Grâce à Geneanet, l’alliance perdue en 1916 est rendue à sa famille

Le 16 janv. 2017 par Frédéric Thébault
 

Ce genre d’histoire se produit régulièrement : un siècle plus tard, des promeneurs ou des chercheurs de métaux trouvent, de ci-de là, disséminés et enfouis dans les sous-bois du grand quart nord-est de la France, des vestiges du passé. Ce sont essentiellement des objets perdus par des soldats ayant participé à des combats pendant la Première Guerre mondiale, comme les plaques d’identité qu’ils avaient sur eux.

leonce-bourrelly

Cette fois-ci, c’est une alliance qui a été retrouvée par un promeneur parti à la cueillette aux morilles, sur la tristement célèbre Côte du Poivre, près de Verdun, là où s’élevait il y a un siècle un village entier, Louvemont, totalement détruit par la guerre.
Cette alliance, comme c’est la coutume, contient les prénoms des jeunes mariés : “Marthe et Léonce, le 18/7/14”. Mais bien évidemment, aucun nom de famille n’est mentionné ! Gaston va néanmoins chercher à la remettre aux éventuels descendants du couple, évidemment décédés. Nous ne sommes alors qu’en 2001, et sa quête va durer longtemps… 15 ans, jusqu’à son heureux aboutissement, fin 2016 !

Elle va durer le temps que l’Internet passe par là, et que le devoir de mémoire opéré par les acteurs majeurs de l’histoire, des archives et de la généalogie, fasse son effet.
Ainsi, depuis 2014, Geneanet participe au célébrations du Centenaire de la Grande Guerre via le site “Nos Ancêtres dans la Grande Guerre“, mais bien avant permettait déjà à chacun de publier son arbre généalogique, et sur cet arbre généalogique des photos de ses ancêtres ou collatéraux, sans oublier celles des monuments aux morts ou des cimetières civils et militaires.

C’est ainsi que l’un des membres de Geneanet, Cédric Schwindt, enseignant dans la Meuse, a pu prêter main forte à notre cueilleur de champignons. Il nous explique lui-même comment il a procédé :

    • Une recherche sur les seuls prénoms du couple Léonce / Marthe donne un certain nombre d’occurrences, difficile de faire le tri. Je précise que je ne savais pas au départ que Léonce était le second prénom de notre soldat, le premier étant Achille (ce que je découvrirai après)
    • Un recoupement avec le site Memorialgenweb sur les lieux des combats (la Côte du Poivre) permet de faire un nouveau tri : il faut cependant cocher “contient” pour le prénom et ne pas faire une recherche exacte… C’est là qu’apparaît un Bourelly Léonce (NB : MemorialGenWeb est indexé sur Geneanet, ce qui permet de faire une recherche avec une variante orthographique : un élément important car le nom a été orthographié avec un seul “L”, et il faut donc imaginer toutes les orthographes si on le cherche directement sans passer par Geneanet).
      Il est indiqué : “BOURRELY Achille Léonce, Soldat – 255e R.I., mort le 15/12/1916 à Loisey-Culey (Côte du Poivre)”
    • De retour sur Geneanet, je refais une recherche et je trouve un arbre qui contient Léonce Bourrelly et Marthe Gachon : on approche du but !
    • Je recoupe ensuite les informations avec les fichiers matricules militaires du Gard, numérisés et disponibles en ligne. Sa fiche matricule confirme la filiation et contient tout son état civil, ses parents, son lieu de naissance et son domicile au début de la guerre. Léonce est né en 1878 à Savignargues, dans le Gard.
    • Je prends contact avec un amateur de la Grande Guerre et connaisseur du 255e Régiment d’Infanterie, dans lequel était affecté Léonce (c’est indiqué sur sa fiche matricule) qui m’envoie une copie du “Journal de Marche et des Opérations”, et les mentions sur notre poilu (NB : les “JMO” sont aussi accessibles en ligne sur le site de Mémoire des Hommes, mais celui du 255e est manquant)
    • Le cadre est fixé, un arbre sur Geneanet m’a donné une idée de filiation descendante : deux coups de téléphone en cherchant dans l’annuaire et je tombe sur le bon monsieur, petit-fils de notre poilu, c’est une grande joie !
      Sa famille est venue dans la Meuse en novembre, ils ont visité le site, ont récupéré l’alliance… de l’émotion… merci la généalogie !

Alain Bourrelly, le petit-fils de Léonce, a ainsi pu un siècle plus tard, récupérer l’alliance de ses grands-parents et de ce grand-père, mort dans la fleur de l’âge et qu’il n’avait pu connaître. On imagine aisément l’émotion qui fut la sienne et celle de sa famille.

 

> la fiche de Mort Pour la France de Léonce Bourrelly sur le site Mémoire des Hommes

> la fiche matricule de Léonce Bourrelly sur le site des Archives Départementales du Gard (voir notre carte des archives numérisées ici)

> extrait de l’historique régimentaire du 255e RI sur le site Mémoire des Hommes

> un arbre sur Geneanet qui mentionne Léonce Bourrelly

> l’article du Midi Libre

> d’autres témoignages dans notre rubrique dédiée


 

ban_storytelling_blog

108 commentaires

Recherches passionnantes et menées de main de maître, émotion non seulement des descendants de Léonce mais aussi des lecteurs dont je fais partie. Belle histoire.


dimourom
09/03/2017

cette histoire est un vrai conte plein d’émotion bravo à tous ceux qui ont fait que cette histoire puisse exister à commencer par le cueilleur de champignons


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription