Geneanet souhaite vous invite à participer à son projet mémoriel autour de l'histoire des lieux. Une bonne occasion de voyager dans l'espace et le temps sans bouger de chez soi, et de contribuer à la sauvegarde de la mémoire !
Découvrir le projet

Les demandes de radiation des Emigrés de la Révolution Française accessibles en ligne

Le 31 oct. 2016 par Frédéric Thébault
 

Les Archives Nationales poursuivent depuis longtemps maintenant un formidable travail de numérisation de divers documents. L'annonce récente de la mise en ligne des dossiers de demandes de radiation sur les listes d'émigrés par ceux qui en avaient été victimes pendant la Révolution Française (et ils furent nombreux), réjouira tous ceux qui ont un ancêtre concerné.

Précisons d’abord que cette numérisation n’est pas exhaustive : elle fait suite à la volonté des A.N. de proposer un dépouillement exhaustif des dossiers nominatifs de demandes de radiation. Ceux-ci sont en partie numérisés et leur mise en ligne est progressive. Ce n’est qu’en 2017 qu’arriveront de nouvelles images et que ce dépouillement sera terminé.

Dans l’immédiat, ce sont tout de même dix départements qui sont accessibles sur leur site : la Seine et la Charente en intégralité, l’Aude, l’Aveyron, la Charente-Inférieure, la Loire, la Loire-Inférieure et l’Oise en partie. Avec ces images, est proposée également la notice relative au bureau des émigrés qui permet de bien comprendre la procédure de demande de radiation.

Rappelons ce qu’étaient les “émigrés” : lors de la Révolution Française, de très nombreuses personnes se retrouvent montrées du doigt comme étant la source de tous les maux du pays. Ils seraient environ 150 000 nobles, prêtres ou roturiers, à être considérés comme des traîtres à la Patrie et à avoir fui le pays dès 1789 pour la Suisse, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, la Russie ou encore les colonies américaines. 32 000 sont inscrits comme émigrés sur des listes et par conséquent condamnés à mort s’ils reviennent, et tous leurs biens sont saisis. Après la fin de la Terreur et du règne de Robespierre, la plupart des émigrés sont autorisés à rentrer chez eux. Ils vont alors demander à être radiés de ces listes.

Ces listes peuvent concerner tout généalogiste même sans origine noble, car il était en effet fréquent que l’un des fils de famille, même dans les milieux paysans modestes, devienne curé et donc sujet particulièrement concerné au premier plan par une éventuelle émigration.
A défaut d’y retrouver un ancêtre direct et même si vous ne connaissez pas l’existence d’un ancêtre émigré (contrairement à l’exemple ci-dessous) vous aurez peut-être la chance de rencontrer un frère ou un cousin de vos ancêtres et de reconstituer ainsi un petit pan de l’histoire de votre famille.

émigrémention d’un émigré sur un acte de divorce : a t-il été inscrit sur une liste d’émigré ? retrouverez-vous son dossier ?

Les dossiers figurant aux Archives Nationales sont des pièces extrêmement intéressantes pour reconstituer l’histoire de ces personnes : ce sont d’abord les noms des personnes, intéressés et entourage, qui demandent la radiation, mais ce sont surtout des détails de leur histoire personnelle et familiale, de leur parcours professionnel ou d’éléments relatifs à leur patrimoine.

Pour accéder aux images et retrouver, éventuellement, un ancêtre, rendez-vous sur le site des Archives Nationales (bouton rouge ci-dessous) : dans la colonne de gauche, déroulez les menus. Vous pourrez alors consulter les dossiers, classés par département puis par ordre alphabétique. Cliquez sur un nom, sur la droite de l’écran apparaît alors un lien “Consulter les archives numérisées associées”. Cliquez sur ce dernier.

choix du nom

Naviguez ensuite dans les images grâce aux vignettes situées sous l’image principale, jouez avec le zoom, la luminosité et le contraste et si vous le souhaitez, téléchargez l’image d’origine en haute résolution grâce au lien “Télécharger” en haut à droite.

dossier numérisé

Cet exemple nous donne le nom de deux frères, le premier, Antoine Fossemale, simple maréchal-ferrant, déclare “que mal à propos Jean-François Fossemale son frère prêtre, et curé du Pont de Camarès a été compris sur la liste des émigrés”. Ce dernier est ainsi parti se réfugier en Espagne en 1792. Plus loin, on peut voir diverses pièces dont par exemple son passeport, avec sa description physique… bref, une enquête passionnante qui révèle beaucoup de choses sur la famille !

22 commentaires

A quand les départements : Aube, Marne Seine et Marne ?


Je m’aperçois que, dans mon commentaire précédent, j’ai situé étourdiment la ville de Barr dans le Ht-Rhin (68) alors qu’elle se trouve bien dans le Bas-Rhin (67). Toutes mes excuses!


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription