Avec Geneanet ADN, vous avez désormais la possibilité de connaître les patronymes et lieux que vous partagez avec vos cousins génétiques. Découvrez ces nouvelles fonctionnalités

Une recherche généalogique par Internet sur le XIXe siècle : cas pratique (2)

Le 1 août 2016 par Frédéric Thébault
 

Deuxième volet de notre étude de cas, publiées via ce blog, sur les ancêtres de la peintre Séraphine de Senlis, alias Séraphine Louis (1864-1942).

Nos débuts de recherches sur les ancêtres de Séraphine Louis nous ont très vite amené à découvrir les noms des ses grands-parents paternels. Avant de poursuivre les recherches, il est nécessaire, dès le départ, de bien mettre en forme les données trouvées. Pour cela, nous avons créé un arbre généalogique et commencé la saisie, jusque dans le moindre détail.

Sans logiciel, la solution la plus simple reste de créer un arbre via le module de saisie en ligne :

2016-07-04 14_56_51-Séraphine LOUIS de Senlis - Recherches généalogiques consacrées à Séraphine Loui

Nous allons ensuite compléter la lignée agnatique (les ancêtres directs de Séraphine Louis, portant le nom de Louis).

A ce stade des recherches, les puristes auront sans doute tendance à continuer la fouille méthodique des archives de l’Oise. Or, en 2016, il est permis de se faciliter la tâche en allant voir sur Geneanet (par exemple), si l’on ne déniche pas déjà des informations !

1/ Faire des recherches sur Geneanet

Un simple recherche sur le nom Louis et le prénom Séraphine à Arsy nous donne cinq résultats dont 4 proviennent d’un arbre en ligne et 1 d’un relevé payant. En examinant ces résultats, on constate tout de suite que les dates correspondent aux nôtres.

recherche séraphine louis

Un petit clic sur l’arbre vert vous mène à l’arbre de la personne, sur la fiche de Séraphine Louis, il sera inutile de dépenser des points pour voir le relevé de l’association, dans ce cas-là. On commence par le premier de la liste, l’arbre de fcharpy (nous nous y limiterons dans notre exemple, mais il est toujours intéressant de comparer plusieurs résultats : ceux qui sont en tête de liste signifient que ce sont les plus complets, c’est-à-dire les mieux renseignés (lieu complet bien orthographié, présence d’une photo, d’un acte, de la source…) mais attention, cela ne veut pas dire “les plus justes” !

arbre louis fcharpy

C’est à ce moment-là, en général, que l’internaute s’arrête. Il est content, il a trouvé, il n’a plus qu’à recopier les données dans son arbre et passer à autre chose. Mais c’est aussi sa plus grosse erreur ! Car c’est justement maintenant qu’il est fondamental de vérifier les informations trouvées, et qu’aucune erreur ne s’est glissée dans ce travail. Il y a plusieurs arbres identiques, répondrez-vous ? Certes, mais il est aussi très fréquent que tout le monde ait recopié la même information ! Et si ladite information, la première à être diffusée, était fausse ? Ne passez surtout pas à côté de ces vérifications et si vous n’avez pas le temps dans l’immédiat, indiquez ce que vous avez trouvé en notes, mais ne prenez rien pour argent comptant. De surcroît,sans recherche des actes originaux, vous manquerez les informations qui n’ont pas été reportées, et vous ne visualiserez pas, vous ne “ressentirez” pas le poids de l’histoire et la réalité des individus qui étaient ce jour-là présents devant le maire, et dont certains ont signé l’acte, souvent maladroitement.

De plus, un geste élémentaire de courtoisie consiste à contacter le propriétaire de l’arbre, ne serait-ce que pour l’informer que vous avez trouvé ses données.

Pour faire vos vérifications, il faut bien sûr se rendre sur le site des archives de l’Oise.

 

2/ Les tables décennales

Avant de consulter les registres, on aura le même réflexe que lors de la recherche de l’acte de naissance de Séraphine (voir note précédente), mais à plus grande échelle : notez soigneusement, via une exploitation complète des tables décennales, les actes susceptibles de concerner les familles que vous avez découvertes, cela vous évitera d’y revenir plus tard.
Les tables décennales, existantes uniquement au XIXe siècle, sont établies tous les dix ans, et elles récapitulent sur la période, par ordre alphabétique, tous les événements de naissance, mariage, promesse de mariage et décès. Il faut néanmoins rester prudent avec leur exploitation, car des oublis de report peuvent survenir, ainsi que des fautes d’orthographe et surtout, des abréviations de dates souvent peu lisibles au non-initié (7bre pour septembre et non juillet, 8bre pour octobre, 9bre pour novembre et xbre pour décembre).

Après avoir tout noté, il suffit d’aller consulter le registre correspondant pour voir les actes complets et filiatifs, ce qui ne présente pas de difficulté particulière.

TD Louis

Au bout d’une heure ou deux, l’opération est réalisée. Tous s’y trouvent, et il n’y a pas d’erreur. Nous avons pu compléter les noms, prénoms, dates, témoins, il ne reste plus maintenant qu’à compléter notre propre arbre généalogique, mais il faudra sans doute revenir sur les Louis d’Arsy car il y en a probablement d’autres que nous n’avons pas encore repérés.

La fratrie se dessine : nous voyons notamment que Séraphine avait une sœur aînée, Argentine, mariée avec des enfants, et qu’elle eût aussi un autre frère et une autre sœur qu’elle ne connut pas, tous deux étant décédés à l’âge de 9 ans avant sa naissance, une mortalité guère surprenante dans le milieu défavorisé où vivait Séraphine. On s’aperçoit également que sa mère était décédée à peine un an après sa naissance, et que son père s’était remarié avec une possible lointaine cousine (puisque également nommée Louis, les futures recherches le confirmeront ou non), père qui décède lui aussi alors que Séraphine n’est qu’une enfant, à peine âgée de sept ans.

L’arbre généalogique de Séraphine Louis

<< épisode précédent






Liens recommandés sur le thème :

28 commentaires

je débute mon arbre généalogique en remontant jusqu’au 17ème siècle, mais ma grand-mère maternelle constitue un maillon manquant (née Eugénie Crosnier à St Denis de la Réunion, non reconnue par son père biologique, d’après ce que j’en sais…)
Son père biologique serait un parisien, Des Crosnier sur le site vont-ils me lire?
Cordialement


TOUT A FAIT D’ACCORD VERIFICATION INDISPENSABLE


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription