Sauvons nos tombes : la presse en parle

Le 30 oct. 2015 par Frédéric Thébault
 

Depuis que Geneanet a lancé le projet "Sauvons nos tombes" grâce à son application gratuite pour smartphones et tablettes, le succès de l'idée, photographier les tombes pour les préserver de la disparition, ne se dément pas. Preuve en est avec ces trois récents articles de la presse régionale.

S’il fallait encore vous convaincre que la photo de tombes est un acte important pour la préservation de notre patrimoine mémoriel, cet article de La Montagne consacré à un cimetière de la Creuse, devrait suffire :

> lire l’article

France Bleu Berry a par ailleurs consacré un long article à “Sauvons nos tombes” avec l’interview d’un bénévole qui, comme vous qui êtes nombreux, participe aux photos.

> lire l’article

Enfin, en marge des tombes, il y a aussi les Monuments aux morts : saviez-vous que toutes les communes ont l’obligation légale, depuis 2012, de mentionner les noms des soldats morts ? Ce n’est par exemple pas le cas à Lorient, et cela en gêne plus d’un comme on peut le lire dans Ouest France.

> lire l’article


Liens recommandés sur le thème :

7 commentaires Voir les commentaires précédents


12/11/2015

Dans le cimetière communal, la tombe de mon oncle “mort pour la France” a disparu ?.! Le corps aurait été mis dans l’ossuaire ainsi que la croix de bois?. Plus rien n’existe sur cet emplacement, donné à perpétuité par la commune à la nation, pour recueillir ce soldat ” mort pour la France”. Le personnel de l’office des anciens combattants ne semblait pas concerné. que faire? La mairie du lieu du décès, ahurie,i m’a donné l’acte de décès certifié conforme,Elle m’invite à faire des
démarches.
Agée, il est difficile pour moi d’aller vers cette démarche


Chaque “mort pour la France” à droit à une sépulture a perpétuité lorsque le défunt se trouve dans une nécropole nationale. Par contre votre oncle devait faire partie de ceux que l’on appelle “les restitués”, c’est à dire qu’ a une époque les familles réclamaient leurs défunts proches. A partir de ce moment-là l’ État se décharge de tout et l’entretien de la tombe revient à la famille. Dans de nombreux endroits lors qu’il n’ y a plus de famille proche et que la tombe est abandonnée, l ‘ association “Le Souvenir Français” prend en charge l’entretien dès qu’il y a une autorisation de la famille ou lors d’une reprise de concession (malheureusement l ‘association bénévole ne couvre pas tout le territoire) .Cependant, pour la commune la reprise de concession est une procédure assez longue (3 ans et plus) avec affichage d’avis, c’est surprenant que personne ne s’est rendu compte de la procédure en cours. Si les restes mortels sont à part dans un reliquaire, voir si il y a un comité du Souvenir Français dans le secteur qui pourrait le récupérer. Dans les villes le Souvenir Français”, aujourd’hui procède à des regroupements pour faciliter l’ entretien.
Sincères salutations


Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription