibilité de connaître les patronymes et lieux que vous partagez avec vos cousins génétiques. Découvrez ces nouvelles fonctionnalités

Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 8 mai 2020 par Jean-Yves

L’actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd’hui en Chine, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Espagne, au Brésil et en Australie.

La Bibliothèque nationale de Chine rouvrira à partir du 12 mai avec un plafond quotidien de 1 200 visiteurs, parmi les mesures prises par la Chine pour rétablir un mode de fonctionnement économique et social normal après l’épidémie de coronavirus. Les visiteurs devront réserver via l’application du média social Wechat ou par téléphone, présenter leurs codes de réservation et leurs codes de santé personnels et faire contrôler leur température corporelle à l’entrée. Au cours de la visite, les visiteurs devront porter des masques et se tenir à une distance d’au moins un mètre des autres. (en français)

The Arolsen Archives, basées dans la ville allemande de Bad Arolsen, ont déclaré que des nouvelles collections ont été ajoutées à leur base de données en ligne, avec leur partenaire, Yad Vashem, le centre commémoratif de l’Holocauste en Israël, à Jérusalem. Les archives les plus complètes au monde sur les victimes et les survivants de la persécution nazie ont atteint un jalon en proposant 26 millions de documents, y compris de nouvelles informations sur les travailleurs forcés et les Juifs déportés. The Arolsen Archives ont une collection d’informations sur environ 17,5 millions de personnes et appartiennent à l’initiative Mémoire du monde de l’UNESCO. (en anglais)

En janvier, un incendie a ravagé un bâtiment historique au coeur du quartier chinois de Manhattan, menaçant d’engloutir des décennies d’artefacts documentant la vie des Chinois aux États-Unis. Le bâtiment, vieux de 130 ans, abritait les archives du Museum of Chinese in America (MOCA), la plus grande archive au monde de l’histoire sino-américaine. Quelque 85 000 articles, datant de la fin des années 1800 à nos jours, semblaient condamnés. Récemment, la ville a déclaré que l’on pouvait entrer dans une salle en toute sécurité. Le MOCA a lancé un appel à volontaires et, aux côtés de plusieurs dizaines d’employés de plusieurs agences et entrepreneurs, a passé deux jours à retirer environ 700 boîtes humides de la pièce, soit environ 20% de la collection. (en anglais)

La Bibliothèque nationale d’Espagne (BNE) permettra une utilisation commerciale gratuite de ses images numérisées dans le domaine public. De cette façon, n’importe qui peut télécharger, transformer et partager les images pour n’importe quel but, y compris commercial, gratuitement et sans avoir à demander d’autorisation. Cette mesure s’applique aux images d’œuvres du domaine public disponibles sur les portails de la Biblioteca Digital Hispánica et de la Hemeroteca Digital. (en espagnol)

Les Archives publiques d’Espírito Santo, au Brésil, mettent gratuitement à disposition sur leur site Internet 25 livres qui composent la Coleção Canaã (Collection Canaã), spécialisés dans les questions historiques aux thèmes variés, présentant des informations sur les personnalités historiques, les personnes qui composent la formation de l’État et les moments importants. On y trouve des ouvrages sur l’immigration européenne, en particulier “Imigrantes”, un ouvrage de 1 200 pages qui rassemble une grande base de données à partir d’informations provenant des Archives publiques d’Espírito Santo et des Archives nationales, y compris la liste nominale de plus de 54 000 étrangers arrivés à Espírito Santo entre le XIXe et le XXe siècle. (en portugais)

L’archéologue d’Adélaïde, Ian Moffat, est à la recherche des derniers lieux de repos de centaines de milliers d’Australiens potentiellement oubliés. Au cours des deux derniers siècles, les registres paroissiaux ont été perdus, des pierres tombales en bois brûlées et plusieurs personnes ont été enterrées dans des parcelles sans aucune documentation. Ian Moffat et son équipe pensent qu’il pourrait y avoir des centaines de milliers de tombes cachées dans les cimetières à travers l’Australie et ils utilisent une technologie moins coûteuse et invasive pour les trouver: le radar à pénétration de sol (GPR). (en anglais)

5 commentaires

Mon mari est portugais et ce n’est pas facile du tout de trouver ses a^ncêtre


bonjour , c’est sur les Antilles que je fais des recherches ( Guadeloupe , Martinique)


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription