Build Your Family Tree, Share Your Family History and Improve Your Genealogy Research

New Geneanet website
New Geneanet website Logo

Sign In

Forgot username or password


Geneanet > Genealogy > L’origine des noms de famille > Les noms basques et gascons

L’origine des noms de famille

Les noms basques et gascons

Traiter ensemble les noms basques et gascons semblera à certains une hérésie, mais se justifie par le fait que, dans un cas comme dans l’autre, on a affaire à un même procédé de formation des patronymes : chaque chef de famille est ici identifié par la maison où il habite, et donc la plupart des noms utilisés sont au départ des toponymes.

Or, sur les cent noms les plus portés dans ce département vers 1900, on n’en trouve que sept qui ne soient pas des toponymes : outre les inévitables Garcia et Lopez, il s’agit du prénom Pierre, rencontré sous les formes Pere et Peyre (dans le second cas il peut aussi s’agir d’un rocher), également porté en composition dans le patronyme Pétrissans (Pierre + Sans, Sanz, ancien nom de baptême issu du latin Sanctus). Dernières exceptions, les noms Barbé, qui semble correspondre au métier de barbier, et Laulhé (= gardien de brebis). Il reste donc 93% de toponymes, ce qui, avouons-le, est énorme !

La maison

Elle se dit en basque etxe, un terme que l’on rencontre dans le patronyme le plus porté dans les Pyrénées-Atlantiques, Etcheverry (et sa variante Etcheberry), qui signifie "la maison neuve", le nom étant suivi de l’adjectif, ce qui est la règle aussi bien en basque qu’en occitan, où les maisons neuves sont à l’origine des patronymes Cazenave, Casenave et Maisonnave. Parmi les noms basques les plus répandus, on retrouve la maison avec Etchart (le lieu situé entre les maisons), Etchegaray (la maison d’en haut), Etchebarne (la maison d’en bas), Etchepare (la maison principale, la maison noble), ou encore Etchemendy (la maison sur la montagne, plutôt que la montagne de la maison) et Etchegoyen (la maison la plus élevée).

La maison gasconne se retrouve dans le patronyme Lacaze, ou encore dans le dérivé Cazaux (= enclos, puis ferme). Au centre d’une exploitation rurale, elle devient une ferme et donne naissance au nom de famille Laborde (second nom le plus porté dans les Pyrénées-Atlantiques), à son diminutif Labourdette (la petite ferme), ainsi qu’à Bordenave (la nouvelle ferme). La maison peut aussi être une demeure importante, voire noble, en occitan Lassalle, Salles, en basque Sallaberry, mais aussi Jaureguy et Jaureguiberry. Il peut enfin s’agir d’une auberge (gascon Loustaunau = l’auberge neuve) ou d’un hôpital (Ospital, Dospital), encore que dans ce dernier cas il s’agisse plutôt de la maison située près de l’hôpital, tout comme Abadie est la maison près de l’abbaye, dépendant de l’abbaye.

Souvent isolée au départ, la maison devient peu à peu hameau, puis village, en basque hiri, iri : Irigoyen, Hirigoyen (le hameau le plus élevé), Iriart, Hiriart (entre les hameaux), Iribarne (hameau situé à l’intérieur, en contrebas). A l’intérieur du village, on distinguera la maison par sa situation : près de l’église (basque Elissalde), près de la porte, de la barrière ou sur la place (Laporte, Barrère, Laplace, encore que pour ce dernier nom on préfère parfois le sens de "métairie"), au bord de la route, du chemin (Carrère, Lavie, Camy en gascon, Bidegain en basque, où Bidart signifie pour sa part "entre les chemins"), ou tout simplement en haut (Lassus, Capdevielle), en bas (Lajus) ou au milieu (Minvielle).

La végétation, les cultures

Une autre façon de désigner la maison, c’est de l’associer à la végétation ou aux cultures qui l’entourent. A tout seigneur tout honneur, le chêne, présent dans le basque Amestoy, Damestoy (bois de chênes tauzins) ou dans le gascon Cassou. Le hêtre est représenté par le gascon Dufau (encore que certains préfèrent voir en fau un forgeron) et le basque Fagalde. Le châtaignier donne en occitan Castagnet, il est plus rare en basque, où on ne le rencontre guère que dans Gastambide (le chemin du châtaignier). Le bois, la forêt, sont représentés par les noms gascons Hourcade, Fourcade, Lafourcade (qui peuvent aussi désigner un carrefour). Les ajoncs sont à l’origine du gascon Touya, tandis que le nom Labarthe évoque pour les uns un lieu buissonneux, pour les autres un terrain humide. De son côté, Lalanne a le sens de lande, terrain inculte.

Le nom Sarthou ne désigne sans doute pas un petit tailleur, mais une terre essartée, le défrichement étant aussi à l’origine de Lartigue. Une fois les terres défrichées, elles deviennent souvent des vignes (Lavigne, Vignau), des vergers (Vergez), des champs (Campagne) ou des cultures en terrasses (Courrèges). Mais les montagnes pyrénéennes sont surtout riches en pâturages. L’occitan Prat désigne un pré, et le nom le plus répandu est le basque Larre, avec le sens de pâturage naturel (plutôt que lande, une autre acception du terme), que l’on retrouve aussi dans Larralde, Larronde (= à côté du pâturage), Larramendy (la montagne du pâturage ou le pâturage montagnard).