Votre bloqueur de publicité peut gêner l'affichage du site.

Geneanet ne diffuse pas de publicité et le fait d'utiliser un bloqueur de publicité peut ralentir voire détériorer votre expérience sur le site. Nous vous conseillons d'ajouter Geneanet dans la liste des sites à ignorer (par exemple en cliquant sur "Ne rien bloquer sur les pages de ce site" dans le menu de votre bloqueur de publicité).

Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 15 avr. 2019 par Jean-Yves
 

L'actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd'hui en Allemagne, au Sénégal, à l'Île Maurice, au Danemark, au Cameroun, aux Etats-Unis, au Maroc et en Angleterre.

Le 11 avril 2019, 600 ouvrages ont été rendus à la Bibliothèque universitaire et régionale de Bonn en Allemagne, plus de 70 ans après leur disparition pendant la Seconde Guerre mondiale. La collection comprend de précieux manuscrits médiévaux, des estampes du début du XVe siècle, de rares cartes historiques ainsi qu’un grand nombre de livres sur les oiseaux du naturaliste allemand Maximilian zu Wied. Michael Herkenhoff, conservateur des manuscrits et des livres anciens à la Bibliothèque de Bonn (ULB), a décrit le retour de ces oeuvres comme “une énorme surprise”. Il s’agit en effet de la plus grande restitution de livres perdus pour la Bibliothèque allemande. Parmi les 600 ouvrages, 150 jugés comme “les plus précieux” de la restitution ont été découverts lors de leur mise en vente à Londres par Sotheby’s, la plus ancienne maison de ventes aux enchères du monde. Ces livres appartenaient à Tania Grégoire, une femme belge, qui avait hérité des ouvrages de son père, ancien soldat pendant l’occupation qui avait été affecté à Bonn. (en français)

Le directeur d’Amnesty Sénégal, Seydi Gassama, a souligné l’importance pour les pouvoirs publics de rendre davantage fiable l’état civil de certaines localités afin d’éviter d’éventuels trafics pouvant porter préjudice à des enfants. “L’Etat doit mettre les moyens pour permettre de le rendre davantage fiable”, a-t-il indiqué à la clôture d’une formation d’élus locaux à la maîtrise de l’état civil. “Dans certaines communes du Sénégal en milieu rural, l’état civil est très mal organisé. Les centres sont éloignés des villages, alors que très souvent, l’Officier d’état civil est un bénévole”, a soutenu Seydi Gassama. “On ne peut pas comprendre qu’au Sénégal, au 21 e siècle, l’état civil ne soit pas encore fiable alors que c’est une condition importante à l’exercice des droits de la citoyenneté”, a-t-il fait remarquer. (en français)

Des journaux jaunis et parfois en lambeaux. Rendus illisibles à cause de l’usure du temps. La mémoire de l’actualité mauricienne par-delà les siècles qui s’effrite entre les rayons de la Bibliothèque nationale de l’Île Maurice. C’est une longue attente qui prend fin. Un Memorandum of Understanding sera signé entre la BN et l’université des Mascareignes pour la numérisation des journaux qui remontent au XVIIIe siècle. Pour mémoire, le premier journal local, Annonces, Affiches et Avis divers pour les colonies des Iles de France et de Bourbon, a été publié en janvier 1773. Une publication fondée et éditée par Nicholas Lambert, d’où le prix décerné aux journalistes qui porte son nom. Il était directeur de l’Imprimerie Royale. Les numéros du Cernéen sont aussi concernés. Ce journal fondé en 1832 par Adrien d’Epinay a paru pendant 150 ans, avant de disparaître en 1982. (en français)

Le Libro de los Epítomes est une vraie pépite. C’est un énorme volume contenant des milliers de résumés de livres d’il y a 500 ans, dont une grande majorité a disparu avec le temps. Fait surprenant, en plus d’être aujourd’hui considéré comme le plus grand catalogue du monde, il aurait également appartenu à Fernand Colomb, le fils illégitime de Christophe Colomb et de sa maîtresse Beatriz Enriquez de Arana. Le fils illégitime de Christophe Colomb a consacré sa vie à la création de la plus grande bibliothèque du monde connu au début du XVIe siècle, à Séville. Elle est aujourd’hui désignée sous le nom de Biblioteca Colombina. Au total, elle a pu réunir 15 000 volumes, mais seulement un quart des livres de la collection a pu être conservé. On les pensait perdus à jamais. Cependant, le passé a resurgi grâce au manuscrit du Libro de los Epítomes, qui a été retrouvé à l’Université de Copenhague, dans la collection ayant appartenu à Árni Magnússon, un érudit islandais né en 1663. C’est Guy Lazure, de l’Université de Windsor, au Canada, qui a été le premier à émettre un possible lien avec la famille Colomb. L’institut danois Arnamagnaean, chargé de conserver le manuscrit de Fernand Colomb, a décidé de contacter le spécialiste Mark McDonald au Metropolitan Museum of Art de New York, qui a lui-même décidé de faire appel au Dr Edward Wilson-Lee et à son coauteur, José María Pérez Fernández. Ce fut alors la bonne surprise : le manuscrit est bel et bien celui de Fernand Colomb. (en français)

Au Cameroun, l’enquête du Bureau régional de l’état civil de l’Ouest a duré deux années. Les résultats de ladite enquête révèlent que le Bunec de cette région a comptabilisé 56 000 personnes sans acte de naissance. Ces personnes vivent dans six arrondissements de cette région. Pour avoir ce résultat le Bunec Ouest s’est rapproché des formations sanitaires, des Tribunaux et des centres d’Etat civil. L’enquête du Bunec révèle que les départements du Noun et de Bamboutos sont les plus touchés par le phénomène avec respectivement 36 388 personnes sans actes de naissance et plus de 14 000 personnes. Entre autres raisons pouvant justifier cet état de chose, on évoque l’ignorance, le désintérêt des parents. A Bamboutos il est dit que les parents accordent plus d’importance aux travaux champêtres. Pour eux, l’enfant est une main d’oeuvre sûre qui va apporter une aide sûre dans la réalisation desdits travaux champêtres. Sur cette base, établir un acte de naissance à un enfant n’est nullement nécessaire. (en français)

A l’occasion du Nouvel An perse, aussi connu sous le nom de Norouz, la Bibliothèque du Congrès a numérisé une collection de rares manuscrits perses dont 150 sont d’ores et déjà disponibles. Les ouvrages mettent en lumière des sujets scientifiques, religieux, philosophiques et littéraires, et reflètent la diversité des traditions religieuses au sein de la civilisation persane. “Ces rares manuscrits en langue persane reflètent clairement la diversité et la nature cosmopolite de la collection”, a déclaré Hirad Dinavari, spécialiste de la division Afrique et Moyen-Orient de la bibliothèque. “En effet, de nombreux articles proviennent d’Inde, d’Asie centrale, du Caucase et de régions sous domination ottomane, en plus des terres où l’on parlait le perse, comme en Iran, en Afghanistan et au Tadjikistan.” Les manuscrits, dont les plus anciens remontent au XIIIe siècle, présentent notamment des recueils de poésie classique ou de poètes moins connus, écrits dans des styles calligraphiques raffinés et illustrés. (en français)

La Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BNRM) a inauguré une centrale solaire photovoltaïque. Elle lui permettra de couvrir jusqu’à 40% de ses besoins en énergie et ainsi concrétiser son engagement en faveur de la transition énergétique. Le projet est le fruit d’un partenariat entre la BNRM et la Fondation BMCE-Bank pour l’éducation et l’environnement. Il a été intégralement financé par la Fondation, pour un montant de plus de 2,6 MDH qui comprend la fourniture de 600 panneaux solaires de puissance unitaire de 320 Wc couvrant une surface de 2 400 m2, l’installation d’onduleurs solaires, d’un tableau solaire et d’une boite de jonction DC, ainsi que la mise en place d’un système de monitoring à distance. (en français)

En Angleterre, une des plus anciennes annonces publicitaires conservées remonte au XVe siècle, et plus précisément en 1476, époque où l’imprimeur britannique William Caxton ne confectionnait pas seulement des livres, mais également de petites cartes pour vendre ses ouvrages. L’une d’entre elles faisait l’éloge d’un manuel pour les prêtres, titré Ordinale ad usum Sarum. Ce petit morceau de papier de 80×146 mm, dont seulement deux exemplaires ont survécu, est considéré comme “la plus ancienne publicité imprimée en langue anglaise”, affirme Erik Kwakkel, universitaire néerlandais et spécialiste des manuscrits médiévaux. William Caxton y fait l’éloge du livre qui vient de publier, Ordinale ad usum Sarum. “Vous pouvez trouver un exemplaire au Reed Pale [le nom de son magasin] situé à Westminster”, indique l’annonce. Le livre est “bon et pas cher” signale ensuite la petite carte, pour inciter les acheteurs potentiels. (en français)

2 commentaires

Loris FACHIN
20/04/2019

Bravo pour les pays participant. Mais navrant de ne pas voir plus souvent l’Italie compte tenu de tous les émigrants italiens de par le monde et surtout en France !! Forza Italia !


Willy DELCOURT
20/04/2019

très bonne info pour les personnes intéressées


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription