Paléographie : une nouvelle rubrique dans le blog

Le 24 avr. 2017 par Frédéric (Geneanet)
 

Geneanet est heureux de débuter une nouvelle rubrique consacrée à la paléographie (l'étude des écritures anciennes), en partenariat avec Béatrice Beaucourt, paléographe professionnelle. Nous vous proposerons régulièrement, via ce blog, les notes qu'elle réalise.

 

A la découverte des écrits d’Ancien Régime

Rien n’est plus troublant, pour le non initié, que la découverte des écrits d’Ancien Régime (1492-1789).
Cela n’a rien d’étonnant…

D’abord parce que chaque lettre possède plusieurs graphies.

La lettre « e », par exemple, possède 6 graphies, dont 4 sont induites par la rapidité d’écriture.

Une graphie héritée de l’écriture gothique, en usage jusqu’aux environs des années 1630 :

1
Une graphie ronde, empruntée aux alphabets parus à partir des années 1640 :

2

Des graphies issues de ces deux alphabets, mais déformées en raison de la rapidité d’exécution des lettres et de l’apparition d’une écriture personnelle à chaque scribe. En voici un exemple :

3

Ensuite parce que les scribes utilisaient un système d’abréviations complexe que nul ne peut décoder s’il n’en possède pas les clés de lecture.

Enfin, parce que cette écriture est déstabilisante pour nous lecteurs du XXIe siècle habitués à une écriture normalisée :
L’orthographe n’est pas fixe. Un même mot peut être décliné sous deux, trois orthographes différentes, voire de façon fantaisiste.

4

Le scribe a ici écrit « dinoranse » pour « d’ignorance ».

La syntaxe est aléatoire. Plusieurs lectures sont parfois nécessaires pour enfin saisir le sens d’un texte.

La ponctuation est inexistante pour une grande partie des XVI, XVII et XVIIIe siècles, en découle une disposition aléatoire des majuscules. Ainsi les débuts de phrases, comme les noms propres, ne portent pas systématiquement de majuscules:

5

Le scribe a ici écrit : « andré mollin sergent Royal… »

En outre, force est de constater, non seulement, une quasi absence de cédille et d’apostrophe jusque dans un XVIIIe siècle avancé, mais encore, une coupure des mots qui n’est pas toujours heureuse, le scribe n’ayant pas toujours pris la peine de couper les mots entre eux.

Alors oui, je ne suis nullement étonnée lorsque l’on me rapporte que la lecture des actes d’Ancien Régime bouscule et désarçonne l’innocent néophyte venu jusqu’à elle…


 

 

223 commentaires Voir les commentaires précédents

merci pour toutes ces infos


jpierrenaudain
09/11/2017

En ce qui concerne les majuscules, il est même amusant de voir que les prénoms en ont alors que les noms n’en ont pas ! Merci pour cette bonne leçon simple et facile à retenir.


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription