Geneanet > Ressources > Blog > Micro-histoire > GeneaStar

Julien Clerc, d’où viens-tu ?

Le 19 mars 2018 par Frédéric Thébault
 

Julien Clerc fête ses 50 ans de chanson, voilà une belle occasion de nous intéresser aux ancêtres de ce chanteur très aimé des francophones, qui roule sa bosse en toute discrétion depuis un demi-siècle et dont les chansons accompagnent petits et grands au quotidien.

Origines paternelles

Julien Clerc… est un pseudonyme. Le chanteur est né Paul Alain Auguste Leclerc en 1947 à Paris. Son père, Paul était agrégé de lettres et haut fonctionnaire à l’UNESCO, il était également le maire du village des Trois-Moutiers, dans la Vienne, commune de 1000 habitants, toute proche de Loudun où la famille est présente depuis 150 ans. C’est en effet là qu’est née en 1846 l’arrière-grand-mère paternelle de Julien Clerc, Marie Madeleine TOINEAU, qui y épouse à 19 ans un jeune homme originaire des Ardennes, plus précisément de Sedan, Antoine LECLERC, employé au chemin de fer, dont la profession l’avait probablement mené là.

Saint-Mathurin-sur-Loire

Les origines des LECLERC sont hélas difficiles à retracer par Internet, les archives de Sedan n’étant pas disponibles avant la Révolution, à l’exception de tables annuelles de mariages et de baptêmes. On trouve donc le plus lointain ancêtre direct, Jean Maxime, né en 1764 dans la ville. Il était carrier de profession, comme le sera son fils.
Côté paternel, le couple Auguste TOINEAU / Marie Madeleine SAUTEREAU (arrière-arrières-grands-parents de Julien Clerc) s’est sans doute rencontré en région parisienne, où les jeunes gens se marient en 1842. Lui est originaire du Maine-et-Loire (Blou, à quelques kilomètres au nord de Saumur), elle de l’Yonne (Crain, entre Auxerre et Clamecy), les origines du chanteur sont donc à chercher dans ces deux régions.
Pour les premières, on trouve entre Angers et Saumur (notamment à Saint-Mathurin-sur-Loire et Les-Rosiers-sur-Loire) des LADUBAY ou LADUBE, ME(S)FRAY, GEORGET, LEMOINE, RONFLEUX, DAVY, RAZIN, GAUTIER, PIAU, HAMONET, VALET, pour les secondes, c’est dans le triangle Auxerre / Clamecy / Vézelay que l’on trouve des familles de SAUTEREAU, GIRARD, SEILLIER, BUREAU, LEBROU, CHALLAUT, SONIER, CHEVILLART… 
Dans les deux cas, les professions sont rarement mentionnées, excepté quelques laboureurs, signe d’un niveau plus élevé que le simple manouvrier.

Il est intéressant de constater qu’après s’être rencontrés à Paris, le couple TOINEAU/SAUTEREAU est reparti vers la région d’origine du mari, aux Trois Moutiers près de Saumur.

La grand-mère paternelle de Julien Clerc, Berthe Pauline DUBOIS, est quant à elle originaire de Champigny-le-Sec, à 50 km au sud des Trois Moutiers et 25 km au nord de Poitiers, non loin donc de la région d’origine de son époux donc. Pendant un siècle, tous ses ancêtres naissent, se marient et meurent à Champigny, avant qu’on en trouve venant de communes proches comme Vouillé, Amberre ou Chiré-en-Montreuil. Parmi les professions rencontrées, des laboureurs, des vignerons ou des tisserands et loin dans le temps un “sieur de la Vergnaye” notaire royal vers 1640 (François DUTERTRE) ou un archer de la maréchaussée de Loudun, protestant, en 1625 (Pierre LE MOYNE). Parmi les familles rencontrées, citons les NOUREAU, AURIAU, MORIN, HERBOIREAU, CHILLEAU, CATHU, DOUSSAINT, FOURNIER, LEVESQUE, PICHARD, CINQSOLS, MORIN, DADILLON, MARCIREAU, etc.

Julien Clerc ne s’en doutait sûrement pas lorsqu’il était l’invité de Jean-Pierre Foucault, mais les deux hommes sont cousins via le couple Jacques THIOLLET, marchand meunier à Comméré, et Andrée AUBERT, mariés avant 1666 sans doute à Vouillé.

 

Origines maternelles

Capesterre-Belle-Eau

Par sa grand-mère maternelle, Julien Clerc tient ses racines du même côté que celles de son père : au nord de Saumur, le long de la Loire, dans les villages de Saint-Hilaire-Saint-Florent, Chênehutte-Trèves-Cunault, Gennes, Chemellier… On trouve plusieurs ancêtres tisserands ou perreyeurs (ardoisiers), un batelier, des cultivateurs… Les familles les plus fréquemment rencontrées se nomment EFFRAY, BRAZILLE, FETILLARD, BEAUVAIS, TREMBLAY, ESNAULT, VERNEAU, BRETON, VRAIN, BICHER, CORDIER, BODINEAU, LEGAIGNEUX…

Mais bien sûr, si vous avez suivi l’actualité de Julien Clerc, vous aurez probablement remarqué que le chanteur évoque surtout ses racines carribéennes ! C’est un fait : Julien Clerc est un descendant d’esclaves guadeloupéens (et sans doute martiniquais) par son grand-père maternel, Alexandre Joseph MERLOT, né en 1891 à Capesterre-Belle-Eau.

Les recherches sur les esclaves sont évidemment moins simples à réaliser car ce n’est que depuis l’abolition de l’esclavage que les registres sont correctement tenus. Auparavant, les noms ne sont pas fixes et les hommes ont souvent des enfants “à droite à gauche” sans se marier avec les mères de leurs enfants, sans compter l’absence de nom, bien souvent réduite à un simple prénom… Alexandre MERLOT est venu s’installer en métropole où il se marie en 1923, était le fils de Bo, diminutif de Octave Beaucerot MERLO, maçon né vers 1829 au Mouillage, ancien nom de Capesterre, et de Louise LALY, soeur de sa première épouse Irmas Alcinas. Louise était née à Philipsburg dans les Antilles Néerlandaises, peut-être pendant un voyage de son maître car ses frères et soeurs étaient nés en Guadeloupe.
Bo était le fils de Joseph, né vers 1798, et de Médélis, sans précision, originaire de Martinique. Sa femme était quant à elle la fille de Rosemond CASTELNOVE et de Ariane LALY, dont elle prit le nom, ladite Ariane étant fille d’une Catichelle. On ne sait pas si ces derniers étaient nés en Guadeloupe ou en “Afrique” comme cela est indiqué parfois sans plus de précision. Tous étaient de Capesterre-Belle-Eau, avant de s’installer à Pointe-à-Pitre pour leurs vieux jours.

 

 

Cousinages

Signalons enfin qu’en plus d’être cousin avec Jean-Pierre Foucault, Julien Clerc cousine (dans l’ordre des générations) avec :

  • Gérard LECLERC, le journaliste de radio et télévision bien connu que l’on a longtemps vu sur France 2 dans Télématin par exemple, et qui est aujourd’hui président de la chaîne parlementaire LCP. Son cousinage est très proche… puisque c’est tout simplement son demi-frère !
  • Jean POPEREN (1925-1997), maire de Meyzieu (69), député et Ministre chargé des relations avec le Parlement dans le gouvernement Rocard, par le couple Louis Bodineau / Marguerite Cordier, mariés à Gennes (49) en 1729
  • Alphonse VETAULT (1843-1898), écrivain et historien, par le couple Pierre Hamonet / Marie Piau, mariés à Saint-Mathurin-sur-Loire (49) en 1702
  • Le journaliste sportif Romain DEL BELLO (1974), spécialisé dans le football et qui officie sur Canal+, par le couple Jean Chillault / Anne Naudin, mariés à Cissé (86) en 1694
  • Le jeune chef d’orchestre, contre-ténor et chef de choeur Raphaël PICHON (1984), par le couple Jean Briand / Michelle Foucher, mariés aux Rosiers-sur-Loire (49) en 1670
  • Marcel LEHOUX (1889-1936), pilote français de course automobile, par le couple Charles Léger / Catherine Brard, mariés à Saint-Martin-de-la-Place (49) en 1629

 

10 commentaires Voir les commentaires précédents

Au sujet de l’arbre de Julien Clerc, je vous informe que Capesterre-Belle-Eau, ne se trouve pas en Martinique, mais en Guadeloupe, la où se trouve une partie de la Famille de celui-ci

Réponse de Geneanet :la phrase était ambigüe, l’ajout d’une parenthèse permet qu’il n’y ait plus de confusion ;)



25/03/2018

Les enfants “à droite à gauche” … Sachant que sous l’esclavage , les noyaux familiaux n’étaient pas forcément stables du fait même des transactions des maîtres, et qu’elle était encouragée par eux pour augmenter le “contingent” . La formule est un peu légère …


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription