Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 30 sept. 2019 par Jean-Yves
 

L'actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd'hui au Canada, au Maroc, en Chine, en Belgique, au Cameroun et en Italie.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) annonce l’acquisition de huit documents d’archives de l’époque de la Nouvelle-France. “Gardienne des documents portant sur l’histoire du Québec, BAnQ possède la plus riche collection de documents administratifs, légaux et judiciaires touchant l’époque de la Nouvelle-France. Avec ses 1 600 000 pages, elle constitue l’ensemble le plus important en Amérique du Nord touchant le premier empire colonial français”, a indiqué Jean-Louis Roy, président-directeur général de BAnQ. À ces archives de grande valeur historique s’ajoutent les documents nouvellement acquis grâce à la contribution financière de la Fondation de BAnQ. (en français)

Le Ministère de l’Intérieur du Maroc vient de lancer un appel d’offres pour démarrer la numérisation de tous les actes d’état civil depuis 1915. Ce projet fait partie du chantier de dématérialisation de l’état civil relevant des bureaux des préfectures, provinces et préfectures d’arrondissements suivant : Rabat, Salé, Skhirate-Témara, Khémisset, Sidi Kacem, Sidi Slimane, Casablanca, Anfa, Al Fida-Mers Sultan, Ain Sebaâ-Hay Mohammadi, Hay Hassani, Ain Chock, Sidi Bernoussi, Ben M’sick, Moulay Rachid, Mohammedia, Nouaceur, Mediouna, Benslimane, Berrechid. L’ouverture des plis est prévue fin octobre. Le coût de la prestation est estimé à 70 MDH. Elle devra être achevée dans environ 1 an et demi. (en français)

La Chine dépenserait des millions de yuan en kits de prélèvement d’ADN, et testerait des instruments, des séquenceurs, ainsi que d’autres outils. Des enregistrements en ligne montrent que le groupe américain Thermo Fisher serait le principal fournisseur des instruments d’analyse ADN. Les autorités semblent se concentrer sur l’identification d’individus masculins pour ensuite établir des arbres généalogiques. À Hubei, un projet de base de données ADN prévoit de retracer la généalogie masculine sur 5 générations, mais aussi d’identifier les adoptions, et les enfants nés au-delà des limites officielles. Dans le rapport de Radio Free Asia, l’analyste chinois Willy Lam dit que la collecte d’ADN peut être liée aux plans pour généraliser le Huji, système d’état civil et d’enregistrement des familles. (en français)

Les archives, cela peut vite prendre de la place. Alors imaginez à l’échelle d’une administration communale. A Donceel (Belgique), il devenait difficile d’encore trouver un endroit où stocker les nouvelles archives. D’où l’idée d’évacuer les plus anciennes. Pas pour les jeter bien sûr, mais pour les conserver ailleurs. Dans tous les greniers de la maison communale, des archives. Dans les caves, des archives. Dans les petits coins inoccupés des bureaux, des archives. Certaines datent du XIXe siècle. Et pour s’en occuper, deux employées communales. Débordées. Ces archives, c’est aussi un poids considérable reposant sur de simples planchers. Celles antérieures à la fusion de 1977 vont donc être numérotées et évacuées aux Archives de l’Etat, à Namur. (en français)

Un disque dur contenant près de 10 000 dossiers numériques de la période coloniale allemande au Cameroun a été rétrocédé ce mardi au ministre des Arts et de la Culture, Ismaël Bidoung Kpwatt, par la Bundesarchiv allemande. Des photos, des lettres, des notes, des manuscrits principalement, mais aussi de très nombreux sons et films le tout est archivé sous des formes variées sont enregistrés dans ce disque dur. Le but étant, de permettre aux Camerounais, des chercheurs en particuliers de se situer dans les études qui sont les leurs, en relation avec cette période coloniale allemande au Cameroun. (en français)

Initié en 2013 par l’EPFL, le projet de numérisation des archives de Venise (Italie), la “Venice Time Machine”, est menacé dans son existence par la suspension du projet décidée par la nouvelle direction d’un des trois partenaires, les Archives d’État de Venise. Menée par l’EPFL et son partenaire l’Université Ca ‘Foscari de Venise sur la base d’un Memorandum of Understanding valable pour l’année 2014, la collaboration manquerait d’une base légale, selon la nouvelle direction des Archives qui n’exclut pas une poursuite de la collaboration sur de nouvelles bases. Moteur du projet du côté de l’EPFL, le professeur Frédéric Kaplan se dit très surpris par une décision prise unilatéralement alors que depuis cinq ans la collaboration avec les Archives d’État de Venise fonctionnait parfaitement, selon lui. Il insiste sur l’importance de l’accès public aux millions d’informations qui peuvent être extraites de ces archives. (en français)

14 commentaires Voir les commentaires précédents

Je voudrais connaitre mes Origines de RIZZUTO en Italie


Je suis intéressée par les archives numérisées en Italie et plus précisément dans le Latium
Existe t’il quelque chose sur cette région d’Italie. Merci d’avance


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription