Une quinzaine de généalogie par-delà les frontières

Le 27 nov. 2017 par Jean-Yves
 

L'actualité internationale des archives et de la généalogie nous entraîne aujourd'hui aux Etats-Unis, au Maroc, an Pologne, au Canada, en Chine et en Angleterre.

La Bibliothèque du Congrès américain a acquis et numérisé une incroyablement rare copie d’un manuscrit Mésoaméricain du XVIe siècle. Connu sous le nom de “Codex Quetzalecatzin”, il a été écrit entre 1570 et 1595, pendant la période où la Couronne espagnole était à la recherche de ressources naturelles dans ses nouvelles colonies. Les cartes de cette époque étaient peintes par des artistes indigènes, et ce manuscrit inclut des détails comme les rivières, les routes et autres passages. Le Codex, aussi appelé “Mapa de Ecatepec-Huitziltepec”, était dans une collection privée depuis plus de 100 ans et est maintenant visible par le grand public pour la première fois. (en anglaisen français)

Une délégation française a remis aux Archives nationales du Maroc des copies de fonds de la mémoire judéo-marocaine, enrichissant ainsi ses collections et donnant une nouvelle impulsion à la recherche académique sur le judaïsme marocain. Intervenant à cette occasion, le directeur des Archives du Maroc, Jamaâ Baida, a indiqué que la remise de ces fonds historiques d’une “extrême richesse” est le fruit de plusieurs démarches, notamment auprès des Archives diplomatiques de France et du Mémorial de la Shoah, précisant qu’une bonne partie de ces archives a été numérisée par The Holocaust Museum de Washington DC et que les négociations sont “toujours en cours” pour acquérir d’autres fonds. (en français)

Des récits de témoins oculaires des atrocités nazies, trouvés enfouies sous les décombres du ghetto de Varsovie, sont exposés au public pour la première fois, en Pologne. L’exposition, “What We Could Not Shout Out To The World” (“Ce que nous ne pouvions pas crier au monde”), comprend plus de 35 000 documents compilés et cachés par l’historien Emanuel Ringelblum et d’autres Juifs qui vivaient dans le ghetto. Les archives de Ringelblum ont survécu à la destruction du ghetto et à la Seconde Guerre mondiale dans dix caisses en métal et deux bouteilles de lait en métal récupérées respectivement en 1946 et en 1950. L’exposition est ouverte au public à l’Institut historique juif de la capitale polonaise. Elle raconte l’histoire de la vie dans le ghetto de Varsovie et sa destruction par les nazis. (en anglaisen français)

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) ont numérisé quelques-unes des plus anciennes photos prises dans la province du Québec. Elles remontent au dernier quart du 19e siècle. Les photos font partie de l’Album Paul Gouin, un don fait dans les années 1980 par le ministère des Affaires culturelles de l’époque qui a permis à BAnQ de conserver les images depuis ce temps. Selon ce que l’organisme en sait, elles auraient été colligées par Paul Gouin entre 1955 et 1968, alors qu’il était président de la Commission des monuments historiques de la province de Québec. On peut remarquer que le collectionneur avait un faible pour la ville de Québec. On y retrouve plusieurs photos du grand incendie qui a ravagé la Basse-Ville en octobre 1866. (en français)

Des scientifiques chinois ont lancé plusieurs projets de numérisation d’archives pour préserver un grand nombre d’ouvrages historiques de la Mongolie. Gravée sur bois, une version rare du Kangyour, textes canoniques tibétains, a été numérisée et mise en ligne. Publiée en 1720, elle comporte 109 volumes et 50 millions de mots. La Chine possède plus de 200 000 volumes d’ouvrages Mongols mais la plupart d’entre eux sont en danger de décoloration et de moisissure. (en anglaisen français)

La British Library a lancé un nouveau site web présentant quelque 1 300 manuscrits en hébreu, allant des anciens rouleaux de la Torah et des livres de prières aux ouvrages philosophiques, théologiques et scientifiques. Le nouveau site est la première collection en ligne bilingue de la bibliothèque, permettant aux utilisateurs de rechercher des copies numérisées de manuscrits en hébreu et en anglais. “La British Library possède l’une des plus grandes collections de manuscrits en hébreu au monde”, a déclaré Ilana Tahan, conservatrice en chef des collections hébraïque et chrétienne de la bibliothèque. Les œuvres consultables sur le site incluent la Haggadah hispano-mauresque du XIIIe siècle en Espagne, une édition illustrée du Code de droit de Maïmonide du Portugal du XVe siècle et la Bible de Lisbonne de 1482, 14 ans avant l’expulsion des juifs portugais de leur patrie. (en français)

5 commentaires Voir les commentaires précédents

bravo pour le travail accompli ,personnellement j’aimerai que la république Argentine numérise ses archjves .Pierre


Si un jour le niveau global de paix mondiale et de stabilité devient suffisant, une fois tous les impérialismes mis à terre, il serait moral et réparateur, que chaque pays prédateur restitue à chaque Nation ses biens culturels razziés aux cours des siècles et jusqu’à nos jours (l’Iraq et la Syrie étant les derniers pays en date pillés par les armées en connexion avec les marchands d’art mafieux).
Ceci dit en réactions aux manuscrits mésoamérindiens.
Certes, certains pays, en pillant “proprement” ont sauvé des oeuvres qui auraient été perdues à jamais parfois, mais ce serait d’autant plus méritoire que cesse cette appropriation par les pays riches occidentaux des richesses patrimoniales culturelles des pays conquis, aujourd’hui cherchant à achever leur véritable indépendance par leur relèvement culturel et la ré implantation de leurs racines profondes arrachées.


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription