Challenge AZ – M comme Monuments commémoratifs

Le 15 juin 2017 par Aliénor SAMUEL-HERVE
 

Tout au long du mois de juin, au fil des lettres de l'alphabet, nous vous présentons les sources généalogiques et leurs spécificités.

Les monuments commémoratifs, érigés en mémoire d’un événement ou en l’honneur de personnes décédées, parsèment les territoires. De l’Arc de Triomphe à la stèle d’une place de village, grandiose ou simple plaque au coin d’une rue, ils entretiennent le souvenir des disparus. En France, après la Première Guerre mondiale, 36 000 monuments aux morts furent érigés, et rares sont les communes qui n’en possèdent pas un.

L’architecture de ces monuments varie selon les pays. En France, notamment sur les places, c’est l’obélisque qui est privilégiée. On trouve également fréquemment des stèles monumentales en forme de mur, comme sur la photo ci-dessous. En plus des plaques avec les noms des soldats des grandes guerres, le monument se compose aussi d’une statue représentant le plus souvent un poilu. L’élévation de ces monuments reposait sur des souscriptions publiques et les subventions de l’Etat.

Outre le devoir de mémoire, ces monuments représentent une source généalogique intéressante. Sur Geneanet, plus de 53000 photos de monuments commémoratifs du monde entier sont en ligne et disponible à tous.

Notre sélection d’ouvrages

livre-pierres-memoirePierres de mémoire et de liberté

Produit vendu par : Coop Breizh
En savoir plus

revue-morts-pour-franceN°196 – Octobre Novembre 2011 – Revue Française de Généalogie

Produit vendu par : Martin Média
En savoir plus


Notre sélection d’ouvrages

  • Daniel FLEURY, « Plaques, stèles et monuments commémoratifs : l’État et la « mémoire de pierre » », Revue historique des armées [En ligne], 259 | 2010, mis en ligne le 24 janvier 2012, [en ligne]
  • Alexandre NIESS, « Monuments aux morts et politique : l’exemple marnais », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2003/4 (n° 212), p. 17-31, [en ligne]

Liens

2 commentaires

Bernard ROBIN
17/06/2017

monuments aux morts de nos communes matérialisent les justes hommages rendus aux glorieux soldats disparus lors des différents conflits armés.
Mais ce fort aspect sentimental a fait que le nom des « réalisateurs » de ces monuments (architectes, sculpteurs, fondeurs) a bien souvent été occulté de nos mémoires. Les discours lors des inaugurations n’en font même pas état.
Cependant, comme pour toute œuvre d’art, ces noms ont droit au souvenir. Il suffit de consulter la base de données publiée par l’Université de Lille pour constater les lacunes dans ce domaine.
Ne conviendrait-il pas, dans le cadre de la Mission du centenaire de réparer cet oubli.
TouryBR


Il serait intéressant que chaque commune ou ville fasse visiter, a nos chères têtes blondes ces monuments , pour les instruire …


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription