Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 2 sept. 2019 par Jean-Yves
 

L'actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd'hui en Italie, au Ghana, en Israël, au Luxembourg, en Suisse et en Espagne.

À l’image du musée de Syracuse, Corrado Basile du nom de son cofondateur, le Musée Egizio de Turin dispose d’une collection impressionnante. Là où Syracuse propose une approche historique du papyrus et ses déclinaisons pratiques — habillement, transports, etc. — Turin conserve près de 700 manuscrits entiers et plus de 17 000 fragments. Depuis plusieurs mois, le Museo Egizio développe un site où les utilisateurs pourront découvrir l’histoire du papyrus à travers les âges, mais également les multiples archives de ses collections. La Turin Papyrus Online Platform est toujours en cours d’élaboration, du fait du travail de documentation et de référencement des textes conservés. L’idée de proposer des images traitées, en haute résolution, avec des métadonnées suffisantes pour faciliter les recherches est actuellement au coeur des travaux. (en français)

Une ghanéenne va numériser les documents architecturaux en danger d’Accra. Kuukuwa Manful a reçu une subvention à cet effet, du programme des archives en voie de disparition de la British Library pour un projet intitulé “Bâtir tôt Accra: préserver les permis de construire historiques au Ghana”. Le projet de Manful vise à numériser les archives architecturales et de planification extrêmement menacées et vulnérables à Accra, au Ghana mais aussi, à rendre les versions numériques du matériel accessibles à perpétuité pour les chercheurs actuels et futurs. Kuukuwa Manful va travailler sur ce projet à partir d’octobre 2019 pendant qu’elle va effectuer son travail de recherche pour son doctorat sur “L’architecture de l’éducation au Ghana”. (en français)

Facebook Israël et la Bibliothèque nationale d’Israël se sont associés dans un nouveau projet : ils vont mettre en ligne, sur le réseau social, plus d’un millier de photos d’écoliers israéliens prises entres les années 1950 et 1990, pour que les internautes puissent s’y identifier et raconter l’histoire derrière ces photos. La Collection des Photographies rares de la Bibliothèque nationale compte des millions de photos et on ne dispose que de peu d’informations au sujet de la plupart d’entre elles. Par exemple, les seuls détails disponibles sont le lieu et la date de la prise de vue : “Photographié à Tel Aviv, 1974”. Ce projet vise à diffuser les photos à grande échelle par le biais de Facebook, afin que ceux qui reconnaissent les personnes présentes dans les photos puissent raconter leur histoire et fournir des informations. (en français)

La Bibliothèque nationale de Luxembourg (BnL) a annoncé que son bâtiment historique, situé sur le Boulevard Roosevelt, fermera définitivement ses portes le soir du vendredi 6 septembre prochain, avant une ouverture dans un nouveau bâtiment au Kirchberg, le 1er octobre. Lancé en juin 2014, l’immense chantier de la BnL qui regroupe désormais en ses murs de 24.000 m2 les quatre adresses de l’ancienne Bibliothèque nationale, aura finalement duré cinq années et quatre mois. Plus d’1,8 million de documents ont en effet été transférés ces derniers mois d’un bâtiment à l’autre et pourront être feuilletés par les quelque 21.704 usagers inscrits à la BnL, le mardi 1er octobre, au Kirchberg. Le Luxembourg devra donc se passer de Bibliothèque nationale durant trois semaines en septembre. (en français)

Les archives de la Société des Nations sont en cours de numérisation et mises progressivement en ligne sur une bibliothèque numérique. 15 millions de pages. Soit près de trois kilomètres linéaires. Les archives de la Société des Nations (SDN) sont progressivement accessibles sur une bibliothèque numérique dédiée. A ce jour, environ un tiers de ce patrimoine documentaire est consultable en ligne. Lancé en 2017 grâce à un don d’une fondation privée genevoise, ce projet de numérisation est en cours de réalisation dans les locaux des Nations Unies à Genève. Confié à la société française Arkhênum, le chantier est réalisé en trois étapes : préparation des documents, numérisation, et indexation des documents. Les opérations de préparation et d’indexation sont effectuées par l’ONU. La numérisation à proprement parler est opérée par une équipe de six employés d’Arkhênum qui est également à la manoeuvre pour la mise en place de la bibliothèque numérique. (en français)

L’héritage oublié du photographe hongrois Kati Horna a été exhumé par un chercheur espagnol des archives du syndicat anarchiste de la Confédération Nationale du Travail (CNT) dans 48 boîtes en bois. La CNT récupéra les archives de Barcelone en avril 1939 et, après un long voyage avec arrêts à Paris et dans les villes britanniques de Harrogate et Oxford, elles arrivèrent en toute sécurité à l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam en 1947. Les boîtes contiennent plus de 500 négatifs de photos prises entre 1937 et 1938 par Horna, fille d’un banquier juif née à Budapest en 1912, venue en Espagne pendant la guerre civile espagnole pour offrir ses services aux anarchistes de la CNT et à la Fédération anarchiste ibérique (FAI) dans leur département de propagande étrangère. (en anglais)

6 commentaires Voir les commentaires précédents

Nicole LEGER
04/09/2019

Excellente nouvelle, car en effet dans le passé beaucoup d’espagnols ont fait souche en France, et en particulier en suivant Napoleon.



07/09/2019

Grâce à l’un des abonnes geneanet(encore merci) j’ai découvert, il y a peu, que le patronyme de l’un de mes aieux, arrière dg père du mien, était Corse; origine deqques siècles avant la république en ITALIE! Or,recherchant en PYRENEES( racines Paternelles), à trouver celle de son épouse:, que je cherche toujours,CASTILLE, Or cet AîEUL CORSE, met fin à un petit mystère, pour moi, qui débarquant de ma PROVINCE, à PARIS, en janvier 68, avait reçu, qques années plus tard, du Bristol, d’invitation, d’une assos, Corse qui s’apprêtait à célébrer le bi-centenaire de l’épopée NAPOLEON 1er! CROYANT à une erreur, j’avais appelé un numéro de phone, pour signaler, mais par la suite, j’ai continué à recevoir des infos, concernant un voyage en paquebot vers les USA. Un déménagement dans Paris, plus de suite… or voilà que la retraite qui me donne le temps de développer mes passions, me révèle, ce fait, plus ces derniers jours, que ce nom est celui, d’une Ancienne Famille CORSE !!! Merci GENEANET PREMIUM! MON PROF; d’ESPAGNOL, m’avait dit un jour ” les FRANçAIS descendent tous de ST LOUIS!” si l’on considère que sa maman, était une petite fille de ALIENORd’AQUITAINE,,, L’europe entière, même au-delà, ns pouvons dire que nous sommes tous par instant, frères ou sœurs, de CAÎEN et ABEL non??? (ps DOMENGOULOU, en pyrenées, quelle origine?


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription