Votre bloqueur de publicité peut gêner l'affichage du site.

Geneanet ne diffuse pas de publicité et le fait d'utiliser un bloqueur de publicité peut ralentir voire détériorer votre expérience sur le site. Nous vous conseillons d'ajouter Geneanet dans la liste des sites à ignorer (par exemple en cliquant sur "Ne rien bloquer sur les pages de ce site" dans le menu de votre bloqueur de publicité).

L’anonyme du jour : Brigitte Fontaine

Le 27 mai 2019 par Frédéric Thébault
 

Comment faire une recherche généalogique ? Découvrez notre méthodologie grâce à un cas pratique ! En partant d'une personne extirpée de la foule des anonymes, prise au hasard, nous allons essayer de montrer de quelle façon on peut chercher des informations sur elle et reconstituer son parcours de vie grâce aux ressources disponibles sur Geneanet... et ailleurs. Temps de la recherche : 1h00.

On ne peut pas dire que la chanteuse Brigitte Fontaine soit une anonyme (elle est même loin de passer inaperçue, diront les mauvaises langues !), nous ferons donc une entorse au principe de cette rubrique “l’anonyme du jour”, puisque nous avons choisi aujourd’hui de réaliser une généalogie pour Geneastar, en l’occurrence celle de cette artiste hors-normes, qui après un début de carrière aux côtés de Jacques Higelin, s’est affirmée comme une artiste importante de son époque.

Pour commencer cette recherche, nous cherchons sur le web une éventuelle mention de ses parents. On ne trouve rien, hormis une mention sur Wikipédia :
“Fille d’instituteurs, Brigitte Fontaine développe très tôt son goût pour l’écriture et la comédie. Son enfance, qu’elle déclare globalement heureuse, se déroule à Plouyé, petite commune du Finistère, puis à Morlaix”. 

Munis de ces informations, nous allons essayer de retrouver ses parents, sans doute nés entre 1890 et 1920 et avec un peu de chances leurs actes de naissances seront en ligne, ce qui nous permettra ensuite de retracer leur ascendance facilement. Toutes nos recherches se font avec des informations disponibles sur Internet et ouvertes à tous, rien de confidentiel n’est dévoilé.

On sait donc que l’excentrique chanteuse est née en 1939, qu’elle a grandi à Plouyé et que ses deux parents sont instituteurs, c’est donc à Plouyé dans les années 30 / 40 que nous allons limiter nos recherches. Brigitte Fontaine n’étant présente sur aucun arbre généalogique de Geneanet,  on se tourne vers la Bibliothèque (accès Premium), en faisant une recherche sur le nom “Fontaine” et le mot-clé “Plouyé”, en espérant trouver une mention dans la presse qui puisse nous aider.

Parmi les cinq résultats obtenus, le premier le troisième et le quatrième nous intéressent, puisqu’on voit que monsieur Fontaine et madame Fontaine, sans précisions, sont tous deux nommés de Plougoulm à Plouyé, elle étant nommé “dir.”, probablement “directrice”. On ne sait pas de quelle direction il s’agit, mais il y a de fortes chances que ce soit celle d’une école !

Commençons par le journal “Le Finistère”. En deuxième page, nous voyons un article intitulé “Gazette bretonne” qui confirme notre intuition : il s’agit bien de nominations d’instituteurs, c’est écrit en guise de sous-titre, sans ambigüité possible !

En parcourant les noms des personnes nous trouvons rapidement les parents de Brigitte Fontaine : M. et Mme Fontaine, instituteurs, on tous deux été mutés de Plougoulm à Plouyé.

Nous bénéficions donc d’une information supplémentaire : les parents Fontaine étaient instituteurs à Plougoulm avant de l’être à Plouyé. C’est bien, mais cela n’arrange pas franchement nos affaires, car nous n’avons toujours pas leurs prénoms, et l’état civil en ligne sur le site des archives départementales du Finistère n’est pas publié pour cette époque. Restent heureusement les recensements, et en particulier celui de 1936, comme l’indique la carte que nous publions dans le menu “Ressources > Bien débuter > Les archives départementales en ligne“.

Rendons-nous sur le site des AD 29 et choisissons ce recensement pour Plouyé.

La recherche s’avère hélas infructueuse à Plouyé : pas d’instituteurs nommés Fontaine. Et s’ils avaient étaient recensés à Plougoulm ? Nous relançons notre recherche… et elle s’avère payante ! Nous trouvons bien la mention d’une seule et même habitation (sans doute une école) dans laquelle vivent trois instituteurs, dont un couple : Louis Fontaine et Yvette Fontaine !

Louis Fontaine est né à “La Chapelle Thebault” en Ille-et-Vilaine en 1907, et sa femme Yvette à Plougouven ou Plougonven, dans le même département, en 1912. Ils ont déjà une fille, Nicole, née en 1934 à Saint Etienne de Cogles.

Petit problème, “La Chapelle Thébault” n’existe pas, que ce soit comme commune ou comme lieu-dit. Une recherche attentive sur les noms de toutes les communes de l’Ille-et-Vilaine nous laisse penser qu’il y a eu confusion avec “La Chapelle Thouarault”, le nom “Thébault” étant très répandu dans ce département (et votre serviteur sait de quoi il parle).

Nous nous rendons donc sur le site des AD 35 qui propose par chance les naissances de 1907 : notre Louis Fontaine est bien là, à La Chapelle Thouarault :

La mention marginale de son mariage avec Yvette Cadiou nous confirme d’une part que c’est la bonne commune, et d’autre part nous donne le nom de jeune fille d’Yvette, Cadiou. Le couple s’est marié en 1933 à Gahard, ce que nous ne pouvons pas vérifier… ou presque : en relançant une recherche dans la Bibliothèque Généalogique avec le nom Fontaine et la commune Gahard, nous découvrons un article de l’Ouest-Eclair du 21 juin 1933 qui évoque le déjeuner-promenade annuel offert par la Société d’Instruction Populaire, article qui indique la présence de Mlle Cadiou et M. Fontaine, instituteurs à Gahard : tout s’emboîte !

L’acte de naissance de Louis Fontaine nous donne également sa date de décès, à Paris en 1974, et le nom de ses parents, nés au XIXe siècle et pour lesquels nous pourrons sans problème reconstituer la généalogie.

Concernant la branche maternelle, c’est-à-dire celle d’Yvette Cadiou, cela sera plus difficile, car il n’y a pas d’archives en ligne pour 1912 à Plougonven (Plougouven n’existe pas, on s’aperçoit par ailleurs que la commune est dans le Finistère alors que le recensement nous laisser penser qu’elle pouvait être en Ille-et-Vilaine, une preuve de plus qu’il faut toujours rester prudent avec ce que l’on peut lire, nos ancêtres faisaient autant d’erreurs que nous…).

Heureusement, une simple recherche avancée par couple sur Geneanet (option Premium) nous donne l’union entre Louis Fontaine et Yvette Cadiou, que nous aurions d’ailleurs pu chercher avant de consulter l’état civil des AD 35 pour Louis : Yvette est la fille de Yves et de Francine Le Bihan.

Ces informations figurent sur l’arbre de Michel Beaugendre (michbeau35) qui a dépouillé comme il l’indique lui-même sur sa page-contact “les R.P., E.C. et les actes de la juridiction du Prieuré de Gahard ainsi que les R.P. des communes voisines, les protestants d’Ille et Vilaine et de Mayenne” : un grand merci a lui pour la publication de son travail qui nous aura été très utile !

L’ascendance des deux couples de grands-parents de Brigitte Fontaine sera ensuite facilement réalisable, s’agissant d’une recherche généalogique classique sur Geneanet ou à partir des archives en lignes.

Pour terminer sur une note d’humour, ajoutons que Brigitte Fontaine descend des Mongols qui ont envahi la Bretagne… mais c’est elle qui le dit :

Vous pourrez retrouver très prochainement sa généalogie sur Geneastar.

47 commentaires Voir les commentaires précédents

Claire POILLET
07/06/2019

Je constate depuis peu que par le biais de la bibliothèque de Geneanet ou de la presse numérisée dans Gallica ou aux Archives Départementales ou Municipales, nous arrivons à obtenir plus facilement des résultats.
En effet, la presse numérisée dans l’ANOM -Algérie j’ai retrouvé ainsi le décès d’un cousin alors que je le croyais rapatrié en France
Merci de nous rappeler ces quelques moyens de recherches.
Ayant des parents militaires de carrière de père en fils ma recherche passe aussi par leur fiche matricule qui me permet de retracer leur parcours (domiciliation) j’ai retrouvé ainsi 2 grands oncles..


J’aurais aimé être cité comme source , car j’ai passé pas mal de temps sur sa généalogie

Réponse de Geneanet : les noms de toutes les personnes dont les branches d’arbres sont tirées sont indiquées sur la page Geneastar de Brigitte Fontaine, mais a priori vous n’en faites pas partie, aucune donnée n’a été extraite de votre arbre… ?


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription