Geneanet > Ressources > Blog > Geneanet > Quoi de neuf ?

Les tables de successions et absences de Martigues sont indexées sur Geneanet !

Le 11 sept. 2019 par Aliénor SAMUEL-HERVE
 

Les tables de successions et absences recensent, de manière alphabétique, les individus décédés ou déclarés absents, et permettent de retrouver les actes de succession. Celles du bureau de Martigues, dans les Bouches-du-Rhône, de 1866 à 1912, sont maintenant entièrement indexées sur Geneanet !

Ces tables alphabétiques sont dressées par l’administration de l’Enregistrement (créée en 1791), par bureau, établi au chef-lieu des cantons. Elles contiennent notamment des informations sur la personne décédée (nom, prénom, âge, profession, domicile, date du décès), sur ses héritiers, sur ses biens, et la date de déclaration et du paiement des droits d’enregistrement et de succession.

Les tables de successions et absences des Bouches-du-Rhône, numérisées par les archives départementales, sont en cours d’indexation sur Geneanet. Grâce à votre mobilisation, celles du bureau de Martigues sont les premières à être totalement indexées ! Merci à tous, et en particulier à Arlette Bargier-Garidel, pour ce formidable travail. Ce sont ainsi plus de 17000 individus qui sont maintenant trouvables en quelques clics via notre moteur de recherche.

Rechercher un individu dans les tables de successions et absences

L’indexation des tables des Bouches-du-Rhône se poursuit, puis ce sera au tour de celles des Hauts-de-Seine. Vous pouvez nous y aider ! Pour cela c’est très simple, rendez-vous dans le menu “Projets” puis “indexation collaborative”. Choisissez ensuite le temps que vous souhaitez consacrer à l’indexation et le fonds “tables de successions et absences”. Cliquez enfin sur “Démarrer le lot” et commencez l’indexation. Merci pour votre participation !

Pour aller plus loin

Vous trouverez dans notre boutique l’ouvrage Décès, disparitions et successions en généalogie (3e édition augmentée) de Marie-Odile Mergnac, publié chez Archives et Culture.

Naissance, mariage, décès : voilà la trilogie des actes essentiels en généalogie, les trois bases nécessaires à toute quête d’ascendance. Mais l’acte de décès, le plus difficile à dater et localiser, échappe souvent aux recherches. D’abord parce que la plage de temps à explorer peut être particulièrement vaste : un ancêtre peut mourir à vingt ans comme à cent. Ensuite parce que cela peut survenir n’importe où : au cours d’un voyage ou d’une guerre. Enfin parce que le décès peut n’avoir jamais été enregistré, et que c’est un acte judiciaire tardif qui remplacera l’acte d’état civil manquant. Un guide répertoriant les pistes de recherche possibles et donnant des conseils pratiques était donc indispensable.

Le généalogiste peut aussi prolonger sa quête à travers les archives liées aux successions anciennes. Elles lui permettent non seulement de repérer un décès mais aussi de reconstituer les fratries et de pister les parents et les cousins partis au loin. Ces fonds sont accessibles en partie sur Internet pour le XIXe siècle. Le reste est consultable aux archives départementales. Encore faut-il savoir explorer cette volumineuse masse documentaire. L’ouvrage explique pas à pas une démarche qui n’est pas encore entreprise de façon systématique, mais qui apporte tant d’informations généalogiques qu’elle est à conseiller.

Enfin, cette troisième édition indique comment transmettre une concession funéraire familiale ou la relever, car cela fait appel aussi à la généalogie. En clair, voici un titre qui doit faire partie de la bibliothèque de base de tout généalogiste !

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription