Votre bloqueur de publicité peut gêner l'affichage du site.

Geneanet ne diffuse pas de publicité et le fait d'utiliser un bloqueur de publicité peut ralentir voire détériorer votre expérience sur le site. Nous vous conseillons d'ajouter Geneanet dans la liste des sites à ignorer (par exemple en cliquant sur "Ne rien bloquer sur les pages de ce site" dans le menu de votre bloqueur de publicité).

Archives départementales de l’Essonne : interview du directeur, Pierre Quernez

Le 27 août 2018 par Frédéric Thébault
 

La consultation des sites d'archives départementales est devenue aujourd'hui incontournable pour tous les généalogistes. Derrière cette source d'informations cruciale pour nos recherches se cache une équipe qui oeuvre au quotidien pour la sauvegarde du patrimoine archivistique, et pas seulement pour les généalogistes ! Nous sommes heureux d'ouvrir une nouvelle rubrique dans notre blog, qui vous présentera régulièrement des interviews des directeurs des archives départementales.

Interview de Pierre QUERNEZ, directeur des Archives Départementales de l’Essonne

Pouvez-vous présenter votre parcours professionnel ?

Un parcours des plus classiques, puisque de façon continue (ou presque) depuis bientôt 23 ans conservateur dans les Archives départementales comme directeur adjoint ou comme directeur ; dans l’ordre : le Territoire de Belfort, l’Hérault, le Rhône, les Deux-Sèvres et l’Essonne (depuis 2015)

Pouvez-vous nous présenter le bâtiment qui abrite les archives ?

Une grande originalité, pour plusieurs raisons d’ailleurs : service situé à 30 km du chef-lieu de département (Evry) mais heureusement accessible par le RER (ligne C, direction St-Martin-d’Etampes, station à 150 m des AD) et placé dans les communs d’un château XVIIe réaménagés pour cela entre 1997 et 1999, avec les magasins enterrés (8 niveaux de sous-sols) ; des contraintes donc, mais aussi une situation qui peut faire des jaloux ?…

Avez-vous quelques chiffres à nous fournir ?

18 km de documents conservés, 19 agents (dont 1 positionné exclusivement sur les Objets mobiliers), 550 chercheurs inscrits en 2017, 6000 unités documentaires consultées en salle de lecture, des nouveaux fonds numérisés chaque année et mis en ligne, sur les PC de la salle de lecture dans un premier temps.

Quelles sont les spécificités historiques/archivistiques de votre département ?

Aucune finalement, malgré le jeune âge de l’Essonne : 50 ans cette année ! une partie rurale et une partie urbaine, comme la plupart des autres départements français, avec 2 villes anciennes importantes dans l’histoire (Etampes et Corbeil), d’où une histoire et donc des fonds variés – à signaler quand même : une histoire industrielle et ouvrière forte, que l’on retrouve dans les archives (villes comme Corbeil mais aussi bourgs industriels, voire industrieux moins connus comme Méréville ou Pussay, dans le sud ?)

Quel est le fond le plus exceptionnel/original dont vous souhaiteriez nous parler ?

Il y en a plusieurs ; pour faire un choix : celui des Bénédictines de Yerres, parce qu’il est très riche, de documents anciens et parfois prestigieux (couvent qui “jouait” de la protection que pouvait alternativement lui accorder le roi de France ou le Pape, dans lequel figure le document le plus ancien conservé aux AD de l’Essonne (dont d’une terre par le roi Louis VI, 1132). Une autre belle découverte faite il y 2 ou 3 ans : une lettre de cachet signée par Sartine, qui était restée dans une liasse de la série B

Possédez-vous un fond que vous souhaiteriez conseiller aux généalogistes ?

Rien de particulier à proposer si ce n’est une grande richesse dans les fonds judiciaires d’Ancien Régime (série B) et les archives notariales (sous-série 2E), ce qui donne déjà de belles perspectives de recherches

Pouvez-vous évoquer vos projets futurs ?

Continuer à numériser et à proposer de nouvelles sources au public, consultables au moins sous cette forme ; pour le côté métier : acquérir et installer un système d’archivage électronique qui puisse accueillir la production récente des administrations et collectivités qui doit être conservée

Quelles actions de communication menez-vous auprès du grand public ?

Une exposition par an au moins (une grande, de plusieurs mois, ou deux plus “légères”), des conférences, des visites, un colloque annuel (sur une journée ou deux, selon les sujets et les possibilités) ; cette année notre exposition majeure est : “Foujita, ou l’art d’illustrer”, qui est visible jusqu’à la fin de l’année 2018 (du lundi au vendredi et le dimanche après-midi de 14 h à 18 h jusqu’à la Toussaint)… pour faire le lien avec les autres manifestations prévues pour commémorer le 50e anniversaire de la mort du peintre à Villiers-le-Bâcle, aujourd’hui en Essonne. Nous souhaitons rénover un peu le système des cours de paléographie proposés (à suivre, tout début 2019 ?).

Pour finir, y a t-il un sujet que vous souhaiteriez évoquer, susceptible d’intéresser le public des généalogistes ?

Venez découvrir “nos” archives, le lieu magique où elles sont conservées, et peut-être nous aider à les faire connaître (séries B et E)… et venez nombreux aux journées d’études sur le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale de l’automne (12 et 13 octobre 2018, à Etréchy – plus d’informations à venir, sur demande).

  • Page Facebook : en projet (fin d’année ou l’année prochaine ?), au moins pour le patrimoine mobilier dans un premier temps.

18 commentaires Voir les commentaires précédents

A améliorer : En ligne, on ne peut pas choisir (ou alors je n’ai pas trouvé comment faire) la période souhattée, les registres d’actes d’état civil sont donnés dans le désordre, pour Corbeil-essonnes par exemple, ça commence en 1863 puis à la 6ème page on trouve l’anXI pour revenir plus loin en 1860 à la 12ème page, c’est perte de temps dans les recherches.


Il y a quelques années, j’y suis allée avec le Cercle de la R.A.T.P. Cela m’a été profitable pour les recherches dans cette région, ou j’ai des ancêtres.
Mais aujourd’hui, je ne peux plus me déranger, avec mes 86 ans, titubant avec mes jambes très fatiguées. Je vais sur INTERNET heureusement. Donc pour y aller c’est fini.


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription