Les registres matricules

Le 17 sept. 2010 par Frédéric Thébault

Parmi la masse des documents exploitables par les généalogistes, le registre matricule, qui récapitule la carrière des soldats depuis 1875, est un élément précieux dans la reconstitution d’une vie.

Début septembre, les archives de Paris ont mis en ligne des “sources généalogiques complémentaires”, parmi lesquelles les tables alphabétiques des registres matricules. Paris est le quinzième département à publier ces répertoires… même si, hélas, les fiches complètes et détaillées de chaque soldat restent à consulter sur place.

C’était néanmoins l’occasion de revenir sur ce document très utile au généalogiste grâce à la foule d’informations qu’il renferme.

Etablies à la suite du recensement militaire, donc selon le domicile du soldat et non selon son lieu de naissance, ces tables permettent de retrouver le numéro matricule du conscrit, afin, ensuite de pouvoir aisément consulter sa fiche individuelle. Les registres matricules ont été créés en 1867 : auparavant, il n’existait rien de similaire. Chaque fiche contient des informations sur la totalité du parcours du soldat, ses affectations, grades, unités, ses blessures éventuelles, ses décorations, en y incluant ses différents domiciles et même une description physique, très utile pour pallier le manque de photo.

Dans un premier, temps, on recherche dans les tables alphabétiques par années, vingt ans après la naissance du soldat (NB : ces fiches ne sont consultables que 120 ans après la naissance du soldat, autrement dit vous pourrez accéder sans restrictions aux fiches des militaires nés entre 1847 et 1890). La plus grosse difficulté reste de savoir de quel bureau de recrutement dépendait le soldat (et dans quel département s’il a déménagé loin de son lieu de naissance), ces bureaux étant souvent répartis selon les cantons.

a) Répertoire alphabétique (par années)

Même si on ne connaît pas l’année de naissance, on a vite fait sa recherche. On repère le nom de la personne, et on note simplement le numéro figurant en regard (et éventuellement, le numéro de bureau). Il suffit ensuite de chercher le registre matricule englobant ce numéro. Les répertoires alphabétiques sont parfois au début ou à la fin des registres matricules, parfois isolés.

b) Fiche matricule complète

Les fiches sont simplement classées par numéros, trouver le numéro que l’on a noté au préalable ne prend que quelques secondes.

Signalement et degré d’instruction : sans photo de votre ancêtre, ces renseignements feront fonctionner votre imagination à plein !

Extrait du parcours militaire. Ici, un exemple pour un soldat de 14-18. Toutes ses unités figurent, ainsi que la mention de sa mort. Il y est même noté la somme versée à sa veuve. On trouve également les différents grades occupés, les blessures (même hors période de guerre (par exemple bras cassé lors d’une chute de cheval), les décorations éventuelles (Croix de Guerre, Légion d’Honneur, Certificat de bonne conduite), les condamnations judiciaires qui pourront vous mener ensuite vers d’autres archives, etc.

Les adresses successives habitées, notées lors des périodes régulières de rappel sous les drapeaux, ou lorsque le soldat était engagé volontaire :

Les archives départementales qui proposent de consulter ces registres militaires sur leur site web sont aujourd’hui au nombre de douze : Ain, Alpes-Maritimes, Cantal, Côte d’Or, Hérault, Indre-et-Loire, Mayenne, Meuse, Territoire de Belfort, Vienne, Yvelines. La Manche, le Nord, le Pas de Calais, Paris et la Haute-Saône ne publient que les répertoires alphabétiques.

67 commentaires

Où peut-on consulter les registres matricules des anciennes colonies ?


J’utilise autant que faire se peut les fiches matricules et les listes alphabétiques.
Je dois toutefois constater que, selon les départements, les archives ne présentent pas toutes les mêmes facilités d’usage. Les difficultés peuvent être diverses : accès en simple lecture, sans possibilité de capture d’écrans, chicanes à propos des formats, etc.
Qu’il me soit permis, en revanche, de féliciter les AD de l’Aube et de Meurthe-&-Moselle pour leur accessibilité et l’interactivité conviviale de leurs logiciels.
JMB.


Voir la suite

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire. Connexion / Inscription