Thierry Chestier répond au questionnaire de Proust

Le 6 nov. 2017 par Frédéric (Geneanet)
 

Marcel Proust a imaginé à la fin du XIXe siècle un questionnaire destiné aux écrivains, afin de cibler leur personnalité. Nous avons remanié celui-ci afin de l'adapter aux généalogistes. Nous vous proposerons régulièrement les réponses de différents acteurs du monde de la généalogie. Cette semaine, c'est Thierry Chestier, Président de la Fédération Française de Généalogie, qui répond au questionnaire.

Thierry Chestier est né à Poitiers où il vit, il est âgé de 57 ans, il a 5 enfants et 2 petits-enfants. Sapeur-pompier professionnel, il est jeune retraité et Président de la Fédération Française de Généalogie. Il fait de la généalogie depuis 31 ans.

Pourquoi avez-vous commencé à faire des recherches ?

  • En rencontrant un Chestier que je ne connaissais pas. J’ai un nom peu courant, et les seuls porteurs du nom que je connaissais étaient ma famille proche.

Mon occupation préférée en dehors de la généalogie/l’histoire ?

  • La photo, les voyages.

Ce que j’apprécie le plus dans la généalogie/la recherche historique ?

  • La découverte de lieux où je ne serais sans doute jamais allé, la rencontre avec d’autres passionnés, sur tout si ce sont des cousins.

Mon principal défaut quand je fais des recherches généalogiques/historiques ?

  • Me coucher très tard.

Quel serait mon plus grand malheur lors de mes recherches ?

  • Perdre la vue.

Ce que je déteste par-dessus tout quand je fais des recherches ?

  • L’heure de fermeture des archives.

L’ancêtre dans lequel j’aimerais me réincarner / qui m’a le plus fasciné, et pourquoi ?

  • Impossible de choisir, ils sont tous attachants.

La commune/région/pays de mes ancêtres où j’aurais aimé vivre ?

  • Je vis dans la Vienne, une des terres de mes ancêtres, je ne me verrais pas vivre ailleurs.

Mes noms de famille favoris/originaux chez mes ancêtres ?

  • Là aussi, impossible de choisir.

Mes prénoms favoris/originaux chez mes ancêtres ?

  • Je me suis habitué au prénom Radegonde, très fréquent dans la Vienne jusqu’au début du siècle dernier. Et dans le Loiret et le Cher, des prénoms que je n’ai jamais croisés ailleurs : Vrain, Ithier, Romble. Pas très beaux, mais originaux.

L’événement historique le plus terrible vécu par mes ancêtres ?

  • Toutes les guerres.

La qualité que je préfère chez un généalogiste/un chercheur ?

  • La modestie, l’honnêteté.

Les fautes chez le généalogiste/le chercheur qui m’inspirent le plus d’indulgence ?

  • Présenter un arbre sans indiquer les lieux, erreur classique chez pas mal de débutants.

Les fautes chez le généalogiste/le chercheur qui sont impardonnables ?

  • Se contenter de recopier sur les arbres d’autres chercheurs, sans prendre la peine de vérifier, confondre hypothèse avec certitude.

Si je pouvais faire évoluer la généalogie en France et dans le monde d’un coup de baguette magique, que ferais-je ?

  • Inciter les chercheurs à ne pas être simplement consommateurs, ce qu’ils sont de plus en plus, mais à retrouver le goût du partage en aidant aux relevés systématiques non seulement de l’état civil, mais aussi du notariat par exemple.

Si je devais définir ma passion pour la généalogie/l’histoire en un mot ?

  • Aventure.

Les sites de Thierry Chestier : http://www.herage.org/ et http://genefede.eu/

4 commentaires Voir les commentaires précédents

Régine LEYSEN
11/11/2017

Moi aussi, je partage tout-à-fait l’avis de M. Chestier… moi qui suis du Nord, ce nom de famille m’était connu et je me suis souvenu qu’ayant habité dans le Cher, il y avait à Vailly sur Sauldre un certain boucher-charcutier qui s’appelait CHESTIER….. Thierry ! Probablement de la même famille… Quand à Romble, j’ai découvert ce prénom dans le Cher car il était celui d’un restaurant ! comme quoi la généalogie participe à notre culture générale. Merci à M. Chestier pour ses réponses au questionnaire.


7 é Président du GGR Nord, je partage le même point de vue que le pst de la FFG , concernant “les recopieurs” que l on voie trop souvent sur GENEANNET sans indiquer leurs sources ; et que les personnes auxquelles nous signalons une erreur (j en ai fait aussi) ne se vexent pas : c’est pour que cette errreur de lecture ne soit pas reproduite ! JP B


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription