12 février 1919 : les pensions des veuves de guerre

Le 12 févr. 2019 par Frédéric Thébault
 

Ce jour-là, le Petit Journal annonce qu'aucune pension de veuve de guerre ne sera inférieure à 800 francs. On délibère sur les conditions du renouvellement de l'Armistice. Ebert est élu président de l'Etat allemand. Les Indésirables s'en vont ! Bientôt plus de taxes annonce M. Boret à la Chambre. Les revendications de la Belgique. Vers la liberté : "politique progressive". Des officiers boches boivent au retour de l'ex-kaiser et à la reprise de l'Alsace-Lorraine. Les maires mis en sursis. Caricature de Radiguet : "un liquide"...


 

Retrouvez l’actualité de siècle précédent, jour pour jour, avec 100 ans de décalage, grâce aux Unes de l’un des plus grands quotidiens de l’époque, le Petit Journal ! 

Les journaux complets sont consultables sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica.
L’actualité de la Grande Guerre et de l’année 1913 reste disponible via cette rubrique.

5 commentaires Voir les commentaires précédents

Comment savoir si une veuve de guerre a bénéficié de la pension ?
merci d’avance
JP Granet


Remy BELAIR
21/02/2019

Bonjour,
Ma grand-mère paternelle, veuve de guerre en mai 1918, a perdu sa pension de veuve lors de son remariage en décembre 1919. Elle a retrouvé sa pension de veuve de guerre lorsqu’elle est redevenue veuve une 2° fois en 1926. Elle a gardé cette pension jusqu’à son décès en 1976. Ce n’était pas une grosse pension, certes, mais pour une petite cultivatrice avec 6 enfants à élever, c’était un revenu d’appoint garanti fort appréciable.
Je ne connais ni le montant ni les conditions d’octroi.
A partir d’août 1914, des femmes se sont retrouvées enceintes sans d’avoir avoir eu le temps de se marier avant la mobilisation et… le décès de leurs hommes. Elles ont eu du mal à se faire reconnaitre comme veuves sans être passer avant devant Mr le maire. Voilà pourquoi des mariages ont ensuite été organisé à distance (le mari sur le front// la future chez elle) par procuration par l’armée. Au cas..oû. Cette précaution administrative pouvait éviter à la femme de devenir une simple fille-mère sans pension.
Rémy BELAIR


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription