Geneanet > Ressources > Blog > Geneanet > Quoi de neuf ?

Une balade en Bretagne Hier et Aujourd’hui

Le 23 juil. 2018 par Aliénor SAMUEL-HERVE
 

Cet été, nous vous emmenons en balade sur les littoraux français, à la découverte de vos lieux de vacances et de leur histoire. Une plongée dans le temps possible grâce aux plus de 270 000 cartes postales anciennes déposées sur Geneanet. Après une première étape sur la Côte d’Albâtre, poursuivons notre voyage vers la Bretagne. En route !

Nous nous rendons d’abord à Saint-Servan, ancienne commune d’Ille-et-Vilaine rattachée à Saint-Malo le 29 octobre 1967, comme sa voisine Paramé.

On désigne aujourd’hui la partie de la Bretagne située entre Cancale et le cap Fréhel, dont fait partie Saint-Malo, la Côte d’Émeraude, un terme inventé en 1890 par Eugène Herpin (1860-1942), avocat et historien local, en raison de la couleur parfois vert émeraude de la mer à cet endroit-là. Une pause sur la plage des Bas-Sablons vous permettra d’observer l’horizon et de faire quelques belles photos.

Poursuivons notre voyage vers la pointe de la Bretagne et arrêtons-nous à Brest, 2e port militaire de France, dont le centre-ville fut presque entièrement détruit durant la Seconde Guerre mondiale.

La rue de Siam, artère principale du centre-ville reconstruit, doit son nom actuel au débarquement, le 18 juin 1686, de trois ambassadeurs de Narai, roi de Siam (aujourd’hui la Thaïlande). Autrefois nommée rue Saint-Pierre, elle fut tracée par Vauban et était déjà l’une des artères principales de Brest avec la Grande-Rue, devenue rue Louis Pasteur en 1907. Les cartes postales anciennes conservent le souvenir de cette ville aujourd’hui bien différente.

Notre prochaine étape se trouve plus au sud : il s’agit de la Ville Close de Concarneau. Ses fortifications, devenues inutiles, manquèrent d’être détruites à la fin du XIXe siècle, mais furent finalement sauvées (heureusement !) et classées monument historique en 1899.

Le beffroi, construit de 1904 à 1906 sur les fortifications, sous le mandat du maire Samuel Billette, est l’un des symboles de la ville. On peut notamment y voir un cadran solaire (ici le carré blanc sur le rempart de droite).

Notre voyage en terre bretonne s’achève à Vannes, dans le Morbihan. La cité des Vénètes, du nom du peuple de Gaule celtique dont elle était la capitale, compte encore de nombreuses maisons à colombages dans son centre historique. On y trouve également l’hôtel Lagorce, plus connu sous le nom de château de l’Hermine.

A la fin du XVIIIe siècle, Julien Lagorce, un maître traiteur vannetais, fait construire un hôtel particulier sur les ruines du château de l’Hermine, ancienne forteresse où les ducs de Bretagne résidèrent entre le XIVe et le XVIe siècle. Plusieurs fois revendu, il accueille un temps l’Etat Major de l’école d’artillerie (fin du XIXe siècle), l’administration du Trésor public (années 1960), puis l’Institut culturel de Bretagne (années 2000).

C’est ici que nous nous arrêtons, non sans penser aux nombreuses richesses que la région ne cesse de nous offrir. Pour prolonger le voyage, où que vous vous trouviez, n’hésitez pas à télécharger gratuitement l’application Hier et Aujourd’hui. En plus de pouvoir consulter plusieurs dizaines de milliers de cartes postales anciennes, vous pourrez prendre en photos les vues actuelles et les superposer aux vues anciennes ; le moyen idéal d’appréhender le présent à la lumière du passé…

Partez à la recherche des cartes postales de vos lieux préférés !



Liens recommandés sur le thème :

11 commentaires Voir les commentaires précédents

Michel BAENE
03/08/2018

Merci pour ces belles cartes postales bretonnes.
auriez des documents cartes postales sur DINAN avec ses remparts ?

Réponse de Geneanet : Des cartes de Dinan : https://www.geneanet.org/cartes-postales/search/?size=20&go=1&motcle=dinan


Auriez-vous des cartes postales de cleder et de plougoulm ?


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription